Vendredi 23 novembre 2001

Chroniques des années de plomb au Maroc

Première partie

Ahmed Marzouki

Réalisation de Mohamed Lotfi

Ahmed Marzouki. Première partie

(28 mn)

Ahmed Marzouki. Deuxième partie

(27 mn 15 sec)

Avant de rencontrer Ahmed Marzouki en personne,
les Souverains anonymes écoutent et réagissent à son histoire.

L'Histoire de Tazmamart est née dans un contexte particulier. Le voici:

Cinq ans après l’indépendance du Maroc, Hassan II est arrivé sur le trône juste après la mort de son père Mohammed V en 1961.. Dix ans plus tard, Hassan II avait eu le temps de démontrer son savoir faire devant tout geste d’opposition. Par exemple, 1965 est une année marquée par le massacre des étudiants de Casablanca qui ont osé manifester leur colère contre les injustices. 65 c’est aussi une année marquée par l’enlèvement et l’assassinat en France de Mehdi Benbarka, grand opposant de Hassan II Une affaire qui fait couler encore beaucoup d’encre au Maroc et en France. Il paraît qu’on a fait disparaître son corps par l’acide dans une cuve après l’avoir transporté de Paris à Rabat. Cette révélation a été faite il y’a deux mois par un ancien espion marocain, Ahmed Boukhari, mais ce qu’il faut retenir surtout d’une telle révélation, c’est qu’on n'a pas fini de découvrir l’ampleur du phénomène des disparitions durant les années de plomb au Maroc.

Mais, revenons à 1971.. Hassan II a 42 ans. Pour les militants de gauche et même pour quelques militaires comme le général Medbouh, Hassan II avait moins servi son peuple et son pays que ses propres intérêts, les intérêts de la classe dirigeante et les intérêts géo-politiques des grandes puissances: La France et les États–unis. Une partie de l’armée marocaine n’aimaient pas le comportement arrogant et parfois décadant du Roi Hassan II.. C’est ce qui a donné lieu a ce premier coup d’état le 9 juillet 1971. Mais le Roi s’en est sorti.. Il s'en est sorti par miracle, mais aussi parce que le coup d'état a été très mal planifié. Très mal exécuté. Presque improvisé. Le 9 juillet 71, les jeunes militaires qu'on avait orientés vers le Palais de Shkirat, pas loin de Rabat, n'ont appris l'objet de leur mission qu'à quelques kilomètres du palais. Quelques uns seulement spéculaient l'éventualité d'un coup d'État. Mais ils n'étaient pas sûrs. Parce qu'il faut bien préciser que la majorité de ces jeunes militaires n'auraient jamais dirigé leurs armes contre le Roi. Donc, à quelques kilomètres du Palais on leur a dit que sa Majesté serait menacée par des éléments subversifs qui comptent déstabiliser le pays... Donc, dans leur têtes, ils pensaient qu'ils allaient protéger le Roi. Le sauver…

Alors que le convoi s'approchait du palais, Hassan II fêtait son 42 anniversaires en présence d’invités riches et célèbres. Il y’avait là des chanteurs egyptiens, des dignitaires de plusieurs pays. Certains jouaient au golf tranquillement au bord de la mer.. Ahmed Marzouki raconte en détails dans son livre le déroulement de cette opération manquée puisqu’il en était témoin, il faisait partie des jeunes militaires exécutants. Il y’a eu un massacre, un carnage, des centaines de morts parmi les invités du Roi et parmi les militaires aussi. Les procès qui ont suivi le coup d’État ont évidement condamné à mort les responsables, le général Medbouh en premier. Quant aux simples exécutants comme Marzouki, qui étaient en fait des innocents, on les a condamnés à des peines légères allant de 2 à 5 ans.

Ces condamnations n’ont pas empêché un deuxième coup d’état. Cette fois, c’est le général Mohamed Oufkir, bras droit d’Hassan II, homme de confiance, qui a conçu et dirigé un autre plan. Lors du retour d’Hassan II de son voyage en France le 16 août 72, sous l’ordre d’Oufkir, des aviateurs devaient simplement faire tomber l’avion du Roi. Pour Oufkir, la thèse d’un accident est plus facile à faire croire.. Faire tomber un boeing par des avions militaires, ça devait être chose facile, même très facile.. Là encore c’est le miracle, le boeing ne tombe pas, Hassan II ne meurt pas. Et c’est Oufkir le soir même qui se fait tuer. Version officielle ‘’un suicide de trahison’’ avec 5 balles dans le dos..! Quatre mois plus tard, la veuve du général Oufkir et ses six enfants, dont le plus jeune n’avait pas encore 3 ans, disparaissent de la surface de la terre pendant dix neuf ans.. ‘’La Prisonnière’’ et ‘’Oufkir, un destin marocain’’ ces deux livres racontent en détails le fabuleux et tragique destin d’une famille marocaine..

