Radio Souverains

Laurence Hélie

Tu quittes ta cellule
Tu traverses les couloirs
Tu salues tes amis
Tu leur dis " à plus tard "

Tu n' quittes pas Bordeaux
Du moins pas encore
Tu t’évades dans les mots
et la musique des noirs

Ta vie est un roman
Ta vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que tu te poses
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide leur cause

Laurence Hélie

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

Laurence entourée des Souverains

écoutez l’émission
avec Laurence Hélie sans téléchargement

09 février 2012

Première partie 53mn 00'

class="image"

Deuxième partie 50mn 44'

class="image"

-------

1- Bonjour Laurence, je m’appelle Obed. Moi et mes amis Souverains nous sommes très heureux de te recevoir pour la première fois à notre émission. Tu es auteure, compositeure et interprète. Nous avons passé deux jours à écouter ton premier album et le méditer. Tu es pour nous, une très belle découverte. Le country ce n’est pas nécessairement notre style de musique, mais c’est surtout ta voix qui nous a le plus touché. Nous avons beaucoup apprécié ta façon de chanter, de bercer, de chuchoter, de murmurer des paroles si intimes. Une voix sensuelle. Une musique aérienne. Un son travaillé avec un soin particulier. Bref, cet album est une évasion assurée. Bravo à tous ceux qui t’ont aidé à l’accoucher. À partir des titres et des paroles de ton album, les Souverains ont préparé des questions et des témoignages. Mais si tu permets, faisons d’abord connaissance. Avant d’arriver à faire ta propre carrière solo, tu as été choriste pour d’autres chanteurs. Tu as aussi travaillé comme preneuse de son pendant des années. Mais ça ne nous dit pas grand-chose sur toi. Où et comment la musique est entrée dans ta vie.. ?

2- Bonjour Laurence, je m’appelle Mrrakechi. C’est en lisant les paroles de tes chansons que j’ai réalisé que ton album est vraiment parfait. J’appartiens à une génération qui donne beaucoup d’importance aux paroles. Les paroles de tes chansons sont très romantiques. Cela m’a rappelé ma jeunesse quand j’ai quitté mon Algérie natale pour l’Angleterre à l’âge de 19 ans. Je suis tombé en amour avec une belle blonde collégienne. J’étais tellement amoureux que je suis retourné en Angleterre en passant par la France. Elle était Jane et j’étais son Gainsbourg. Elle me disait « Je t’aime », je répondais « Moi non plus ». C’était l’époque ou Gérard Lenormand chantait

Il était un soir
Il était une fois
Quelque chose et moi
Quelque chose et moi
Comme un prisonnier s'émerveille
A regarder vivre une fourmi
J'ai reçu de bonnes nouvelles
Il paraît que ça va bien la vie

Elle va bien la vie en ta présence Laurence, en compagnie des Souverains. Tes paroles m’ont rappelé celles de Moustaki, le Métèque :

Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l'air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec ma peau qui s'est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon

Ma chère Laurence j’espère que tu iras loin dans ta carrière. Au moins aussi loin que celle de Garou et pourquoi pas celle de Céline. À propos de Céline, sa carrière internationale a commencé juste après sa visite aux Souverains anonymes en 1991. Tu croiseras Inchallah un Jean-Jacques Goldman qui te donnera le coup de pouce qu’il faut. Maintenant, je vais m’arrêter sur ta chanson « Tu me manques » dans laquelle tu chantes « Je préfère m’enfuir que de te voir partir. Je préfère m’endormir que de regretter ton sourire ». Cette chanson évoque pour moi mon départ de l’Algérie. Parfois on quitte son pays par amour. Avec l’espoir d’y revenir un jour. Je sens qu’il est proche ce jour, le jour du grand retour. Et toi Laurence, écoute bien ma question, quand tu préfères t’enfuir que de voir l’amour partir, est-ce que fuir, fait moins souffrir..?

