Radio Souverains

Alain Lefèvre - Pianiste

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
du moins pas encore
je m’évade dans les mots
et la musique des noirs

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue homme de musique
et de communication
Et je vous plaide notre cause

Alain Lefèvre

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

écoutez cette émission en deux parties
sans téléchargement
Première partie 56mn 21'

class="image"

Deuxième partie 58mn 35'

class="image"

28 janvier 2010

1- Bonjour Alain, je m’appelle Ben, tu n’es pas arrivé seul. Un beau piano t’accompagne. Alors à toi et à ton piano, bienvenu chez les Souverains. Même si tout le monde te connaît, je rappelle que tu es un pianiste de réputation mondiale. Que tu es né en France à Poitiers, mais tu es arrivés très jeune au Québec. Que depuis l’âge de 4 ans, tu joues le piano. Que dans ta carrière, tu as raflé un nombre incroyable de prix et de distinctions. Que tu es aussi compositeur. Que ton dernier album s’appelle Jardin d’images. Mais la cause pour la quelle tu as consacré 20 ans de ta vie, c’est de faire connaître au monde entier, l’œuvre du compositeur québécois André Mathieu. Tu as été d’ailleurs choisi parmi les personnalités de l’année 2009 pour avoir réussi à sortir de l’ombre un génie. Nous avons écouté tes deux derniers albums, mais avant de parler de musique classique et d’André Mathieu, faisons mieux connaissance. Moi je viens du Maroc. Je suis un artiste, un g’naoui, un africain, un marocain devenu québécois, devenu canadien et devant toi aujourd’hui, je suis un Souverain.

Alain Lefèvre, sans connaître les détails de ta vie, il paraît que ça n’a pas toujours été facile pour toi surtout à ton enfance. Mais apparemment, tu t’en es bien sorti. J’imagine que la musique a joué un rôle capital. Non seulement elle t’a donné le succès, mais peut-être aussi beaucoup de bonheur. Dans mon cas, je n’ai pas fais une longue carrière professionnelle avec la musique pour connaître le succès, mais je crois bien qu’elle m’apporte un bonheur inestimable surtout quand je chante pour mes frères Souverains. Alors ma question est simple. De quelle façon, la musique a joué un rôle important pour te permettre de t’épanouir et de t’envoler..?

2- Bonjour Alain, je m’appelle Gary, je suis haïtien, un haïtien qui vit au Québec. Mais depuis quelques jours je ne me suis jamais senti aussi haïtien et fier de l’être. Le drame haïtien fait partie de moi, de mon identité. J’espère pouvoir d’une manière ou d’une autre participer à la reconstruction d’Haïti même à partir du Québec. Et toi Alain, même si tu es arrivé jeune de la France, tu as gardé ton accent français. Quand tu voyages dans le monde, au Maroc, par exemple, on te perçoit comment, comme un québécois, comme un français ou simplement comme un artiste..?

3- Bonjour Alain, je m’appelle Charles et pour la Ministre de la Culture, qui nous a rendu visite la semaine dernière, je suis le Prince Charles. Il paraît qu’au départ la musique classique était réservée aux Rois et aux princes. Mais moi le Prince Charles, dans ma vie, j’ai davantage écouté Bob Marley et Wiclef Jean que Beethoven ou Mozart. Ceci dit, j’apprécie beaucoup la musique classique. Des rappeurs comme Wiclef Jean font souvent appel à la musique classique. Mais cette musique demeure apparemment loin des quartiers populaires. Loin des pauvres. Je sais que de temps en temps certains Orchestres symphoniques vont aller donner un concert dans un parc ou dans le métro, mais à mon avis c’est à l’école qu’on devrait commencer. Moi, mes professeurs ne m’ont jamais parlé de Beethoven ou de Mozart. Mais toi, qui fais beaucoup d’éducation musicale, parles-moi STP de Beethoven et de Mozart. Pourquoi sont-ils les plus populaires de la musique classique..?

4- Bonjour, je m’appelle Caleb, chez-nous en Haïti, un des compositeurs très populaires ne s’appelle pas Beethoven Mais Beethova Oba. Il s’est donné ce nom parce que son père Charles Oba était un passionné de Beethoven. Mais le père de Beethova a disparu un jour parce qu’il avait osé s’opposer au Président François Duvalier. Alain, je ne sais pas si tu as déjà été en Haïti. Si tu as déjà joué dans mon pays d’origine. Pays du compas, du rara et du Beethova Oba. Peut-être que ta façon d’être solidaire avec les haïtiens, c’est d’aller faire une tournée. Une tournée anonyme avec des Souverains anonymes. Je suis sûr que les américains, avec leur gros hélicoptères, ils te donneront un coup de main pour déplacer ton piano. Bref, est-ce que Haïti fait partie de tes plans de tournée..??

5- Bonjour Alain, je m’appelle Woodley .

