Radio Souverains

Aimé Kassi

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
Ce n'est pas un drame
je m’évade dans les mots
et les yeux d'une femme

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide notre cause

Aimé Kassi

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

Guillaume, Aimé et Kattam

écoutez l’émission
avec Aimé Kassi sans téléchargement

10 février 2011

Première partie 54mn 27'

class="image"

Deuxième partie 54mn 35'

class="image"

-------

1- Bonjour Aimée, je m’appelle Claudel. Moi et mes amis Souverains nous sommes très heureux de te recevoir pour la première fois à notre émission. Tu es auteure compositeur interprète, tu es aussi moitié ivoirienne, moitié haïtienne. Nous avons donc toi et moi quelque chose en commun. Tu es accompagné de trois musiciens. Guillaume Soucy à la guitare, Glémaud Adley à la basse et Kattam aux percussions. Sans oublier ton gérant Klaus-Kinsky. Nous avons écouté quelques une de tes chansons. Celle qui nous a interpellé s’appelle ‘’Prendre ma place’’. Pendant une journée nous avons fait de cette phrase une question existentielle. Nous allons te dire comment chacun de nous essaye de prendre sa place. Pour l’instant, ma place et celle des Souverains, c’est d’être à côté de toi. J’en profite pour te dire d’abord que tu porte un très joli nom. Aimée, dis-moi. Pour prendre sa place dans la vie ne faut-il pas d’abord être aimé..?

2- Bonjour Aimée, je suis Salif, je viens du Sénégal. Tu viens de Côtes d’Ivoire. Tu es donc ma voisine. Pour réagir à ta chanson ‘’Prendre ma place’’, je crois que j’ai pris ma place en venant au monde. Et depuis, je n’ai pas arrêté de prendre ma place. Au Sénégal, au Qubéc. Mais force est d’admettre qu’à Bordeaux, je me suis trompé de place.. Cependant, tant qu’à y être, j’essaye de prendre une place qui va me permettre de ne plus y retourner comme par exemple, ici et maintenant à Souverains anonymes. D’autres choisissent d’aller à l’école pour refaire leur place.. En réfléchissant ici, parfois, je me demande si ma place n’est pas ailleurs, auprès de mes frères et mes sœurs africains. Après tout au Sénégal, je n’ai jamais été en prison. Comme tu sais, il y a beaucoup de jeunes africains qui aimeraient prendre leur place en dehors de l’Afrique. Ils se sentent profondément africain, mais beaucoup ne voient plus d’avenir pour eux en Afrique. Certains osent même brûler plusieurs frontières pour arriver en Europe au risque de leurs vies. C’est pour te dire ma chère Aimé que ta chanson prendre sa place nous concerne tous.. Mais particulièrement, nous les immigrants. Mais toi, tu as grandi ici au Québec, est-ce que tu sens qu’il y a une place pour toi au Québec..?

3- Bonjour Aimée, je m’appelle Yves, moi je sais que j’ai une place dans ce monde. Ma place sera en dehors de tout système d’autorité. Donc, à Bordeaux, je ne suis pas à ma place. Pour prendre ma vraie place, j’ai l’intention de poursuivre mes études. J’ai seulement 21 ans, la vie est devant moi. Dans le refrain de ta chanson, tu dis Et Prendre ma place, Sans angoisse, Sans la peur de l’audace, Supprimer les obstacles.. Je vais tâcher de m’en souvenir.. Mais supprimer les obstacles dans le domaine de la musique, ça passe comment pour toi..?

4- Bonjour Aimée, je m’appelle Cupidon. Je te dis tout de suite, je suis pas timide. Encore plus devant une belle africaine haïtienne. Je vais commencer à prendre ma place le jour ou je ne remettrai plus les pieds en dedans. Ici, c’est pas ma place. Par contre, à Souverains anonymes, assis à côté d’une belle femme, je me sens plus proche de ma place. Toi tu chates. Moi je danse. Je danserai peut-être avec toi plus tard.. En attendant, dis-moi Aimée. Qu'est-ce que tu aimes chez un homme, à part qu'il s'appelle Cupidon comme moi..?

5- Bonjour Aimée, je m’appelle Christian, Je suis arrivé au Canada à 14 ans. J’ai vécu au Congo, en Belgique et en France. Je n’ai que 19 ans. Ma place à moi, je veux la prendre bien sûr, mais je ne sais pas encore laquelle. Celle que je pensais être la mienne, elle m’a amené à Bordeaux. C’était un choix dont j’assume les conséquences. Je voulais probablement décider pour moi-même, parce qu’on a toujours décidé pour moi. J’ai fais des erreurs. Ma philosophie maintenant, c’est d’apprendre de ces erreurs. J’aime bien ces paroles de la chanson Ma philosophie :

J'y crois encore et en cœur
Des sacrifices
S'il le faut j'en ferai
J'en ai déjà fait
Mais toujours le poing levé

Moi aussi, j’écris mais, je suis pas aussi tendre dans mes paroles parce que la vie n’a pas toujours été tendre avec moi. Ma philosophie maintenant c’est de lui faire face, en prenant ma place, sans faire mal à ma race. (Rap de Christian) Merci Aimée.