3- Bonjour Laurence, je m’appelle Alexandre. Une de tes chansons s’appelle « Je ne touche à rien », moi je touche à tout. Je touche même au bois pour conjurer le mauvais sort et jusqu’ici je m’ensors. J’ai 32 ans, je suis papa et j’ai trouvé l’âme sœur avec qui je m’ensors. Ici je ne suis que de passage. Je fais de mon mieux pour ne plus y revenir. Je viens de décrocher un diplôme en construction. Je vais mieux gagner ma vie en sortant. Je m’ensors. Et toi Laurence, ta job c’est la musique. Tu as fais ton premier album, est-ce que tu t’ensors..?

4- Bonjour Laurence, je m’appelle Riad. J’ai bien aimé ta chanson « Ici » dans laquelle tu dis : « Je m’ennui la nuit dans ma cage. J’ai beau rêvé, pas de truquage ». Moi je suis un oiseau de nuit. La nuit je ne m’ennuie pas. La nuit, je m’amuse, la nuit, je m’éclate. Peu importe où je suis, même dans une cellule de prison, quand la nuit tombe, moi je ne suis plus ici, je suis ailleurs. Pour ne pas m’ennuyer la nuit dans ma cage, j’écoute ton ouvrage. C’est une musique, c’est une voix, c’est un visage, un paysage, un voyage. Un voyage qui m’amène très loin de ma cage. Il faut dire que je n’aurais pas toujours 20 ans. À 20 ans, je ne veux pas de mariage, ça serait comme me mettre dans une cage. Faut attendre au moins 10 ans. Avant qu’une femme devienne ma femme, je veux apprendre à devenir son homme. Il paraît que ce ne sont pas les hommes qui choisissent les femmes, mais les femmes qui choisissent les hommes. Es-tu d’accord avec ça..?

5- Bonjour Laurence, je m’appelle Brahim. La chanson la plus triste de ton album s’appelle « Les portes fermées ». Tu aurais pu l’appeler « Les prisons intérieures ». Nous habitons tous ces prisons qui enferment nos peines. Des peines d’amour, des peines d’absence. Ça tourmente nos consciences. Par peur, on prend ses distances. Derrière chaque bonheur, on appréhende un malheur. Le bonheur fait si peur. Peur de le perdre trop vite. Peur qu’il nous échappe entre les doigts. Peur d’être déçu. Alors, en attendant le bonheur, on profite des plaisirs. Aujourd’hui, c’est un grand plaisir, de te parler et de t’entendre. Aujourd’hui, les portes de nos cœurs sont ouvertes à toi. Vas-y entre et fais comme chez-toi. Je te pose cette question avec un choix de réponse : Si le bonheur était une porte laquelle tu ouvres : La porte d’une BMW, la porte d’un chalet au bord d’un lac, la porte d’une école pour analphabètes, la porte d’un cœur amoureux et timide ou la porte d’une prison qui s’appelle « Bordeaux » ..?

6- Bonjour, je m’appelle Stéphane. Kerozène c’est la première chanson de ton album. Tu dis dans cette chanson « retour de flamme, entre l’amour et la haine, du kérosène ». J’adore cette chanson parce qu’elle évoque une énergie avec laquelle on peut faire autant de bien que de mal. En tant que haïtien, cette chanson me rappelle l’énergie du vaudou avec laquelle on peut agir autant pour faire du mal que pour faire du bien. C’est un choix. Quand Duvalier a été renversé en 1986, j’étais en Haïti, j’avais 6 ans et j’ai assisté à des scènes terribles dans laquelle le kerosène a été utilisé pour se venger des macoutes, cette force policières qui a fait tant de mal à tout un peuple. Je ne te raconte pas les détails de ce que j’ai vu. Aujourd’hui, je vois bien que mon pays a besoin d’orienter ses énergies pour le bien du pays. Haïti a besoin d’être délivré des mauvais esprits qui l’habitent depuis trop longtemps. Le kérosène a semé la haine. Il est temps de mettre la paix et le pardon dans le cœur de chaque haïtien.. C’est une mission que je me donne. Aider mon pays à retrouver le kérosène. Celui qui fait du bien, pour guérir, pour ne plus souffrir et surtout pour construire. MERCI d’avoir écrit cette chanson. Je souhaite que tu ailles en Haïti pour la chanter partout.. Es-tu d’accord?