Et les aviateurs de ce deuxième coup d’État.. Qu’en a t-il fait, Hassan II..? D’autres procès ont eu lieu, 9 condamnations à mort pour les vrais responsables et pour les autres qui étaient pratiquement innocents, des peines allant de quelques mois à 20 ans. La pluspart, ils étaient des mécaniciens d’avions militaires.

Deux coups d’État en deux ans.. Hassan II a commencé à être tanné..? Mettez-vous à sa place..! Hassan II ne pouvait pas se permettre le luxe d’un troisième coup d’État. Ce qui lui faisait le plus peur c’est d’être le dernier Roi d’une monarchie qui a plus que trois siècle d’existence. Ces deux coups d’État avaient ébranlé sa personne et son régime. Il a donc pris les grands moyens pour que cela ne se reproduise plus. 58 officiers ont été choisis arbitrairement parmi les condamnés des deux coups d’État et on leur a fait vivre l’enfer sur terre pendant 18 ans, 49 jours. L’enfer s’appelle Tazmamart...

Le livre de Marzouki ‘’Tazmamart cellule 10’’ n’a pas été interdit par les autorités marocaines ce qui est perçu comme un grand évènement pour la liberté d’expression au Maroc, mais il ne faut pas accorder aux autorités marocaines plus qu'elles ne méritent. La vérité c'est que le régime actuel n'avait plus le choix. Marzouki lui-même raconte dans son livre qu'on avait tout essayé pour l'empêcher d'écrire et de publier ce livre, on a essayé d'acheter son silence. Apparemment Marzouki n'est pas un homme qu'on achète.

Mais le livre de Marzouki n’est apparu qu’après la mort de Hassan II. C’est à dire que le jeune Roi Mohamed VI, pour se distinguer de son père a posé plusieurs gestes symboliques dont celui d’indemniser les survivants de Tazmamart. Il aurait bien aimé que les horreurs vécues par les survivants de Tazmamart ne soient jamais révélées surtout par un des survivants. Mais devant le fait accompli, Mohamed VI a opté pour la récupération politique, c’est mon avis. Au lieu d’interdire le livre de Marzouki en prenant le risque de le voir apparaître à l’étranger avec tout le bruit que son interdiction aurait fait surtout en France où le livre de Gilles Perreault ‘Notre ami le ROI’’ il y’a 11 ans, avait eu l’effet d’une bombe parce que c'était le premier qui a révélé l'existence de Tazmamart. Donc, Mohamed VI, sous des bons conseils, s’est donné le bon rôle, c’est-à-dire, de celui qui aura fait évoluer la liberté d’expression au Maroc en autorisant le livre le plus révélateur des années de plomb de Hassan II. Voilà tout. Il ne faut pas oublier que le régime marocain a toujours été beaucoup plus sensible aux critiques de l’opinion internationale qu’aux critiques de l’opinion nationale

Quel effet aura le livre de Marzouki sur le régime actuel..?

Le livre commence déjà à être connu surtout en France. Il est disponible au Québec et il n’est pas impossible que Marzouki soit présent au prochain salon du livre de Montréal. Au Maroc c’est déjà un best seller. Des traductions en arabe et en anglais sont prévues. Un documentaire sera produit par ARTE et on parle même d'un long métrage.. Mais, je ne crois pas que les révélations de ce livre ébranlera le régime actuel au Maroc. Hassan II est déjà mort, son fils a la réputation d’être le Roi des pauvres. (un jeune Roi de 38 ans qui a hérité de son père quelques 50 milliards de dollars, on appelle ça le Roi des pauvres. Je reviendrai à ce sujet peut-être une autre fois). Donc, malgré le grand succès du livre ‘’Tazmamart cellule 10’’, ça ne provoque pas encore chez les marocains une prise de conscience collective sur ces années de plomb. Le livre n’a pas été lu par tous les marocains.

Un autre point très important à souligner c'est que Hassan II, grand récupérateur qu'il était, a changé de stratégie très vite en réagissant à l'indignation qu'à provoqué le livre ''Notre ami le Roi'' sur la situation des droits de l'Homme au Maroc. D'abord, en 90 déjà, Hassan II a nommé un Ministre et un ministère des droits de l'Homme, et en 1991, dans une seule année, il a libéré la famille Oufkir, libérer les hommes de Tazmamart et libérer aussi Abraham Serfaty en l'éxilant en France. Et jusqu'à sa mort Hassan II a beaucoup soigné l'image du Maroc en matière des droits de l'Homme, c'est ce qui explique pourquoi la popularité de Mohamed VI et de la monarchie ne risquent pas d’être affectés à court terme par les révélations de Marzouki. Neanmoins, son livre jouera un très grand rôle quand viendra le temps de faire le compte avec un certains passé du Maroc.

Mais pourquoi donner naissance à Tazmamart..? Qu’est-ce que ça donnait de plus à Hassan II puisque des procès avaient eu lieu..?

La réponse à cette question fondamentale, on la retrouve, en partie du moins, à travers le témoignage de Marzouki ci-haut. Il suffit de cliquer, télécharcher et écouter.

Mohamed Lotfi