Jeudi 9 avril 2009

Pascale Rochette

(Deuxième visite)

Accompagnée de

Kattam (percussionniste)


je me sens armé d'un arsenal de paix,
celui que je voix dans les regards de chaque homme Souverain de son destin.
SA


Écoutez la deuxième visite de Pascale chez les Souverains sans téléchargement
Version complète 1h 51mn

class="image"



Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n'quitte pas Bordeaux
ce n’est pas un drame
je m’évade dans les mots
et les yeux d'une femme

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide notre cause

Pascale Rochette

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes





01- Bonjour Pascale, je m’appelle Steve. Moi et mes amis Souverains nous sommes très heureux de te recevoir pour la deuxième fois à notre émission. Tu es accompagnée de ton complice Kattam, notre percussionniste préféré. Aucun des Souverains présents n’étaient à ton premier passage à notre émission. Si tu permets, laisse-moi deviner chère Pascale pourquoi tu as accepté de nous faire l'honneur de ta présence pour la deuxième fois. Quelque chose me dit que tu as bien entendu le message de mon ami Paul-Émil. À cette première rencontre, il t'a pris aux mots de ta chanson Chocolat. Il t’avait bien dit que si jamais elle t'arrive de t'ennuyer, si jamais tu te sentais seule, tu n'avais qu'à revenir faire un tour ici parmi les Souverains, parce qu'ici à Bordeaux, comme tu le sais maintenant, on fabrique du bon chocolat. Un chocolat noire, riche de Cacao, de joie de vivre et de beaux rêves. Notre chocolat satisfait toute soif de vivre. Alors, voici notre chocolat. À toi maintenant de nous servir ton caramel.. (Slam signé Pascale Rochette).

Notre rencontre aujourd’hui sera particulièrement plus musicale. Mais avant de passer à la musique, voici quelques témoignages dont certains ont été exprimés au cours de la saison devant nos différents invités. Ça fait un peu le bilan de plusieurs mois de Souverains anonymes. Mais moi, je ne suis dans le groupe que depuis une semaine et déjà comme tu as remarqué, Mohamed m’a confié la délicate tâche de casser la glace de cette rencontre.. Alors, mon ami Max va le faire à sa façon: (Chanson: Chocolat).

Moi aussi, j’aime le chocolat, j’en fabrique beaucoup avec les mots du cœur. Voici mon chocolat :

02- Bonjour Pascale, je m’appelle Alain, j’aimerais d’abord souligner aussi la présence parmi nous de Mahdiah, Manar, Manon et Nicodème qui nous font l’honneur de leur présence à cette dernière rencontre de la saison. Pascale, depuis la dernière fois que tu es venue à notre émission, tu as lancé ton premier album. Qu’est-ce qui t’emballe le plus, d’avoir un album sur le marché, de l’entendre jouer à la radio ou de venir le chanter ici même à Bordeaux..??

03- Bonjour Pascale, je m’appelle Biggy. Monsieur Biggy. Moi la chanson qui me plait le plus de ton album, tu ne l’as pas encore écrite. Elle s’appelle Miroir. Et pour t’inspirez les paroles, je vais te raconter l’histoire d’un miroir. Dans ma cellule se trouve le miroir le plus beau de Bordeaux, le plus propre et le plus clair. Bref c’est un miroir magique. Le matin quand je me réveille, je lance un coup d’œil sur le miroir et chaque fois, je me dis, ‘’Qu’il est beau ce bonhomme’’. D’ailleurs, je lui parle et je lui dis ‘’Toé, tu l’as l’affaire..’’. D’ailleurs, mes amis viennent souvent dans ma cellule pour jeter un coup d’œil sur mon miroir. Un jour, un gardien est venu fouiller ma cellule en mon absence. Quand il a vu le miroir, il s’est trouvé tellement beau qu’il a oublié pourquoi il était dans ma cellule. Il n’a rien fouillé du tout. Je le sais parce que c’est le gars que je vois dans le miroir chaque matin qui me l’a raconté. Il me raconte tout. Il ne me cache rien. D’ailleurs ce même gars, il m’a chargé de te faire le message suivant : Il m’a dit de te dire que si un jour tu manques de miroir, regarde dans les yeux d’une montréalaise, d’une marseillaise ou d’une milanaise. Tu verras que le seul qui fait le poids à leurs yeux, c’est Monsieur Biggy. Merci!

