Jeudi 10 février

Bernard Arcand

"L'homme n'abolira jamais l'hiver parce que c'est l'œuvre de Dieu.
Mais l'homme peut abolir la prison parce que c'est l'œuvre de l'homme."
SA

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
du moins pas encore
je m'évade dans les mots
et la musique des noirs

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue homme d'histoire
Et je te plaide notre cause

Bernard Arcand
Bienvenue parmi les Souverains anonymes

1- Bonjour Bernard, frère de Denis et de Gabriel. Bienvenue parmi Michel, Roger, Jimmy, Gilles, Marcel, Ghislain, et tous les autres Souverains dont je suis. Mon nom est Luc. Bernard Arcand, avant d'être un anthropologue et un écrivain reconnu et respecté, tu es un homme né quelque part au Québec. Avant d'aborder avec toi des questions sérieuses, parle-nous d'abord un peu de toi. D'où viens-tu, qu'est-ce qu'il y a dans ton enfance qui t'a donné le goût d'étudier cet être fou qu'on appelle l'homme..?

2- Salut Bernard, je m'appelle Denis, c'est la première fois que je parle à un anthropologue en chair et en os. Si je ne me trompe pas, ton travail c'est d'étudier l'homme dans le temps, dans l'espace et dans l'histoire. Ma question est précise. Depuis que l'homme a inventé les lois, je n'ai pas l'impression qu'il a fait évoluer la justice. On a éliminé certaines violences physiques au nom des droits de l'homme pour les remplacer par des violences psychologiques. Le siècle que nous venons de quitter est un des plus meurtriers dans l'histoire de l'humanité. Toute cette abondance de lois n'a pas arrêté les guerres, les crimes et la justice ne s'améliore pas. C'est l'impression que j'ai. Peut-être qu'un anthropologue comme toi a meilleure vision du rapport entre l'homme et la justice à travers l'histoire..?

3- Salut Bernard, je m'appelle Michel Mohamed nous a parlé beaucoup de ton livre. Il nous a lu quelques extraits et une critique. Dans ton livre, tu dis que l'hiver est cruel méchant, menaçant, cher, parce qu'on fait semblant qu'il n'existe plus. Je dirais la même chose de la prison. Elle est cruelle, méchante, menaçante, et chère parce qu'on fait semblant qu'elle améliore la justice. Je retiens dans ton livre que l'histoire des québécois avec l'hiver c'est l'histoire du monde à l'envers. En fait l'hiver au Québec est devenu l'été archiconditionné. On peut dire de la prison que c'est la liberté archiconditionnée. Question : L'hiver québécois, serait-il devenu une sorte de prison..?

4- Salut Bernard, je m'appelle Yovan. Avec ce que Mohamed nous a dit sur ton livre, moi je pense qu'il y a beaucoup de bon sens dans ce que tu proposes aux québécois. L'hiver serait plus agréable à vivre si on prend le temps de le vivre naturellement. Des vacances pour tout le monde dans les mois de janvier et février, ça serait une solution économique, sociale et thérapeutique pour l'ensemble de la société. Mais, le problème, ce n'est pas le bon sens qui compte dans l'opinion publique. Ce qui compte c'est ce que pense la majorité. Alors Bernard comment tu imagines l'opinion publique répondre à cette question que Mohamed Lotfi nous pose depuis quelques semaines et je cite : " Est-ce qu'on peut dire ABOLISSON LA PRISON sans paraître fou et ridicule devant l'opinion publique..? " Avant de te dire quelles sont nos réactions à cette question. Dis-nous d'abord si une telle question est crédible. Est-ce qu'elle mérite d'être posée sans provoquer le scandale..?

5- Salut Bernard. je m'appelle Harry. La peine de mort au Canada a été abolie depuis presque 30 ans et pourtant les derniers sondages indiquent que 63% des canadiens seraient encore favorables au retour de la peine capitale. Alors comment demander à cette même opinion publique la possibilité d'abolir la prison. A ce sujet, un de nos correspondants dans notre site web nous a écrit ceci : " Les gens ont peur. Les gens ne vivent que pour eux-mêmes, et rarement pour les autres. C'est un facteur que l'on peut critiquer, mais c'est surtout un facteur que l'on aurait tord d'envoyer balader. Comment espérer que les "honnêtes gens" accepteront de vivre avec d'horribles criminels que l'on préférera toujours ignorer dans les prisons les plus obscures plutôt que de les aider à se réinsérer. Oui ! C'est ainsi. C'est dommage sans doute mais c'est ainsi... On ne peut que paraître ridicule ou fou à oser demander l'abolition des prisons ". Comme tu sais Bernard, des grands hommes dans l'histoire ont été traités de fous et de ridicules avec des idées qu'aujourd'hui personne n'oserait contester. Lorsque Galilée avait annoncé au 17ième siècle que la terre tourne, qu'elle n'était pas le centre du monde, qu'elle était ronde, il a failli se faire couper la tête.. On connaît l'histoire. C'est difficile de croire qu'un jour la prison va disparaître, mais on peut l'espérer. Pour nous aujourd'hui, c'est une évidence que la terre est ronde et qu'elle tourne. Allons découvrir un jour que la prison ne protège et ne réinsère personne..? Alors Bernard, pourquoi l'homme intelligent ne comprend certaines choses qu'après des siècles..!

