Radio Souverains

La semaine québécoise des adultes en formation

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue professeurs,
bienvenue formateurs,
bienvenue, gens de cœur

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
du moins pas encore
je m’évade dans les mots
et le désir de savoir.

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue professeurs,
bienvenue formateurs,
bienvenue, gens de cœur

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je vous salue gens de savoir
Et je vous plaide notre cause

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue professeurs,
bienvenue formateurs,
bienvenue, gens de cœur

Professeurs,formateurs,
gens de cœur

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

écoutez un extrait de l’émission
en attendant le montage final

29 mars 2012

La parole à Monsieur Gaétan Vendette
Directeur des Services Professionnels de l'EDM
6mn 18'

class="image"

Montage de l'évènement de 2008
30mn 03'

class="image"

-------

À l'occasion du 10me anniversaire de la Semaine québécoise des adultes en formation qui a eu lieu cette année du 24 mars au 1 avril, le programme Souverains anonymes a consacré l'après-midi du 29 mars pour rendre hommage aux professeurs et aux formateurs du Centre de formation de l'Établissement de Détention de Montréal.

L'événènment a eu lieu en présence de cinq professeurs et éducateurs et du directeur du Centre de formation de l'EDM, Monsieur Fadi Wakim. Julie Drolet, professeure de français. Marie-Claude Morency, prof d'alphabétisation. Annie Lamarche et Christian Hervieux, encadreurs sur les plateaux de travail. Matin Ouillette, musicothérapeute.

Ont été présent également à ce rassemblement, Monsieur Gaétan Vendette, Directeur des Services Professionnelles de l'EDM, Madame Maon Thériault, chef d'équipe des professionnels de l'EDM, Monsieur Michel Perron, administrateur du Fonds de soutien à la réinsertion sociale des personnes incarcérées et de l'aumonier de l'EDM le Père Gilles Mathieu. Une quinzaine d'étudiants du Centre de formation qui venaitent de recevoir leurs méritas se sont joint aux vingt participants au programme Souverains anonymes.

Dans son petit discours, Monsieur Vendette a tenu à féliciter les diplômés pour les efforts dont ils ont fait preuve pour obtenir une expérience en éducation durant leur incarcération. Les Souverains se sont succédés pour poser quelques questions aux professeurs et pour témoigner de l'importance de l'éducation. Ils ont préparé des créations poétiques et musicales. (voir cibas). Monsieur Michel Perron a pris la parole pour rappeler aux Souverains la mission du Fonds de soutien à la réinsertion sociale en commençant par leur dire "Vous êtes mes patrons".

Il faut rappeler que le Centre de formation de l'EDM, en étroite collaboration avec le Centre Champagnat, participe activement à la formation des détenus avec plusieurs cours: Français , mathématique, alphabétisation, art plastique, musique et développement personnel. Il arrive souvent que des détenus puissent compléter leur secondaire cinq à l'EDM. Pour plusieurs, cela leur ouvre d'autres horizons, notamment la poursuite de leur études après leur incarcération.

On ne rendra jamais assez hommage à tous ceux et celles qui ont pour mission d'éduquer les personnes incarcérées. Ils jouent un rôle crucial dans le processus de réhabilitation. Ils sont très nombreux les ex-détenus pour qui le Centre de formation de l'EDM a été un lieu de libération. Si le rôle de l'éducation c'est de permettre l'égalité des chances aux individus, dans le contexte carcéral, les éducatrices et éducateurs redonnent la dignité à des adultes dont le parcours de vie n'a pas toujours été facile.

C'est la deuxième fois que la semaine québécoise des adultes en formation est soulignée par Souverains anonymes et le Centre de formation de l'EDM. Depuis plus de 22 ans, au delà de son aspect radiophonique, Souverains anonymes est aussi fondamentalement une activité d'éducation. Trois mots pour résumer ses objectifs: Communication, création et réflexion.