04- Bonjour Pascale, c’est encore Ronald. À travers les paroles de tes chansons, on devine des histoires d’amours, histoire de départ et d’attente. Moi dans une histoire d’amour, j’aime bien quand ça commence, mais j’aime beaucoup quand ça finit. Pour moi quand c’est finit, c’est vraiment finit. Et je t’avoue que je préfère quitter que d’être quitté. On souffre moins. Mais comme tout gentleman qui se respecte j’aime laisser croire à ma blonde que c’est elle qui me quitte. Je sais, c’est compliqué les histoires d’amour, et plus c’est compliqué, plus ça donne des bonnes chansons comme par exemple ‘’Ne me quitte pas’’, ‘’Reste encore’’ ou ‘’Amène-moi’’. La chanson que moi j’aimerais écrire un jour s’appellera ‘’Laisse-moi partir’’. Laisse-moi partir, on a plus rien à se dire, garde la maison, je garde la voiture, laisse-moi, STP, laisse-moi partir’’.. Et toi Pascale, qu’est-ce que tu aimes dans une histoire d’amour. Quand c’est finit, quand ça commence ou quand ça recommence..?

05- Bonjour Pascale, je m’appelle Younes Abdellah. Je vais te raconter une petite histoire qui va t’inspirer peut-être une chanson ou un slam. Un jour dans ma cellule de prison, j’ai entendu une voix. Mon corps tremblait de la tête aux pieds. Cette voix a changé ma vie. Il faut dire que ma vie avait un grand besoin de changement. Cette voix est arrivée au bon moment et j’étais prêt à l’entendre. Elle me disait simplement d’être bon. Et je suis devenu un bon musulman. Comment devenir musulman alors que j’ai toujours été chrétien. J’ai commencé par lire le Coran et franchement, je ne me suis jamais senti aussi bien dans ma peau et dans ma tête. D’ailleurs, la plus part de mes problèmes ont été résolu depuis que je pratique l’islam. Pratiquer l’islam c’est une discipline spirituelle et sportive. Je crois que ma réhabilitation devait passer par une expérience extraordinaire de spiritualité. Nous avons tous en nous cette voix intérieure. Malheureusement, nous ne lui prêtons trop d’attention. Cette voix a été pour moi mon programme de réinsertion. Cette voix est devenue à la fois mon criminologue, mon psychologue et mon thérapeute. Je ne regrette pas de l’avoir écouté. Et toi Pascale, est-ce qu’il t’arrive d’écouter ta voix intérieure pour enrichir ton arsenal de paix..?

06- Bonjour Pascale, je m’appelle Marc-André. Le temps passe, mais le souvenir demeure vivace de cette partie de chasse où j'étais armé jusqu'aux dents. Avec mon arsenal de chasse, je me croyais être protégé de tout danger. Je pensais qu'aucun animal ne pouvait me surprendre. Erreur, j'avais oublié que l'animal le plus féroce n’était pas si loin, j'avais oublié qu'il pouvait paraître à n'importe quel moment pour me désarmer et m'enfermer. J'avais oublié que cet animal n'était nul autre que l'homme. Imagine, juste au moment où un immense orignal est apparu devant moi, juste au moment où enfin ma patience allait être récompensée. Juste au moment où je m'emballais avec mon arsenal devant un orignal, un garde-chasse est apparu. J'ai dû obéir et laisser tomber mon arme. De chasseur, je suis devenu chassé. Arrêté, jugé et encagé.. Dans mon arsenal, quelques armes n'étaient pas autorisées. Heureusement, je ne suis pas encagé pour toujours, dans ma cellule, j'ai réfléchis et j'ai compris.. Cette cellule, cette cage m'a servi d'un lieu de réflexion.. Aujourd'hui, je me sens armé d'un arsenal de paix, celui que je voix dans les regards de chaque homme Souverain de son destin. Merci Pascale d'avoir écrit cette belle chanson.