6- Bonjour Aimée, je m’appelle Jean-Marc. Comme tu sais, ce sont des peuples entiers qui cherchent à prendre leur place après avoir été longtemps contrôlés par des régimes, des dictatures et des puissances étrangères. Les Haïtiens, les ivoiriens, les tunisiens, les égyptiens et d’autres peuples arabes et africains qui se mobilisent pour prendre leur place. Personnellement, je les regarde avec grand intérêt. Je me dis si des peuples entiers réussissent à prendre leurs places, moi aussi je vais la prendre. Je veux dire que le courage de ces peuples me donne de la confiance. Je les regarde avec admiration. J’ai envie d’êtreavec eux pour participer à l’histoire. Mes choix de vie seront désormais inspirés par leur soif de liberté et de justice. Et toi Aimée, où vois-tu ta place parmi ces peuples qui marchent, les tunisiens, les égyptiens, les ivoiriens ou les haïtiens..?

7- Bonjour Aimée, c’est encore Claudel, Pour rester sur le même sujet. Prendre sa place, dans mon cas, c’est un projet. En fait, c’était un rêve qui devient maintenant un projet. Je suis arrivé à la conclusion que la meilleure façon pour moi de prendre ma place, c’est de partir. Quitter Montréal. Quitter cette ville que je connais trop. Cette ville qui m’a apporté bonheur et malheur. Surtout quand le malheur me ramène à Bordeaux.. Je voudrais couper le cordon avec cette ville qui m’a vu naître. Ailleurs, loin de Montréal, je sais que je serai loin de certaines influences, certaines fréquentations douteuses. Et aussi, parce je veux découvrir autre chose que le métro de Montréal, le bus de Montréal, l’air de Montréal, la neige de Montréal, les bars de Montréal, les filles de Montréal.. Je veux vivre la joie de découvrir des gens nouveaux et aussi travailler dans un environnement plus saint, plus serein et plus honnête.. Voilà, tu sais presque tout de moi et de mes projets. Je sors dans quelques semaines. Comme tu dis dans ta chanson :

Je veux marcher sans craindre la douleur
Aller à pleine vapeur
En écoutant mon cœur
Ne pas flancher devant les épreuves
Prendre le temps comme il vient
Malgré tous les chagrins
Si on dit que la vie nous appartient
Alors j’en prendrai soin
Comme la foi qui me tient
C’est ma seule vérité
Ma fierté
Assumée

Ne faut-il pas parfois partir pour mieux revenir..?

8- Bonjour Aimée, je m’appelle Houssam. Merci d’être parmi nous. À propos de prendre sa place, je dois avouer que si je suis aujourd’hui à Bordeaux à l’âge de 22 ans, quelque part, c’est parce que j’ai pris la place d’un autre, ça fait cinq ans que ça dure. Je pense qu’il est temps pour moi de prendre ma propre place. Pour ça, j’ai un plan. Retourner aux études et à mon sport le Basketbal. C’est la seule façon pour moi de prendre ma place. Ma famille sera fière de moi, moi je serai fier de moi et toi aussi Aimée tu seras fière de moi..

9- Bonjour Aimée, je m’appelle Sofian. Moi j’ai tendance à croire que la seule façon de prendre sa place aujourd’hui, c’est par l’argent. Pas d’argent. Pas de place. Comme beaucoup de libanais, j’aime faire des affaires. J’ai envie de devenir très riche. Pour l’instant, j’ai de la misère à distinguer les deux manières de faire de l’argent, Légale et pas légale. J’espère qu’après mon passage en dedans, je vais apprendre à mieux faire la différence. Parce que ça ne vaut pas la peine pour moi de gâcher toutes mes actions légales par mes actions illégales. Ton passage parmi nous va me porter chance. Tu es d’une femme qui veut prendre sa place.. Tu es un model à suivre. Merci de m’avoir écouté.

10- Bonjour Aimée, je m’appelle Osner. J’ai 32 ans. Quand j’avais 22 ans, j’avais cru avoir trouvé ma place. Aujourd’hui, je pense que j’ai perdu 10 ans de ma vie dans toutes sortes de places qui n’étaient à moi. Aujourd’hui, grâce à mes trois enfants, je ne vois plus la vie de la même manière. Je crois être moins influençable qu’avant. Aujourd’hui, je sais que ma place c’est auprès de ma femme, mes enfants et ma famille. Je retourne travailler, même si travailler c’est trop dur, je n’ai pas le choix.. Moi aussi je trouve que tu as un joli nom. Merci Aimée.

11- (Poème de Michael)

12- Bonjour Aimée, c’est encore Claudel. Tu es accompagnée de trois musiciens, c’est le moment de passer de la parole à la musique. Guillaume Soucy à la guitare, Glémaud Adley à la basse et Kattam aux percussions. À vous de jouer et à nous de vous applaudir.

13- Aimée Kassi, aujourd’hui, tu as prix ta place parmi des hommes gentlemans, les Souverains anonymes. J’espère que tu as aimé. Nous, nous avons beaucoup aimé. C’est toujours un plaisir de rencontrer une jolie femme noire. Avec une aussi jolie voix, nous avons été gâtés aujourd’hui. Merci à tes musiciens : Guillaume Soucy à la guitare, Glémaud Adley à la basse et Kattam aux percussions. Je vous souhaite à tous bonheur, santé et succès. Et au nom de tous mes camarades, je vous déclare Souverains anonymes.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010