Souverains anonymes

Le Droit et la Justice selon Charles

A sa majorité, tout individu dispose d'une liberté
d'opinion et d'action dans le cadre d'une loi commune.

Toute personne est souveraine dans les limites d'un droit
et d'un devoir qui lui sont prescrits par le consensus social.

On ne saurait renoncer à ces principes sans compromettre les fondements
de la démocratie, de l'éthique, voire de la liberté.

Et pourtant, nombre de situations nous invitent
à violer ces principes fondamentaux.

Ainsi, lorsqu'un homme violente une femme,
lorsqu'il brûle un feu rouge ou vole une voiture,
il fait preuve d'un manque de responsabilité
moral, social et légal.
En conséquence, il risque de faire l'objet d'un examen judiciaire.
Et les premières questions auxquelles il devrait répondre sont:
Était-il conscient de sa responsabilité au moment de poser son geste..?
Était-il libre de ne pas le faire..?
Était-il conscient qu'il est le seul responsable de son geste..?

Le premier pas vers la liberté d'un homme
(voir la réhabilitation d'un criminel)
commence par la reconnaissance de sa propre responsabilité.

Avant d'être détenu,
Charles était un avocat membre du barreau pendant 10 ans
Son passage à Bordeaux n'a pas été inutile

Téléchargez et écoutez cet extrait (9'18)
d'une émission fascinante sur le droit et la Justice
enregistrée en 1990.

Cliquez.

Cliquez pour la version complète de l'émission:
1er partie 25'00 - 2ième partie 26'11


retour à émission | retour à liste des émissions

©M.L. 2002