07- Bonjour Pascale, je m’appelle Nixon. En écoutant ta chanson la Cloche, cela a sonné dans ma tête des bruits des machines. Des machines de jeux qui aimaient jouer de ma tête. J’y ai perdu ma raison au point de me sentir à la fois cloche et idiot. Mon problème de jeu était doublé d’un problème d’alcool. Mais aujourd’hui, devant toi, je me sens sobre, ni cloche ni idiot, je me sens Souverain de mon destin, aujourd’hui, je décloche.. Merci Pascale!

08- Bonjour Pascale, je m’appelle Alain, j’aimerais rendre hommage à notre ami et regretté Daniel Boissel dit le Daz qui a rendu l’âme ici même à Bordeaux le 16 janvier dernier. Je vais te répéter un de ses derniers témoignages qu’il a fait devant des futurs criminologues que nous avons invités à notre émission. Je le cite ‘’J’ai développé avec le temps une colère contre le système avec le résultat qu’aujourd’hui, je me demande si toute cette colère n’a pas servi plus le système que moi-même. J’ai été à Bordeaux en 1993, je suis encore à Bordeaux en 2008. Je ne vous raconterai pas tous les difficultés que j’ai rencontrées dans ma vie. Je ne me lamente pas sur mon sort et j’assume les conséquences de mes gestes. Il demeure que je n’arrive pas à me débarrasser de cette colère contre le système. J’ai même parfois l’impression que cette colère fait l’affaire du système. Que le système se nourrit de ma colère’’. Fin de citation. Personnellement, je crois que le système judiciaire et carcéral se nourrit de la colère de beaucoup de gens. Une colère souvent mal exprimée, mais dans la plus part des cas, elle demeure le fruit d’un profond sentiment d’injustice. En tant que quelqu’un qui a été longtemps en colère dans sa vie, je me demande comment un criminologue peut-il aider à calmer la colère d’un détenu au lieu de l’attiser. Comment lui apprendre à la doser au lieu de la mépriser. Il y’aurait sûrement moins de récidive en prison si on cherchait à comprendre les raisons de la colère. Merci Daniel.

09- Bonjour Pascale, je m’appelle Éric, j’aimerais moi aussi rendre hommage à notre ami Daz. Je vais te lire son dernier poème. Il l’a écrit en s’inspirant de sa vie et du massacre sur Gaza :

À moi-même, je me faisais la guerre
Longtemps contre moi-même, j’ai mené des batailles
Je me suis donné des coups, je me suis fais mal
Et à tort j’ai accusé les autres de m’avoir tiré des balles.

Aujourd’hui la guerre est derrière moi
Aujourd’hui la paix se cultive en moi
Je m’aime comme si j’étais un autre
L’autre qui est nul autre que moi

Mais quand je vois les massacres de la guerre
J’ai envie de hurler à tous les hommes
La guerre des sexes, la guerre des clans,
La guerre des fous, la guerre des cons,
La guerre par orgueil, la guerre du temps

La guerre des hommes, qu’est-ce que c’est au fond ?
La guerre des hommes c’est la haine de soi
Mondiale ou locale, toute guerre déçoit
Toutes les guerres tuent l’amour de l’autre

L’autre qui est nul autre que soi.
Hommes de la terre, hommes de la guerre
Suivez mon exemple déposez les armes
Toutes les guerres font l’affaire d’un autre

L’autre qui n’a ni cœur ni larmes
Hommes de la terre, hommes de la guerre
Suivez mon exemple pensez à vos enfants
Quels souvenirs, quel avenir leur laissez-vous
Comment peuvent-ils être fiers de vous

Hommes de la terre, hommes de la guerre
Suivez mon exemple et faîtes la paix
Aimez-vous les uns pour le bonheur des autres
Les autres qui sont nuls autres que vous

La guerre des sexes, la guerre des clans,
La guerre des fous, la guerre des cons,
La guerre par orgueil, la guerre du temps
La guerre des hommes, qu’est-ce que c’est au fond ?