-------

1- Bonjour chers professeurs, chers éducateur, des gens de cœur. Je m’appelle Obed. Je vous dis bienvenue à notre activité radiophonique. Ici c’est l’endroit pour communiquer nos opinions, nos créations et parfois nos états d’âme. À l’occasion de la semaine québécoise des adultes en formation, je me sens concerné par cette semaine. Pas seulement parce que je suis un adulte, mais parce que j’ai pu profiter d’une formation DEP ici même à Bordeaux. J’ai été choisi avec 17 autres détenus pour suivre cette formation professionnelle, 5 jours par semaine, dans le domaine de la construction, précisément en pose intérieure. D’abord, je tiens à remercier le professeur qui nous a formé, Monsieur Joel Charest. Je remercie Madame Emmanuelle Lareau qui a mis sur place ce programme. Je remercie les administrateurs de Bordeaux, Madame Fillion et Monsieur Vendette d’avoir donné leur accord à ce programme. J’espère de tout cœur que ce programme reviendra l’automne prochain, Je peux vous dire déjà que certains détenus qui ont suivi cette formation ont déjà trouvé un emploi. D’autres vont l’être j’espère. Je crois sincèrement qu’un Centre de détention ne peut pas remplir son rôle uniquement par l’aspect sécuritaire. Ce genre de formation professionnelle ouvre des possibilités concrètes aux détenus au marché du travail. Autrement dit, cela permet une réinsertion sociale par la formation et par le travail. Moi aussi, je quitte bientôt Bordeaux. Je partirai après avoir profité de deux programmes qui m’ont beaucoup apporté, le DEP et Souverains anonymes. Dans le premier j’ai rencontré un métier honorable. Dans le deuxième, j’ai rencontré des personnes honorables. Je parle des artistes invités, mais aussi des artistes Souverains. Chers professeurs, chers éducateurs et gens de cœur. Je n’ai qu’une question à vous poser. Vous avez été formé par des éducateurs avant de devenir, vous-même, éducateurs. Que représente pour vous la transmission du savoir dans un milieu carcéral..?

2- Bonjour, je m’appelle Sofiane. Je suis né en Algérie. Je suis au Canada depuis l’âge de 18 ans. Les circonstances de la vie m’ont amené à Bordeaux. Je l’assume et j’essaye d’en tirer le meilleur. Le meilleur de Bordeaux pour moi c’est tout ce que je peux en apprendre de positif comme aujourd’hui par exemple. Je suis déjà à ma troisième rencontre à Souverains anonymes. Après avoir rencontré des artistes, aujourd’hui, je rencontre des professeurs, des éducateurs, des gens de cœur. À l’occasion de la semaine québécoise des adultes en formation, je voudrais vous rendre hommage en vous parlant de l’importance de l’éducation dans ma culture. Je rends hommage à ma mère pour qui l’éducation était la chose la plus importante. Mon père avait quitté le foyer familial alors que j’avais 4 ans. Ma mère et mes oncles ont tout fait pour que je ne démissionne jamais de l’école malgré des années de turbulence. Grâce à eux j’ai pu quand-même arriver à faire mon lycée. Chez-nous un professeur, c’est comme un prophète. Quand il marche dans la rue, on le salue avec respect. Certains lui embrassent la main. Si le professeur est considéré comme un prophète c’est parce que le premier mot que le prophète des musulmans Mohammed a entendu de l’ange Gabriel, donc le premier mot du Coran est le suivant : LIS. Lire veut dire apprendre. Le prophète Mohammed disait « Va apprendre les connaissances, même en Chine ». J’ai une pensée particulière pour tous ces hommes et femmes éducateurs algériens grâce à qui mon pays a gardé la tête haute 50 ans après son indépendance malgré les grandes turbulences. Avant de faire de la radio à Souverains anonymes, j’en ai fais à radio CIBL. Il m’est arrivé souvent dans mon émission d’encourager les jeunes à mettre le savoir au dessus de toutes les priorités. C’est votre mission ici à Bordeaux et je vous dis Bravo et MERCI. Et pour mieux vous connaître individuellement, je vous pose une petite question. Est-ce qu’on rêve de devenir enseignant dans une prison, ou c’est le hasard qui vous a conduit en prison..?

