Radio Souverains

Ariane Brunet

Tu quittes ta cellule
Tu traverses les couloirs
Tu salues tes amis
Tu leur dis " à plus tard "

Tu n' quittes pas Bordeaux
ce n'est pas un drame
Tu t’évades dans les mots
et les yeux d'une femme

Ta vie est un roman
Ta vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que tu te poses
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide leur cause

Ariane Brunet

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

écoutez l’émission
avec Ariane Brunet sans téléchargement

08 mars 2012

Première partie 54mn 04'

class="image"

Deuxième partie 55mn 27'

class="image"

-------

1- Bonjour Ariane, je m’appelle Obed. Bonjour aussi à ton guitariste Mathieu Durocher sans oublier ton percussionniste du jour Kattam. C’est un très grand plaisir pour nous les Souverains de t’accueillir aujourd’hui en particulier. Aujourd’hui, ce n’est pas n’importe quelle journée, c’est la journée internationale de la femme. Et pour célébrer cet évènement nous recevons la plus belle, la plus blonde et une des plus jeunes femmes artistes du Québec. Ariane, tu as n’as que 20 ans. Tu es auteure, compositeur et interprète. Tu as déjà réalisé ton premier album qui s’appelle « Le pied dans ma bulle ». Nous avons écouté les onze chansons, nous avons exploré ta bulle. Aujourd’hui, nous allons s’y approcher de plus près. Mais rassure-toi nous ne la péterons pas. Je peux te dire déjà que tu as beaucoup de talent autant pour l’écriture des paroles que pour la musique. Personnellement, j’ai apprécié ta chanson « Aime-moi ». Dans cet album tu abordes le thème de l’amour dans tous ses états. Les Souverains te poseront des questions et feront des témoignages. Mais pour commencer, faisons mieux connaissance. Comment la musique est devenue chez-toi plus qu’un loisir mais un art et un moyen de vivre..?

2- Bonjour Ariane, je m’appelle Gabriel. Je te dis tout de suite. J’adore ta chanson « Dimanche ». Sur un air musical joyeux et bien rythmé, tu chantes des paroles tristes. « Le ciel nous déverse son orage. Les larmes inondent ton visage. Et non, je ne t’aime plus.. ». Dans cette chanson, tu répètes « Je ne t’aime plus » 9 fois. Cette chanson raconte en quelque sorte une partie de ma vie. Moi aussi, j’ai dû lui dire un jour « Je ne t’aime plus ». Mais avant de lui dire, j’ai suis allé chercher toutes mes forces auprès d’autres personnes qui avaient le même problème que moi. Je suis allé chercher de l’aide en partageant mon histoire avec d’autres histoires. Mon expérience avec d’autres expériences. Des mois de partage et de témoignage ont fini par me donner la force nécessaire pour que je puisse lui dire les yeux dans les yeux. « Je ne t’aime plus, je ne veux plus te voir, tu ne me verras plus ». Non ce n’est pas évident de dire non à la drogue du jour au lendemain. Pour arriver à cette décision, il fallait aussi que j’organise ma vie autrement. Que je me trouve une job. Un métier. Je suis devenu spécialiste dans le réseautage médiatique et comme toi Ariane, je continue à écrire des chansons. La musique c’est ma passion. Plus tard, je vais peut-être te chanter quelque chose. J’adore ta chanson « Dimanche ». Dimanche c’est un jour de méditation, de prière, de promenade et parfois c’est le jour pour prendre des grandes décisions, comme par exemple dire à sa blonde ou à son tchum « Je ne t’aime plus ». Mais Ariane, si ta chanson s’appelait « Lundi » ou « Samedi », est-ce que cela aurait changé quelque chose à l’histoire que la chanson raconte..?

3- Bonjour Ariane, je m’appelle Patrick. Moi aussi j’ai beaucoup aimé ta chanson « Dimanche ». Elle m’a rappelé mes histoires de ruptures. Mes relations ne duraient jamais plus que trois ans. Je ne te raconterai pas les détails de ma dernière rupture, mais ça s’est passé une fin de semaine. Alors que j’avais promis à ma mère d’aller la voir, je suis allé voir mon ex. J’ai brisé une condition juridique, résultat, je suis ici. Depuis que je suis ici, c’est ma mère qui me rend visite presque chaque dimanche. S’il y a une femme à qui je ne dirais jamais « Je ne t’aime plus », c’est bien ma mère. Je me suis promis d’ailleurs de tout faire pour être à la hauteur de son amour inconditionnel. Je veux qu’elle soit fière de moi. À ma sortie, une job m’attend. Je suis peintre de voiture et d’avion. Payé à 23$50, je vais me relancé dans la vie par le travail. Quand aux femmes, même si elles m’ont fait voir de toutes les sortes, je ne peux m’en passer. D’ailleurs, avec tout ce que j’ai partagé avec mes ex-blondes, elles deviennent toutes des amies. Je suis incapable de les haïr. Même quand je ne les aime plus, je continue à les aimer pareil… Elles feront toujours parties de ma vie. D’ailleurs, à l’occasion de la journée internationale de la femme, je pense à elles. Mais c’est à ma mère que je rends un hommage particulier. Et toi Ariane, quand c’est fini avec un homme, c’est vraiment fini..?