7- Bonjour Laurence, je m’appelle Yahya. Ta voix n’a rien de marocain, mais quand je l’écoute, je pense au Maroc. Je pense à ma ville, une des plus belles au Monde. Marrakech est une fleur au milieu des palmiers. Ta voix fait rejaillir les jardins de Marrakech comme une source d’eau au milieu du désert. Je souhaite pour toi un jour de visiter ma ville et pourquoi pas y chanter. Jammae El f’na T’attend. El M’nara T’attend. Et moi-même Souverain de Marrakech, je t’attends. Laurence, je souhaite vraiment pour toi que tu ailles filmer un de tes vidéo-clips dans le décor de Marrakech. J’imagine très bien des images de Marrakech sur les paroles de ta chanson « Tant et si bien ». Une chanson romantique dans un décor romanesque. Mais dis-moi d’abord, est-ce que tu connais Marrakech..?

8- Bonjour Je m’appelle Patrick. Ta chanson « Un pont » a réveillé en moi les sentiments d’une peine d’amour. J’en garde l’image d’un pont cassé. Je t’avoue que j’ai perdu confiance, je garde mes distances. Je regarde les femmes avec méfiance. Dans cette chanson, tu dis « Tu cries mon nom, je réponds ». Moi, je ne réponds pas. Les femmes sont compliquées. Maintenant, je le sais.. Je te dis, le pont est cassé. Avant de le reconstruire, je vais prendre le temps de me reconstruire. De retrouver la confiance. Retrouver la danse. Mais, entre toi et moi Laurence, je te le dis en toute conscience. Je sais que je vais aimer d’autres femmes. Le pont est cassé. Mais, des femmes, je ne peux pas m’en passer. Ton album ne parle que d’amour, des peines d’amour, des joies d’amour.. Quelque chose me dit que tu ne peux pas te passer des hommes. Est-ce que je me trompe..?

9- Bonjour Laurence, c’est encore Obed. De toutes les chansons de ton album, c’est « Plus je reste » qui me rejoint beaucoup. Tu chantes « Plus je reste, plus tu pars, plus je t’aime, plus c’est bizarre ». Cette chanson définit un style de rapport entre un homme et une femme qui me plait beaucoup. On peut appeler ça un jeu, une comédie.. Autant l’homme que la femme savent que c’est un jeu, c’est une comédie et font semblant de ne pas le savoir. Tu dis aussi dans la même chanson : « Plus j’y tiens, plus tout nous sépare, toi le train, moi la gare, retour de balançoire ». J’aime dans cette chanson les images qui donnent des rôles bien partagés. L’homme c’est le train, la femme c’est la gare.. Impossible d’imaginer l’inverse. Je te le dis Laurence, cet album devrait être distribué dans toutes les cellules de prison parce qu’il sublime l’amour avec des images et des musiques remarquables. En tout cas moi, plus je l’écoute, plus je pars, plus je m’évade dans le brouillard. C’est le signe que dans cet album, il y a de l’art. Merci de l’avoir fait.

10- Bonjour Laurence, je m’appelle Munoz, j’aime bien ta chanson « Tu ne me vois pas ». Sache que moi je te vois. Tu t’appelle Laurence, tu es blonde et j’aime ça. Tu dis dans cette chanson « Je t’ai tendu une perche, je me suis jeté à l’eau, ce n’est pas moi que tu cherches, c’est une autre qu’il te faut ». Celui qui n’a pas su prendre la perche que tu lui as tendu, c’est un fou, un aveugle ou un con. Moi, je ne suis ni fou, ni aveugle, ni con. Moi je te vois. Tu t’appelles Laurence, tu es blonde et j’aime ça. Tu es blonde, je suis brun, ma mère m’a toujours dit que c’est bon le mélange blonde et brun. Tu es du Québec, je suis de la Républica Dominicana. Dis-moi Laurence, tu chantes bien en anglais, mais chantes-tu aussi en espagnol..?