6- Bonjour Bernard, mon nom est Ghislain, à la question de Mohamed, est-ce qu'on peut dire Abolissons la prison sans paraître fou et ridicule devant l'opinion publique, je réponds qu'oui. Parce que dans le système de justice il y a des failles très difficiles à réparer. Des failles que le simple citoyen ne soupçonne même pas. Exemple : Tu as peut-être déjà entendu parler des histoires de " play bargining " entre avocat de la défense, avocat de la poursuite, le juge et l'accusé. Nous nous trouvons avec un système de justice ou tu sais que je sais qu'il sait que nous savons que vous saviez qu'ils savent que quel que soit la vérité, c'est l'apparence de justice qui compte. Les accusés, qu'ils soient coupables ou non sont les pions d'un jeu d'échec dont l'argent est le principal moteur. Avant de penser à abolir la prison, il faut commencer par abolir l'injustice de la justice. C'est des raisons comme ça qui me font dire qu'oui on ne peut que se sentir fou et ridicule devant l'opinion publique en réclamant l'abolition de la prison.

7- Salut Bernard, c'est encore moi Denis. Moi je trouve qu'on ne peut pas demander l'impossible à l'opinion publique. Abolir la prison c'est abolir une partie de nous-mêmes. Cette partie s'appelle l'apparence de justice. L'homme moderne aime les apparences plus que tout, plus que la justice même. La prison plus que toute autre institution donne à l'homme l'illusion que la justice est rendue même si nous savons tous que la justice n'est pas de ce monde.. La prison telle qu'elle existe n'est rien d'autre qu'un instrument de vengeance sociale, et ce n'est pas les petits programmes de réinsertion qui vont changer la vocation première de la prison : C'est à dire la punition. Les hommes qui ne reviennent plus en dedans c'est grâce à leur propre volonté. Ceux qui ont fait de la prison une maison secondaire, ce sont ceux-là qui ont le plus besoin d'aide. Ils ont besoin d'être guéri. Ce sont des malades à qui la prison ne fait que plus de mal. Il y a en prison des criminologues, des sociologues qui comprennent très bien ça mais qui ne bougent pas le petit doigt pour sonner l'alarme. Comment croire à l'abolition de la prison avec des fonctionnaires de la sécurité publique qui ne fonctionne que pour gagner leur salaire. Un salaire mérité aux yeux de la société, mais pas à mes yeux. Alors, si un jour la prison disparaît, ça veut dire que les soldats seront devenus troubadours et toi et moi, nous serons morts mon frère.. Merci.

8- Bonjour Bernard, mon nom est Jean-Baptiste, la prison que personnellement je veux abolir, c'est ma prison intérieure. Ce qui m'empêche de me sentir libre ce ne sont pas les murs de Bordeaux. Mais le sentiment d'avoir fait mal à une personne à qui je ne peux pas demander pardon parce que le système m'empêche. Le système m'empêche de réparer le tord que j'ai causé à une autre personne. J'aurais aimé avoir la chance de faire face à mon tort. Rencontrer la victime. Lui demander pardon et me rendre utile en réparant ce que j'ai abîmé. J'ai peur d'être blessé pour toujours si je n'accomplis pas ce geste de rédemption. Je ne sais pas si un jour la prison va être abolie, mais je crois fortement à l'abolition des prisons intérieures par une justice réparatrice. Je crois que le pardon des victimes peut aider beaucoup un homme à se réinsérer.. Mais, pour que le pardon soit efficace et réparateur il faut oser le demander et surtout il faudrait que le système de justice donne suite à ce désir de rédemption. Je suis sûr que je ne suis pas le seul détenu qui désire et espère réparer son tort pour obtenir pardon. Je ne crois pas paraître fou ni ridicule devant l'opinion publique en demandant l'abolition de ma prison intérieure. Est-ce que je me trompe Bernard..?

9- Salut Bernard, je suis Shubert. Pour moi la prison, je ne sais pas si elle existe vraiment..! Quand je suis venu la première fois, je m'attendais à être battu, violé et peut-être même tué.. Mais, je me suis trouvé comme dans un hôtel bien surveillé. Je pensais que la prison allait me faire peur au point de ne plus y mettre les pieds. En parlant avec ma mère dernièrement, je me suis rendu compte que la prison n'a pas été assez sévère avec moi. Il y en a qui trouve la prison dure parce qu'elle prive de la liberté. Moi, je reproche justement à la prison de ne pas être assez sévère pour faire prendre conscience aux détenus de la valeur de la liberté. La prison est devenue un système bonbon. Chaque fois que je rentre, on m'offre une variété de programmes qui facilitent ma sortie bien avant la fin de ma sentence. Je peux sortir au sixième de ma peine, je peux aller en thérapie, aller dans une maison de transition.. Pour mériter un de ces programmes je dois me montrer sage, faire preuve que je m'améliore, que je fais des efforts.. Autrement dit, on me demande de jouer de la comédie.. Alors, je joue de la comédie pour sortir le plus vite. C'est ça le système bonbon.. Et je suis sûr que c'est à cause de ce système que le taux de récidive a augmenté.. Dans mon pays d'origine Haïti, un homme qui fait de la prison sait qu'il peut y mourir.. La prison au Québec ne sait pas ce qu'elle veut. Punir ou guérir..? C'est ce qu'il la rend encore plus insupportable. Parce qu'elle fabrique des récidivistes et des sans abris..

