Jeudi 3 avril 2003

Lynda Thalie

Le film est long et je ne vois pas moi-même encore le générique..
Abdelkader

cliquez et écoutez

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
ce n'est pas un drame
je m'évade dans les mots
et les yeux d'une femme

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue Lynda
Et je te plaide notre cause

Lynda Thalie
Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

1- Salut Lynda, je m’appelle Guillaume. Tu es au Souverains anonymes pour la première fois, et je vais déjà espérer que ce n’est pas la dernière parce que les belles femmes se font rares dans le château de Bordeaux. Lynda, tu es auteure compositeure interprète. Ton premier album s’appelle Sablier. Tu es ce qu’on appelle une étoile montante. Mais avant de parler de ton album et de t’entendre nous chanter quelques pièces, faisons connaissance. Nous allons te parler un peu de nous, parles-nous un peu de toi. Tu es arrivée au Québec à l’âge de 16 ans en quittant l’Algérie presque de jour au lendemain. Après presque dix ans, tu as apparemment trouvé ta place dans ta terre d’accueil. On peut dire que professionnellement tu as su vite t’intégrer. Mais comme tu sais bien Lynda, on sort l’Algérien de l’Algérie, mais on ne sort pas l’Algérie de l’Algérien. Tu es arrivée avec toute une autre culture, une autre mentalité. Le Québec ce n’est pas la France. Comment tu as su t’intégrer culturellement et socialement au Québec.. ? Est-ce qu’il t’arrivait de te sentir déchirée entre les deux cultures, ou alors te sens-tu plutôt enrichie par la nouvelle..?

2- Salut Lynda, je m’appelle Abdelkader, toi et moi, nous sommes nés sur la même terre. Toi tu la chantes et moi aussi, Alger Alger. Mais parfois, je ne chante plus, je ne ris plus. Je porte sur ma joue une larme, une grosse larme séchée, une larme qui ne demande qu’à couler, mais elle ne coule pas. Je n’arrive même plus à pleurer. Alors je ris, je fais rire et je danse aussi. C’est la seule façon pour moi d’exister encore. Certains de mes compatriotes algériens ne voulaient plus de moi, alors j’ai quitté l’Algérie en 1996. Aujourd’hui c’est le Canada qui ne veut plus de moi et s’apprête à me retourner là où des compatriotes cherchaient à me tuer pour avoir oser réaliser un documentaire sur le terrorisme en Algérie. Je ne te raconterai pas tout Lynda. Le film est long et je ne vois pas moi-même encore le générique. Un film dans lequel je n’ai pas choisi de jouer. Quitter l’Algérie ça a sauvé la vie de certains, mais pour d’autres comme moi la vie sauve qui peut.. Je suis bien sûr responsable de ce qui m’arrive, mais pas de tout ce qui m’arrive.. la vie c’est aussi une question de chance.. Alors je te souhaite et je me souhaite bonne chance, je n’ai pas perdu espoir dans la vie.. Quand je reviendrais un jour en Algérie, ça sera par la grande porte.. Je fais tout pour paraître normal jusqu’à ce que les choses deviennent normales. C'est à dire jusqu’à ce que je retrouve ma fille Kenza. Dis-moi Lynda, le fait d’être loin de l’Algérie est-ce que ça te donne un recul pour comprendre ce que je n’arrive pas à comprendre moi-même, pourquoi des hommes de la même terre se tuent et s’égorgent avec autant d’acharnement..?

3- Salut Lynda, je suis Lyonel Destinoble, je suis destiné à être noble parce que je suis un mélange d’africain d’Afrique et des zahawas, indiens d’Amérique. Mais l’important Lynda c’est la rose, c’est la rose crois-moi. Dans mon pays, quand j’étais petit, j’avais un jardin secret ou je plantais des roses. Quand elles étaient toutes épanouies, je leur parlais. Je leur disais qu’elles vivraient pour toujours. Aujourd’hui, loin d’Haïti et de mon jardin secret, je continue à leur parler quand-même. Les roses ne fanent pas quand on leur parle. Aujourd’hui, c’est à toi que je parle Lynda, dans ta chanson ‘’Comme un matin à Larabâa’’ tu dévoiles un jardin secret ou les figues sont noires, sucrées et mielleuses. Mais un jour, comme moi tu as dû quitter ce jardin secret en quête de liberté. La liberté a un prix. N’est-ce pas..? Raconte-nous Lynda ce que tu as laissé derrière toi en Algérie que tu n’aurais pas aimé perdre..?

4- Salut je suis encore Guillaume. J’aurais pu naître à Alger, si mes parents n’avaient pas quitté l’Algérie au début des années soixante à cause de tous les évènements qui ont fait partir un million de pieds noirs. Même si je ne suis pas né à Alger, je porte en moi quelque chose de la bas. Mes parents sont reconnaissants à ton pays de leur avoir donné peut-être une des plus belles époques de leur vie. Dans ta chanson sablier, tu chantes cette phrase ‘’ Immortellement tienne, de ton sang s’engorgent mes veines. Toute résistance a été vaine ‘’Je me demandais si cette phrase fait allusion à une idée, à un Dieu ou à un homme.. ?