3- Bonjour je m’appelle Stéphane. Moi aussi, je vous dis que vous rendre hommage à l’occasion de la semaine québécoise des adultes en formation, c’est la moindre des choses. À cause de ma façon de parler, plusieurs pensent que je suis quelqu’un de hautement diplômé. J’ai quitté l’école au secondaire trois. Mais j’ai beaucoup lu. Comme plan de sortie, je suis décidé de retourner à l’école. Je veux faire des études en gestion des affaires. J’ai un talent pour les affaires. Grâce aux études, je voudrais passer des affaires louches aux affaires nettes. Je me promets de revenir à l’école après ma sortie de Bordeaux. Question : Quelle est la différence pour vous entre enseigner dans une école en prison et dans une école en dehors de la prison..?

4- Bonjour je m’appelle Marrakechi. C’est grâce à l’école que je suis devenu ornithologue. C’est grâce à l’école que je parle français. C’est grâce à l’école que je parle arabe. C’est grâce à l’école coranique que j’ai appris le Coran par cœur. Vous rendre hommage à l’occasion de la semaine québécoise des adultes en formation, c’est la moindre des choses. Maintenant, voici ma question d’ornithologue : Quelle est la différence entre un Carouge à épaulette et un Cardinal rouge.. (Le cardinal rouge est entièrement rouge, le carouge est taché de rouge sur l’épaule. Le deuxième chante, le premier aussi. Le cardinal rouge ne migre pas. Le carouge est un oiseau migrateur…etc). Si vous avez besoin d’un professeur en ornithologie, je suis à votre service…!!

5- Bonjour je m’appelle Riad. Moi aussi, je voudrais vous dire MERCI. Votre travail auprès des passagers de Bordeaux est capital. En tant qu’arabe, j’aimerais rappeler que les arabes au Canada sont les plus diplômés. Les plus qualifiés. Deuxièmement, j’aimerais rappeler que mon passage à Bordeaux est en soi une façon d’apprendre de l’école de la vie. Il y a des choses que je ne ferais plus jamais.. J’ai une vie à vivre. Bordeaux est déjà derrière moi. Et vous quand un jour Bordeaux sera derrière vous, qu’est-ce que vous en garderez..?

6- Bonjour chers éducateurs, je m’appelle Vainqueur. Et j’ai un bon cœur. Je suis linguiste de formation. J’ai déjà été interprète pour les Nations-unis. Disons que je suis un adulte bien formé. Je suis ici pour témoigner aux professeurs du centre de formation de l’EDM, ma plus grande reconnaissance pour le travail immense que vous apportez à mes frères. Y’a pas de mots pour vous dire toute mon admiration. Je n’ai pas de misère à imaginer des jeunes adultes réintégrer le chemin de la connaissance et du savoir après leur passage dans vos cours. Donc, je saisi moi aussi cette semaine québécoise des adultes en formation pour vous dire MERCI!

7- Bonjour chers professeurs, je m’appelle Denis-Marc. Pour vous rendre hommage à l’occasion de la semaine québécoise des adultes en formation, j’ai écris ceci pour vous :

8- Bonjour je m’appelle Gabriel. Deux professeurs du Centre de formation ne sont pas avec nous, mais j’aimerais leur rendre hommage. Pas seulement pour ce qu’elles apportent aux détenus, mais aussi parce qu’elles sont les plus anciens du Centre de formation : Danielle Parent, prof d’art plastique et de poterie et Charles, prof de musique. Danielle travaille à Bordeaux depuis 29 ans et Charles depuis 30 ans. Bravo Madame, Bravo Monsieur et MERCI!

9- (Gabriel chante quelques chansons pour les professeurs).

10- Voici deux textes écrits par deux étudiants du cours de français donné par Julie Drolet.

INSIDIEUSE de Pierre Kirouak.