10- Salut Bernard. C'est encore Luc. Si la prison ne disparaîtra jamais c'est aussi grâce à des hommes comme Jean-Pierre Lizotte mort suite à une agression policière. Comme Jean-Pierre Lizotte beaucoup de sans abris remplissent la prison durant les mois d'hiver. Ils auraient pu être les héros de ton livre " Abolissons l'hiver " parce que c'est justement dans les mois de janvier et février qu'on les retrouve en dedans. Ces hommes ont besoin de la prison parce que malgré tous ses défauts, elle leur donne ce que leurs propres familles ne leurs donnent pas. Alors Bernard, dans l'éventuelle réédition de ton livre " Abolissons l'hiver " promets-moi de citer l'exemple de ces sans-abri qui ont su donner à l'hiver sa dimension naturelle et à la prison une dimension humaine.. Merci.

11- Resalu Bernard, c'est encore Harry. Moi, je dirais que la prison peut être abolie à condition de lui trouver une alternative. La prison telle qu'elle existe ne réinsère personne et ne protège personne. Dans certains cas, elle peut s'avérer plus dangereuse si on considère qu'elle constitue la meilleure école de crime qui puisse exister. Donc abolir la prison est chose très souhaitable. C'est dans l'intérêt même de la société. À mon avis la meilleure façon de l'abolir c'est de la transformer radicalement en commençant par lui changer de nom. Ensuite, revoir sa vocation. Une des alternatives, catégoriser les prisons selon le genre des crimes, c'est le mélange des genres qui fait de la prison aujourd'hui une école de crime. Je laisserais aux criminologues et aux sociologues le soin de concevoir une prison qui n'en est pas une.. Penses-tu Bernard que les anthropologues seraient intéressés à participer à la transformation de la prison..?

12- Salut Bernard, je m'appelle Roger. L'homme invente de plus en plus des machines. La prison est devenue une belle machine. Des portes automatiques. Des caméras plus performantes. Des clefs électroniques. Bientôt les gardiens et les gardiennes seront remplacés par des robots. Comment penser que l'homme consommateur de machine va abolir la prison ? Une des plus belles machines qu'il a inventée parce qu'elle est très payante. Grâce à moi petit criminel, des juges, des avocats, des gardiens, des policiers, le ministre de la Justice, le ministre de la sécurité Publique font de l'argent, beaucoup d'argent..?

13- Bernard Arcand, (mot de la fin de Luc)si l'homme était une prison, faut-il abolir l'homme..? Abolir la prison c'est abolir une partie de l'homme. Et pourtant, l'homme a prouvé à travers l'histoire qu'il est capable de se débarrasser un peu de lui-même. Jusqu'au siècle dernier l'homme n'aurait jamais cru abolir l'esclavage. Aujourd'hui, même si l'esclavage a pris d'autres formes, on ne vend plus un homme ou une femme sur la place publique. L'apartheid comme le mur de Berlin est une affaire du passé.. Mais, le mur de Bordeaux est encore là. " Est-ce qu'on peut dire ABOLISSONS LE MUR DE BORDEAUX sans paraître fou et ridicule devant l'opinion publique..? " , la réponse est peut-être dans la question. Elle est peut-être ailleurs. Il faut continuer à la chercher.. Quand à l'hiver, avec la pollution et le réchauffement de la terre, finira t-il par s'abolir lui-même..?! Peut-être qu'une des façons d'abolir la prison c'est tout simplement de ne jamais y mettre les pieds, parce que l'école aura fait son travail, la famille aura fait son travail. Peut-être que la meilleure façon d'abolir la prison c'est dans la prévention. L'homme n'abolira jamais l'hiver parce que c'est l'œuvre de Dieu. Mais l'homme peut abolir la prison parce que c'est l'œuvre de l'homme.

Bernard Arcand, Si tu n'écris pas un livre intitulé " Abolissons la prison ", les Souverains anonymes le feront et ça sera nécessairement un best seller. Merci d'être venu nous entendre et partager nos interrogations.. Je sais que tu es venu de Québec spécialement pour nous rencontrer. Cela nous touche particulièrement.. Par notre site web, tu pourras toujours correspondre avec nous. Bernard Arcand, au nom de tous mes camarades, je te déclare Souverains anonymes...


retour à émission | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2000