L’univers est régis par le son et que Dieu par sa voix
nous enseigne ce hymne d’amour et de fratérnité.
Ton passage ici au Souverains en est encore la preuve.
L’élan d'un son pour instruire, toucher, surtout rêver
Haïti aujourd'hui se console dans un air contemporain
Haïti est l’honneur de la musique pour le monde
propre tous les hommes de toute langue et toute nationalité.
Une musique sur un air d’espoir, de force, d’union et de vision.
Un hymne la vie, cette vie si riche d’espoir et d’espérance.
Merci de nous communiquer
ce langage universel d’aujourd'hui.

Pour revenir à André Mathieu, nous avons entendu dans ton avant-dernier album trois pièces de lui. D’après ce que j’ai écouté, André Mathieu, c’est la force et la douceur incarnées dans un seul homme. Par exemple son Concerto n2 opus 13 Andante est une évasion assurée vers un monde de douceur, un monde merveilleux. Si j’étais médecin, je recommanderai certaines pièces d’André Mathieu comme un calmant. Alors, explique-nous comment un tel génie a été oublié si longtemps au Québec. S’il était né en Allemagne par exemple, est-ce qu’il aurait été moins oublié..??

6- Bonjour Alain, je m’appelle Zakarie. J’ai écouté plusieurs pièces de tes deux derniers albums. J’ai l’impression qu’à travers la musique des autres, tu trouves ton propre souffle. Moi, je ne suis pas pianiste, mais la musique occupe une place importante dans ma vie. C’est elle qui m’aide à traverser l’expérience carcérale. Des mélodies habitent continuellement ma tête. J’écris, je compose, je fredonne. Parfois, j’oublie même où je suis, surtout quand je collabore avec certains artistes invités des Souverains. Quelque soit le style, je crois que la musique est la meilleure religion que l’homme a inventée. Et toi aussi, tu ne fais pas qu’interpréter les œuvres des autres, toi aussi tu inventes, tu composes. J’ai une question : Ton album Jardin d’images, est-ce qu’il s’inspire de ton jardin secret ou de tous les jardins..?

7- Bonjour Alain, je m’appelle Alain, ton nom c’est Lefèvre, je porte le même nom. Tu es pianiste, je suis plutôt guitariste. Tu fais le tour du monde pour jouer ta musique, moi c’est à Bordeaux que je fais le tour du monde, à travers toutes ces cultures, je me sens vraiment en voyage. Un voyage qui m’inspire de temps en temps des chansons, des poèmes. Je vais te lire le texte d’un poème que j'ai écris en 1996, ''Le poète et le pasteur'' et tu me diras laquelle de tes musiques correspond à l’esprit de ce texte..

8- Mon cher Alain, je vais te lire un poème que j’ai chanté le 11 décembre dernier à l’occasion du vingtième anniversaire de Souverains anonymes. Tu me diras la quelle de tes compositions pourrait bien l’accompagner..?

Après le mur de Berlin
Ce fut le mur de Bordeaux
Ami, est-ce que tu t’souviens
Ce 11 décembre 89
J’ai libéré ma parole
À la radio des Souverains

J’écris, je crie et je chante
Je ne compte pas les heures
Je rappe, je frappe avec les mots
J’ouvre mon esprit et mon cœur
À la radio des Souverains.

Des artistes écoutent mon art
L’art de rattraper le temps
L'art de traverser les barres
La culture entre en dedans
À la radio des Souverains.

20 ans après le Berlin
Tu es loin de Bordeaux
Ce 11 décembre 2009
Tu es au bord de la mer
Tu écoutes mon rap et ma prière
À la radio des Souverains.

Mon rap ouvert sur demain
Le rap des Hommes rapaillés
Je te l’offre de ma main
À la radio des Souverains

Charles

9- Bonjour Alain, je m’appelle Zakarie. La dernière fois que j’ai entendu de la musique classique, c’était sur cette même scène, le 11 décembre 2009. Avec la violoniste Sylvie Harvey qui a ouvert le spectacle avec Andrée Lachappelle. Je suis en train de te dire que la première musique qui a été jouée sur notre nouvelle scène, c’est une musique classique. Mais depuis 20 ans, plusieurs artistes de la musique classique sont venus jouer devant les Souverains. Jean-Alexandre Sarrazin. Le Quatuor Orphée, entre autre. Aujourd’hui c’est à ton tour Alain Lefèvre de nous transporter dans ton jardin d’images.. À toi de jouer et à nous de t’applaudir.

10- Alain, je vais te confier quelque chose. Ce n’est pas la première fois que je fais du temps. Jamais dans mon expérience carcéral, je n’aurais imaginé qu’un jour j’écouterai un grand pianiste jouer de la musique en prison.. Mais, il est vrai qu’il faut faire la différence entre prison et Souverains anonymes. Ici comme tu vois ne nous sommes plus en prison. Avec un si bon pianiste et un si grand piano, je crois que c’est plus qu’une évasion ce que nous venons de vivre. C’est une libération. Alain Lefèvre, Je te souhaite plus de succès et toujours autant de bonheur sans oublier la bonne santé. Au nom de tous mes camarades, je te déclare Alain Lefèvre Souveraine anonyme.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010