Jean-Pierre Lizotte aimait la ville, mais la ville ne le lui rendait pas toujours bien.

En hommage à Jean-Pierre Lizotte, décédé le 16 octobre 1999,
son ami Souverain Luc Markov lui dédie ce poème:

Apocalypsia

(écoutez texte)
(écoutez chanson)

La ville brille de ses lumières
Multicolores comme le son de ses bruits
Elle m'ensorcelle comme une vipère
Qui s'enroule autour de mon nid

La ville vibre de ses artères
Frappant mon coeur de sa nuit
Laissant un goût plutôt amère
Dans mes veines devenues ennemies

La ville souffre comme une mère
Oui, ses enfants ont des ennuies
Delivrez-nous du mal mon père
Au nom des pas trop sains d'esprit

La ville coulera dans la rivière
L'Atlantide aura enfin ce répit
Il n'en m'aura que coûté trop cher
Pour voir ses lumières tuer la vie

Luc Markov

 


retrour à litterature des Souverains | retour à création