4- Bonjour Ariane, je m’appelle Omar. Moi c’est ta chanson « Aime-moi » qui est venue me chercher. Je ne suis pas le genre à dire à me blonde que je l’aime. Par contre je pose des gestes qui en disent long sur mes sentiments. Par exemple, les fleurs que j’offre à ma blonde, je ne les achète pas chez le fleuriste, je vais les cueillir moi-même, soigneusement, une par une, dans un champ ou chez le voisin. Je suis prêt à prendre des risques pour démontrer mon amour. Je suis plus fort sur les gestes que sur les mots. Moi aussi quand je regarde ma blonde, je fonds, mais je n’oublis jamais son nom. Son nom, je l’ai écris sur les murs, sur les arbres et sur mes cahiers d’école. Son nom, je l’ai écris sur mon cœur.. Aujourd’hui, à l’occasion de la journée internationale de la femme, je pense à elle avec amour et respect. On dit souvent qu’il y a une femme derrière chaque grand homme. Moi je dis que derrière chaque homme heureux il y a une femme qui ose lui dire « Aime-moi ». Alors dis-moi Ariane, quelles sont les qualités que tu aimes chez un homme à part d’avoir des yeux bleus comme moi..?

5- Bonjour Ariane, je vais te dire mon nom,
mais pour que tu t’en rappelles,
je vais le mettre dans une chanson.
Ta chanson « Aime-moi » parle de moi.
Mais elle lui manque mon nom.
La revoici juste un peu modifiée,
c’est ma petite version.

Tu me regardes et tu fonds
Tu as déjà oublié mon nom
Je te le dis, c’est Obed Sanon
Moi aussi j’ai une drôle d’impression
Qu’on se connaît déjà
Tu sais encore rien sur moi
Mais je le sens, je le vois

Ce qu’il y a entre toi et moi
Est si différent
Tu es la seule que je comprends
Et la seule que je vois.
Nul besoin de me demander « Aime-moi »
Ariane Brunet « Je t’aime déjà ».

6- Bonjour Ariane, je m’appelle Zakarie. J’aimerais m’arrêter sur la chanson-titre de ton album, « Le pied dans ma bulle ». C’est moins sur les paroles que sur la musique que je fais mon commentaire. De toutes les chansons de l’album, c’est sur celle-là que j’ai le plus accroché. Même si l’album porte un son, on entend bien, d’une chanson à l’autre, que tu essayes plusieurs styles de musique. Je trouve que sur « Le pied est dans ma bulle » tu t’approches d’un style musicale qui convient le plus à ta voix. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard que ça soit cette chanson qui est aussi le titre de ton album. Si je dois qualifier ce style, je dirais que c’est du soul, montagne jazzé.. Je ne veux pas avoir la prétention de te montrer quoi chanter et dans quel style. Mais je crois que si tu peux te concentrer plus sur du soul, plus du funky, mon intuition me dit que tu irais loin. Je trouve que tu as une voix magnifique. Dans cette chanson en particulier, tu réussi à harmoniser des paroles en français dans une musique plus funky avec une ambiance urbaine. Peut-être même que tu feras un jour un album en anglais.. Est-ce que c’est un de tes projets..?

7- Bonjour Ariane. Je m’appelle Marrakchi. Moi j’aime toutes les chansons de ton album. Parce qu’elles abordent l’amour dans tous ses états. À mon âge et avec mes expériences, j’ai vécu toutes ces émotions que tu chantes si bien dans tes chansons. J’ai vécu plusieurs histoires, mais la plus romantique est celle que j’ai vécue à l’âge de 19 ans. . C’était il y a longtemps. Elle était belle, blonde et comme moi, elle était algérienne. J’ai dû traverser des milliers de kilomètres pour la retrouver dans notre village.. Je ne te raconterai pas les détails, c’est une longue histoire. La chanson de ton album qui me rajeuni et fait briller mon cœur et mes yeux s’appelle « Pour toi ». Dans cette chanson tu dis « Et même si la terre se mettait à trembler sous nos pieds. Et même si le jour refusait de se lever, je n’aurais d’yeux que pour toi.. pour toi.. Pour toi » Que dire de plus. Pour moi, tu es déjà une grande star de la chanson. Au plaisir de t’écouter dehors..

8- Bonjour Ariane, je m’appelle Markens. Une de tes chansons s’appelle « Plus je me cherche, moins je me trouve » et tu ajoutes « Si tu me vois, dis-le moi ». Il m’est souvent arrivé de ne pas me voir parce que je me cherchais sans me trouver. La seule personne qui pouvait me voir c’était ma mère et elle me l’a dit. Elle m’a avertit. Elle m’a dit « fais attention ». Je l’ai souvent écouté, mais pas toujours. C’est pour ça que je suis ici. Mais j’aurais pu être ailleurs pour une plus grande sentence. Heureusement que j’ai écouté ma mère. Mais si je l’avais écouté plus souvent, je ne serais rendu ici. Mais ici, j’essaye de me trouver. Je fais beaucoup d’effort. Je m’inspire des paroles de ma mère. Aujourd’hui, c’est la journée de la femme. C’est la journée de ma mère. Une femme battante. Une héroïne. Une source d’inspiration. Avec elle, je n’ai pas besoin de me chercher. Je me suis trouvé le jour de ma naissance. Merci ma mère et Merci Ariane d’avoir écris cette chanson.

