Souverains anonymes

Jeudi 31 mai 2007

Anabelle Berkani, Isabelle Penelope
et Kattam

Belles, belles, belles comme le jour
Belles, belles, belles comme l'amour



cliquez et écoutez

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
ce n'est pas un drame
je m’évade dans les mots
et les yeux de deux femmes

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je vous salue belles et braves femmes
Et je vous plaide notre cause

Anabelle, Isabelle et Kattam
Bienvenue parmi
les Souverains anonymes

1- Bonjour Anabelle, Isabelle et Kattam. Moi et les Souverains nous sommes très heureux de vous recevoir à notre dernière émission. À travers la caméra devant vous, c’est tout Bordeaux qui vous regarde et vous dit bienvenue au ''Château''. Vous êtes nos dernières invitées de la saison. Je dois préciser que toi Isabelle, tu as rédigé une maitrise universitaire sur l’interprétation de soi et l’identité et tu as choisi Souverains anonymes comme objet principal pour illustrer ta réflexion. Et toi Anabelle, tu es une admiratrice de notre émission Souverains anonymes. Disons que tu as moins de préjugés sur l’univers carcéral que d’autres personnes. Tu travailles dans le milieu du cinéma et tu étudies en science politique. Aujourd’hui, nous avons préparé un programme musical spécial pour vous avec la collaboration d’un jeune artiste qui arrive d’un voyage de 5 mois en Afrique. Il s’appelle Kattam et ses mains font parler la peau de chèvre. Mais avant de passer à la musique bavardons un peu. Faisons connaissance.

Un jour mon père me dit fiston
J' te vois sortir le soir
A ton âge il y a des choses
Qu'un garçon doit savoir
Les filles tu sais méfies-toi
C'est pas c' que tu crois

Elles sont toutes
Belles belles belles comme le jour
Belles belles belles comme l'amour

Elles te rendront fou de joie
Fou de douleur mais crois moi
Plus fou d'elles d'elles d'elles de jour en jour
Un jour enfin tu la verras

Elle sera

Belle, belle, belle comme Anabelle.
Belle, belle, belle comme Isabelle…

(Extrait d'une chanson de Claude François)

Nous, les Souverains, nous venons des quatre coins de la planète. Maroc, Haïti, Chine, Tchéchénie, Cameroun, Pérou, Guyane et de l’île Maurice. Mais c’est à Bordeaux que nos chemins se sont croisés et c’est à Souverains anonymes aujourd’hui que nous croisons deux femmes en or. Isabelle, tu es née en France de parents antillais et toi Anabelle, tu es québécoise de père algérien. Dîtes-moi s’il vous plaît, laquelle de vous deux est belle comme le jour et laquelle est belle comme l’amour..?! Dîtes-moi simplement chères Anabelle et Isabelle, qui êtes-vous..?

2- J’aimerais vous dire chères Anabelle et Isabelle, que la musique pour moi et pour plusieurs d’autres Souverains c’est ce qui nous donne goût à la vie. C’est ce qui nous redonne l’espoir et surtout c’est ce qui nous permet de belles évasions. Personnellement, je me suis produit souvent sur la scène avec des amis professionnels. J’ai composé plusieurs chansons. À Bordeaux, jamais je n’aurais cru que je pouvais avoir une guitare et pouvoir chanter pour mes camarades Souverains, encore moins de chanter devant d’autres chanteurs. À Souverains anonymes, j’ai retrouvé le goût de créer, de composer et de pousser ma voix au-delà des murs. C’est une thérapie pour moi de me trouver devant vous pour libérer ma parole et retrouver un peu de moi-même. (Lire le texte)

Isabelle, tu as écris une centaine de page sur l’interprétation de soi et l’identité (une maîtrise universitaire). Ça m’intrigue de savoir pourquoi tu as choisi Souverains anonymes comme objet principal pour illustrer ton analyse. Et pourquoi pas une autre émission comme par exemple ''Tout le monde en parle''..?!!