5- Salut je te dis franchement que mes chanson préférées de ton album sont celles ou tu as intégré la musique arabe et la langue de chez-nous. Comme tu sais en Algérie beaucoup de chanteurs mélangent l’arabe et le français dans la même chanson parfois même le berbère. Le français fait partie de notre culture. Je suis algérien comme toi, j’aime la musique de chez-nous et j’aimerais connaître tes influences algérienne. Quelles sont les artistes qui t’on donné envie de devenir chanteuse..?

6- Comme tu sais, le show-biz est une affaire d’image. Quand je vois la pochette de ton album, je vois l’image d’une jeune et belle femme, on croirait que tu es mannequin qui pose pour une célèbre revue de femme. Mais lorsqu’on lit les paroles de tes chansons, certains textes font oublier ton image pour révéler l’âme d’une poète.. Qu’est-ce que tu aimerais que je retiens le plus de toi la belle femme ou la poète..?

7- Salut Lynda, je vais te poser la même question que nous avons posée à Zaho, une autre chanteuse algérienne que nous avons reçue il y’a quelques semaines. Je pense qu’en France tu vas avoir beaucoup de succès, en tout cas je te le souhaite. Si jamais ça arrive, tu vas devoir voyager souvent. Comment vas-tu te présenter la bas, comme une chanteuse québécoise ou algérienne..?

8- Je m’appelle Antoine, je suis arrivé d’Haïti au Québec à l’âge de quatre ans. Aujourd’hui, à 29 ans, on peut dire que je suis aussi québécois. J’ai trois enfants, nés au Québec. Mais les autorités canadiennes veulent me déporter en Haïti. Il y’a à Bordeaux d’autres haïtiens qui ne seront jamais déportés parce qu’ils ont leur nationalité. Même s’ils sont au Québec depuis moins longtemps que moi, même si leurs crimes sont plus grave que moi, ils ne seront jamais déportés. Eux, ils ont la nationalité canadienne, moi ma famille ne sont pas occupés parce que depuis l’âge de 11 ans, je n’ai pas vraiment de famille.. J’ai trouvé ma famille dans la rue.. Je ne suis pas le seul gars qu’on va déporter.. Haïtiens, portugais, somalien et même algériens.. Toi Lynda tu es arrivée à l’âge de 16 ans. Si on juge par ta réussite, on peut dire que tu t’es intégrée plus rapidement que moi. Tu es déjà chanteuse reconnue, comment faire pour s’adapter aussi vite dans un pays.. Moi, depuis l’âge de 4 ans, je n’ai rien compris au système paraît-il, c’est pour ça qu’on veut m’expulser. Qu’est-ce que tu as compris que moi je n’ai pas encore compris Lynda. .?

9- Salut ma sœur, c’est ton frère Daoud qui te dit bonjour. Lorsque je te vois, je retrouve un peu de tout en toi, arabe, africaine, sud-américaine, somalienne, haïtienne, tout sauf canadienne, mais c’est au Canada que tu te trouves et ce sont les Canadiens qui te regardent et t’écoutent.. C’est injuste pour les algériens, les africains, les somaliens, les sud-américains.. y’a pas de justice dans ce bas monde..! Ceux qui devraient le plus profiter de ton art se font déportés.. Moi par exemple, c’est en Somalie qu’on va me déporter.. Loin de ma fille et loin de toi Lynda.. J’aime la Somalie, mais mon pays n’est plus un pays, c’est l’enfer des guerre entre des clans.. Mon pays n’est plus reconnu par l’ONU. Depuis que les Américains ont débarqué chez nous, rien ne va plus.. Comme tu vois, là où ils mettent les pieds ça va mal.. Comme artiste est-ce que les malheurs des peuples dans le monde occupent une place dans ton écriture..?

10- Salut Lynda. Je m’appelle Angélo. Moi, je vis un gros cauchemar et j’attends que quelqu’un me réveille. Pour la troisième fois, on va me déporter au Portugal.. Mon père est en prison, moi je suis en prison, je n’ai pas vu ma mère depuis longtemps. Mes frères et sœurs ont été placés ici et là.. Maintenant que ma famille commence à se rassembler, on me déporte.. Alors Lynda, Dis-moi crie-moi.. que ce n’est qu’un ostie de cauchemar, dis-moi crie-moi que je vais bientôt me réveiller. Je te demande de le faire avec tes paroles et ta musique à toi de chanter et à nous de t’applaudir.

11- Sur une page de la pochette de ton album tu dis Merci à beaucoup de personnes qui ont rendu possible ton premier album et tu termines par dire Merci au plus haut pour toutes les belles choses qui sont et toutes celles qui seront. Le fait de ne pas oublier Dieu dans tes remerciements prouve de ta foie et ta reconnaissance à la vie. Je souhaite que la vie te gâte de ses merveilles. La santé, le succès et un peu d’argent. Au nom de tous mes camarade je te dis Merci Lynda, Merci à tes musiciens Nicolas Maranda et François Taillefer. Merci à ton agent Patrick Cameron. Au nom de tous mes camarades je te déclare Lynda Thalié Souveraine anonyme.


Site de Lynda Thalie
http://www.lyndathalie.com


retour à émission | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2003