9- Bonjour Ariane, je m’appelle Alexandre. Deux chansons de toi m’ont beaucoup touché. La première c’est « Plus je me cherche, moi je me trouve » et la deuxième c’est « Bien avec toi ». Les deux chansons me font penser à une femme. Celle qui a toujours été là pour moi. Chaque fois que je me perdais, c’est-elle qui me voyait, c’est elle qui me ramenait sur terre. C’est par son amour inconditionnel et par sa tendresse que je refaisais à la vie. C’est toujours auprès d’elle que je me sens le mieux. Cette femme, c’est ma mère. C’est grâce à elle, si je suis encore vivant. Elle m’a toujours dit « Quoi que tu fasses, je serai toujours là pour toi ». Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la femme.. Je dis à ma mère, aujourd’hui grâce à toi, ton fils est un homme.. MERCI Ariane d’écrire de si belles chansons.

10- Bonjour Ariane, je m’appelle Majdi. Je suis d’origine tunisienne. J’ai fais des études en littérature française. Ta chanson « Plus je me cherche, moins je me trouve » me fait penser à la lutte du peuple tunisien qui s’est retrouvé un 14 janvier 2011, le jour ou il a fait dégager le dictateur qui régnait sur nous depuis 24 ans. Donc cette impression d’être perdu ne se vit uniquement individuellement, on peut la vivre collectivement. Un peuple se sent perdu quand il perd sa liberté et sa dignité. Un peuple se retrouve qu’il gagne de nouveau sa liberté et sa dignité. Puisque c’est la journée de la femme, je rends hommage à toutes les femmes tunisiennes qui se sont tenues debout auprès de leurs frères pour libérer la Tunisie. Un petit conseil amical que je te donne, si jamais tu sens le besoin de te retrouver, ne cherche pas, viens faire un tour en Tunisie, tu te sentiras chez-toi.. D’ailleurs, si tu envisages faire un vidéo-clip sur cette chanson, je te recommande les plages de la Tunisie. Et je te dis déjà bon voyage et bon tournage. MERCI!

11- Bonjour Ariane. Je m’appelle Luma. Dans ta chanson « Comme un p’tit bout de fil » tu dis : « Parce que comme un p’tit bout de fil, le temps se défile, et se meurt et ça me fait peur » Moi ce qui me fait peur c’est de voir le temps m’échapper entre les doigts. J’ai parfois l’impression que le temps brûle ici entre les murs, que le temps ne m’appartient pas, je ne peux pas faire tout ce que je veux ici. J’espère que cette prise de conscience sur l’importance du temps me rendra plus sage à ma sortie, pour ne plus gaspiller mon temps. Le temps c’est fragile, comme un p’tit bout de fil. Comme un volcan au milieu d’une île. Un volcan d’apparence tranquille. Un volcan qui brûle les secondes, les minutes et les heures d’une ville. Montréal c’est ma ville, c’est mon île. Je dois réapprendre à marcher et à vivre dans certaines rues, certaines place, si je ne veux pas me retrouver encore une fois dans ce palace. Merci Ariane d’avoir chanté le temps.

12- Bonjour Ariane, je m’appelle Ludimir. Plusieurs femmes sont importantes dans ma vie. Ma petite fille de 8 ans et sa mère qui est toujours ma femme. Alors, puisque c’est la journée internationale de la femme, je pense à elles affectueusement. Je souhaite à ma fille de devenir une femme brave. Aussi brave que ces femmes haïtiennes qui ont permis à un pays de survivre en gardant la tête haute. Merci à toi Ariane d’être notre invitée aujourd’hui.

13- Bonjour Ariane. Au nom de tous mes amis Souverains, je te demande de passer de la parole à l’action. Tu es accompagnée de ton guitariste Mathieu Durocher et de Kattam aux percussions. Tu as amené ton piano. À toi de jouer et à nous de t’applaudir.

14- Ariane Brunet, Une de tes chansons s’appelle « Là où personne ne va ». Aujourd’hui, tu es venue là où personne ne veut venir. Là où personne ne veut rester. Mais par ta présence, par ta voix et par ta musique, tu as sublimé cet endroit. Tu en as fais un voyage. Un beau voyage que nous avons tous partagé avec toi. Tu as réinventé l’évasion, avec ta voix si douce. En cette journée internationale de la femme, tu as porté avec toi, le meilleur des femmes, ton cœur et ton âme. Merci de chanter l’amour à ta manière. Merci à ton guitariste Mathieu Durocher et à Kattam de t’avoir accompagné. Au nom de tous mes camarades, je te déclare Ariane Brunet et Mathieu Durocher, Souverains anonymes.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010