3- Bonjour Anabelle et Isabelle, je suis Antonio, québécois et fier de l’être. Mon père est arrivé d’Italie, il avait 4 ans. Mais il m’a appris l’amour du Québec que j’essaye de transmettre à ma fille et mon fils. À mon âge, j’ai bien connu la période ou les anglophones au Québec avaient tous les pouvoirs. Ce qui me fait de la peine c’est de voir que beaucoup de jeunes ne connaissent pas l’histoire du Québec. Et pourtant c’est une histoire très intéressante à connaître, une histoire de combat. Une histoire de survivance. Les jeunes ne sont pas fiers de leur histoire parce qu’ils ne la connaissent pas. Je suis d’origine italienne mais j’aime le Québec. Et vous ? Aimez-vous le Québec comme moi..?

4- Bonjour Anabelle, Isabelle et Kattam, je suis Georges, un vieux Souverain. J’ai composé plusieurs chansons et plusieurs poèmes. En quittant Bordeaux, j’aimerais me dire que je n’étais pas là pour rien. Peut-être qu’un livre ou album sortira avec moi de Bordeaux. J’ai rencontré des gens intéressants, par exemple Kattam avec qui j’ai déjà joué quand la Gouverneure Générale, son excellence Michaëlle Jean est venue nous rendre visite. Kattam, j’ai appris que tu as été en Afrique durant cinq mois. L’Afrique c’est ma terre natale, c’est là où je suis venu au monde. C’est là où j’ai fais mes premiers pas, c’est là j’ai goûté à mes premiers bonbons. J’ai quitté le Cameroun à l’âge de 6 ans. Comme toi j’aimerais y aller pour me ressourcer et pour apprendre ce que je ne pourrais pas apprendre ici. Ici j’ai appris de résister au froid, l`bas, j’aimerais apprendre à résister à la chaleur. En attendant ce voyage Kattam, j’aimerais que tu me parles un peu de ton voyage en Afrique, de ta nuit sous les étoiles du désert, de tes maîtres de djembé, bref, raconte-moi ce que tu as vu et appris.

5- Bonjour Anabelle et Isabelle, je suis Well. Vous savez à Bordeaux, le pire qu’il peut arriver à un homme c’est d’oublier qui il est. Pour l’instant, je n’oublie pas qui je suis. Je suis un homme, fier de mes origines et de ma famille. Je veux quitter Bordeaux la tête haute et ne plus jamais y remettre les pieds. Je suis né au Québec, d’une mère argentine et d’un père jamaïcain. Peut-être qu’un retour aux sources ça me ferait du bien. Et vous Anabelle et Isabelle, avez-vous envie parfois d’aller vivre un peu sur la terre de vos parents, loin du métro, loin du froid et la neige..?

6- Bonjour Anabelle et Isabelle, je suis B. Vous savez à Bordeaux, il m’arrive parfois d’oublier que je suis beau. Je suis habitué d’entendre les femmes me répéter que je suis beau. Ici les gardiennes n’ont pas le droit de me le dire. Même si je sens parfois qu’elles ont envie de le faire. Je ne leur en veux pas. Aujourd’hui, je profite de votre passage, vous n’êtes pas gardienne, j’aimerais entendre chacune de vous me dire que je ne suis pas pire, je serais comblé..!!

7- Bonjour Anabelle et Isabelle, je m’appelle Luc, alias l’indien, j’ai vécu toute mon enfance avec les Mohawks. Dès mon arrivée dans la réserve, j’ai dû me montrer plus indien que les indiens, plus vite dans la pêche et la chasse, plus fort, plus débrouillard pour me faire accepter par eux. C’est peut-être avec eux que j’ai appris le sens de la liberté. J’ai appris à chanter aussi. J’ai appris à apprécier la vie dans la nature. La ville n’est pas vraiment faite pour moi, alors imaginez la prison. Mais je la supporte quand-même, j’ai fais 8 ans dans l’armée canadienne. Je ne te dirais pas tout ce que j’en pense, vous risqueras d’en faire un roman, une chanson ou une autre maîtrise. En tout cas, je dois aux indiens mon côté rebelle. Certains diraient sauvage. De mon expérience à l’armée, j’ai bien compris que la guerre une affaire de bizness. La guerre en Irak et en Afghanistan, ce n’est que du bizness. J’ai quitté l’armée parce que je n’aime pas le bizness. Merci belles femmes d’être avec nous, votre présence me rappelle que la paix existe et ça me rempli de paix.