Elle me rongeait déjà de l’intérieur lorsque je désirai en finir. …

Me laissant tel un mendiant, dignité perdue dans le temps. Elle me divertissait tellement lors des premiers jours, s’annonçant douce et confortable. Les matins étaient brouillés et la musique nous menait à flot : un insouciant et sa veuve enjouée. Lorsqu’elle s’exprimait, sa fougue propageait le chaos, s’accumulaient les rivaux. La honte et la famine spirituelle, ne plus voir les cieux tels un sanctuaire d’espoir et de réconfort, mais comme une délivrance : ELLE ME RENDAIT FOU! Chaque seconde était mort imminente.

Lorsque je voulus la quitter, en total désespoir, cette vie de merde n’accepta point de s’extirper de mon être en décrépitude. Quelque chose me retenait dans ce monde, mais chaque jour ne servait qu’à me laisser croire que je pourrais vivre sans elle, en vain. Et si seulement … cesser de penser à cet univers flou où je la maîtriserais à nouveau, … je pourrais peut-être m’en sauver. …

Elle fit renaître la bête en moi, vivant sur mes instincts : délimitation du territoire, manger, me reproduire. Tentant d’apprivoiser cette tigresse aux courbes enivrantes, je sombrai dans l’immobilisme. Refus mortifiants, son désir de s’évader, mes plaisirs coupables étaient omniprésents en mon esprit perdu. Ma volonté échue, je ne pus que succomber à la fontaine d’illusions pour me délecter de la sienne. Moi, moribond, sa hargne pour la vie, je ne pouvais que finir dans ses bras.

Je ne peux vivre avec une maîtresse
Pour mourir en étreignant une autre
Une qui me possède
L’autre qui m’obsède
Une de statut, l’autre de chair
La seconde me ramenant à la première
Lorsque je prends mon premier verre
Cette insidieuse partenaire
M’endort en des ébats éphémères

De l’espoir à la détresse Texte de Emmanuel Petit.

Depuis mon fauteuil de jonquilles
J’ai déserté l’Amérique
Où il est permis d’aimer
De nager dans mon cœur

Un de ces matins arides
J’ai sombré dans les étoiles
Maintenant dans mon fauteuil de ronces
Je verse de chaudes larmes
J’ai compris que je m’étais trompé d’idéal

Ambition

Avenir prometteur
Miser dans le mille
Battre ses propres attentes
Imagination fertile
Toujours au meilleur de soi
Illuminer ses rêves
On ne lâche jamais
Ne néglige aucun détail

C’est partout pareil
C’est partout pareil, les mêmes gens dans la même merde
Les mêmes jeunes qui t’envoient chier avec les mêmes verbes
Le même monde qui ne verra jamais le sommet
Les mêmes rêves qui tournent en rond pendant que je sommeille

Parfois, j’aimerais que les anges m’enlèvent pour un week-end au paradis
Que les aveugles puissent lire sur mes lèvres
Que les sourds entendent mes cris
Que la mort me laisse un peu de temps pour réaliser mes rêves

11- (Mot de la fin).
Chers éducateurs, vous faîtes votre travail dans l’ombre, et pourtant vous êtes nécessaires à la société. En transmettant le savoir dans un milieu carcéral, vous en faîtes un lieu de libération et de liberté. En tant qu’éducateurs vous donnez la possibilité à des personnes incarcérées d’explorer des univers plus positifs pour leur avenir et celui de la société. Vous êtes des gardiens de la connaissance, des gardiens du savoir, donc vous êtes les véritables gardiens de la paix. Au nom de tous mes camardes, je vous déclare Souverains anonymes.

12- Chanson interprétée par Hamza en hommage aux professeurs du Centre de formation de l'EDM:

Dîtes-moi ceux qui m’enseignent
Comment écrire mon nom
Comment purger ma peine
Et sortir avec un plan

Comment purger ma peine
Et sortir avec un plan

Je ne suis pas venu au monde
Pour être contrevenant

Je le répète à tout le monde
Bientôt j’ouvre un restaurant
Cuisine marocaine
Tagine, couscous et melon
Je le répète à tout le monde
Même à Monsieur Gaétan

Dîtes-moi ceux qui m’enseignent
Comment écrire mon nom
Comment purger ma peine
Et sortir avec un plan

Comment purger ma peine
Et sortir avec un plan


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010