11- Bonjour Laurence, je m’appelle Nicolas. Moi j’aime bien la pochette de ton album. C’est toi qu’on voit assise sur le sofa entourée d’une discothèque des vieux 33 tours. C’est ton univers musical. Tu as l’air de rêver, probablement en train d’écoutant une de ces vieilles tounes folk country de Ryan Adams, Neil Young ou Alison Krauss. En quittant Bordeaux, je vais acheter ton album. Je vais l’écouter avec ma blonde. Ma blonde n’est pas blonde, c’est est brune. Dans un mois, je vais la trouver sur la lune. Chaque jour m’approche du dernier jour. J’espère quitter cet endroit pour toujours. Je connais la douleur de perdre du bon temps. Aujourd’hui devant toi, je suis heureux et content. Et toi Laurence es-tu contente..?

12- Bonjour Laurence, je m’appelle Allan. De ton album, la chanson qui m’a le plus touché s’appelle « La ville me joue des tours ». Ma ville s’appelle Montréal. Elle m’a joué mille et un tours. Mais de tout Montréal, c’est à Hochelaga que je suis le plus attaché. C’est plus qu’un quartier, c’est un univers. C’est là que j’ai fais mes 400 coups. C’est que j’ai connu mes premiers amours. C’est là que j’ai donné mes rendez-vous doux. Ça se passait chez-nous alors que ma mère n’était pas là.. C’est par ma fenêtre que l’amour entrait et sortait. Ma mère n’y voyait rien. Dans ta chanson tu dis « Ces murs qui m’entourent et ton prénom qui allume le jour ». Dans ma tête il y a un seul prénom qui allume mon jour c’est celui de ma fille. J’espère que pour elle la vie et la ville sera moins dure qu’elle l’a été avec moi. MERCI Laurence.

13- Bonjour Laurence, je m’appelle Cherry. C’est mon nom de famille. Les femmes n’ont pas le choix que de me séduire. Moi c’est ta reprise de la chanson de Patrick Normand qui me séduit. Quand on est en amour. Cette chanson a été chantée deux fois par son créateur. Je trouve ta façon de la chanter est particulièrement belle et originale. Beaucoup plus sensuelle que celle de Patrick Normand. C’est pour te dire ma chère Laurence que lorsque moi je suis en amour, ça n’a jamais été pour toujours.. Mais il y a une chose que je ferais pour toujours. C’est dessiner. Alors j’ai osé te dessiner. Voici un souvenir de ton passage parmi nous. MERCI!

14- Bonjour Laurence. Au nom de tous mes amis Souverains, je me permets de te demander de passer de la parole à l’action. Tu es accompagnée de ta guitare. À toi de jouer et à nous de t’applaudir.

15- Laurence Hélie, Une de tes chansons s’appelle « Ici ». Tu seras toujours la bienvenue ici au Souverains anonymes. Quand tu reviendras pour la deuxième fois, j’espère qu’aucun des Souverains présents aujourd’hui ne sera là. Nous serons tous dehors avec nos billets pour aller te voir sur scène. Merci Laurence d’avoir une si belle voix. Merci de chanter l’amour à ta manière. Merci de nous avoir fait évader de ces murs. Je te souhaite bonheur, santé et succès. Dans une de tes chansons, tu dis : « Même si je m’en vais loin d’ici, je saurais toujours qui j’étais ». Et au nom de tous mes camarades, je te dis Laurence Hélie que tu as été, tu es et tu sauras toujours notre Souveraine anonyme.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010