8- Bonjour Anabelle et Isabelle, nous partageons le même territoire, le 514. Montréal n’a pas toujours été ma ville. On m’appelle le parisien parce que je suis né à Paris. À Bordeaux, je ne suis que de passage. Je sens que j’ai quelque chose à dire, quelque chose à crier, à chanter. Chanter en rap c’est ma façon de rester moi-même. Ça m’étonnerait beaucoup que je remette les pieds ici, mais pendant que j’y suis, je remets les pendules à l’heure, de jour en jour, je vois plus clair, les pieds sur terre, Souverain de mon destin, maître de mon mal et de mon bien, je sors de mon coin. (rap à cappella).

9- Bonjour Anabelle et Isabelle, je m’appelle Michel. Je peux vous parler longtemps de moi, j’ai préféré faire deux dessin de vous, mais je n’avais pas de photos de vous alors j’ai demandé à Mohamed de me dire quelques mots sur chacune de vous, et voici ce que ça donne et vous remerciant d’être notre cadeau de la fin de saison.

10- Bonjour Anabelle et Isabelle, je suis Sylvain, je suis musicien et j’écris des poèmes à ma façon. Pour cette dernière émission, j’ai écris un texte que j’ai appelé le Souverain des Souverains que voici :

11- Bonjour Anabelle et Isabelle, je suis Oscar. Les personnes les plus importantes pour moi sont ma femme et mon fils. Dans ma vie, j’ai fais des erreurs, je me suis trouvé souvent en prison. Aujourd’hui, le fruit de mes erreurs, de mes expériences, c’est mon enfant qui va en profiter. Ce n’est pas parce que mon père m’a battu que je vais battre mon fils. Je connais bien l’effet de la violence sur le comportement. Mon fils c’est la meilleure chose qui est arrivé dans ma vie. Quand je pense à lui. Quand je parle de lui, je me dis que c’est lui ma deuxième chance. En lui donnant ce que je n’ai pas reçu que je pourrais me sentir vraiment utile à quelque chose. C’est en étant fier de lui que je pourrai me sentir fier de moi. Ça va mal un peu partout dans le monde. Si chacun commençait par s’occuper de son enfant, le monde pourrait changer un peu. Malheureusement, il y’a encore des enfants qui font des enfants. Un enfant c’est demain et demain c’est déjà aujourd’hui. Je ne sais pas si vous avez des enfants, arrangez-vous pour que le père soit à la hauteur de vos attentes. Merci.

12- Anablle et Isabelle, pour vous, nous avons préparé une petite performance musicale avec l’assistance de Kattam au percussion. Tout en vous remerciant d’être venues à notre dernière rencontre de la saison. Avant de commencer, j’aimerais vous lire un texte que j’ai écris avant hier au milieu de la nuit, dans ma cellule :

13- (Distribution des diplômes aux Souverains par Anabelle et Isabelle).

14- Belle, belle, belle comme Anabelle, Belle, belle, belle comme Isabelle. Avec vous aujourd’hui, nous avons reçu le charme, la beauté et l’élégance. Nous avons reçu la tendresse, la bravoure et l’intelligence. Comme vous, nous gardons la tête haute. Comme nous, si vous aimez, ce n’est pas de votre faute. Merci encore une fois à Kattam de savoir si bien faire sauter la baraque. Au nom de tous mes camarades je vous déclare, Anabelle, Isabelle et Kattam, Souverains anonymes.


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2007