10- Bonjour Pascale, je m’appelle Louis. Je suis né en Haïti. La vie a fait de moi un immigrant au Québec. Depuis 20 ans que je suis arrivé au Québec, non seulement j’ai goûté au racisme de certains québécois blancs, je suis devenu moi-même raciste. Mais mon racisme à moi il n’a pas vraiment de conséquences sur les autres. Je ne suis pas à la tête d’une entreprise pour pouvoir discriminer les employés selon la couleur de leur peau. Je ne suis pas politicien pour faire une loi sur l’identité qui fait la différence entre le ‘’eux’’ et le ‘’nous’’ et je ne suis pas non plus conseiller ou maire d’une petite ville pour pouvoir interdire le voile et la lapidation des femmes en public…!! Je suis juste un immigrant africain qui se fait regarder souvent par une drôle de manière par certaines polices qui abusent de leur pouvoir en faisant ce qu’on appelle du profilage raciale. Mais durant mon séjour en prison, j’ai pris le temps de réfléchir sur le cercle vicieux entre racisme et violence. Un homme devient violent parce qu’il juge injuste qu’on pratique le racisme à son égard, il devient à son tour raciste, il provoque lui-même la violence d’un autre et ainsi de suite.. C’est comme ça que les hommes ont produit des guerres et des génocides. Comment casser le cercle infernal entre racisme, violence, ignorance, peur et pauvreté..? Apparemment, la commission Bouchard-Taylor n’a pas apporté les réponses magiques qu’on attendait d’elle. Cette Commission était devenue un défouloir public où on pouvait cracher sur l’autre publiquement. Si j’avais l’occasion de me prononcer devant les deux commissaires, je leur aurais donné le dos pour m’adresser directement aux gens en leur lisant simplement le premier article de la Déclaration universelle des droits de l’homme dont on fête cette année le 60 me anniversaire. ‘’Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité’’. Jésus aurait dit ‘’Aimez-vous les uns les autres’’ et Mohamed prophète des musulmans aurait dit : « Nul n'est vraiment croyant que lorsqu'il aime pour son frère ce qu'il aime pour lui-même». Je ne te demanderais pas laquelle des deux citations tu afficherais à l’entrée de ta porte, mais avant de savoir si un jour j’irais frappé à ta porte, dis-moi quel chanson ou quel slam tu pourrais me dire maintenant pour dénoncer le racisme des humains..?

11- Bonjour Pascale, je m’appelle Luckens. Comme tu sais Pascale, nous avons célébré cette année le 60 me anniversaire de la Déclaration des droits de l’Homme. Alors, je vais te lire le texte de notre ami Rollo, qui était présent à la première rencontre. Dans ce texte, Rollo rend hommage à cette Déclaration à sa façon. Si tu permets, j’aimerais devant toi adresser une lettre à un homme détenu dans une prison que les américains appellent Guantanamo. Ils auraient pu l’appeler aussi ‘’l’Enfer sur terre’’. Voici donc ma lettre à Omar Khadr. Cher Omar, À l’occasion du 60 me anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, j’aurais pu choisir d’écrire à un prisonnier politique pour dénoncer un de ces régimes sanguinaires qui tuent toute liberté d’opinion. Un de ces régimes où des opposants politiques sont arrêtés, torturés et souvent condamnés à la prison à vie. J’ai préféré plutôt m’adresser à toi. Parce que pour moi, tu es devenu malgré toi un prisonnier politique. Ton crime c’est d’être un canadien qui ne porte pas ‘’le bon nom’’. Un nom comme Tremblay, Bouchard, Mulroney ou Trudeau. Ton crime, c’est aussi d’être le fils d’un père qui t’as enrôlé dans une guerre d’adultes alors que tu n’avais que 11 ans. Tu avais 15 ans lorsque les américains t’avaient arrêté en Afghanistan. Selon certaines conventions internationales sur l’enfant soldat dont le Canada est signataire, on devrait te protéger au lieu de t’emprisonner. Il paraît que tu as même fait l’objet d’une certaine torture à Guantanamo. Quand je pense que malgré toutes ces informations, le Premier Ministre canadien n’a pas bougé le petit doigt pour t’apporter assistance. Je pense à tous ces immigrants du Canada qui ont quitté leur pays d’origine pour s’installer au Canada avec l’espoir de se sentir mieux respecté dans leur droit. Je pense à ma propre mère qui a fui la misère d’Haïti pour offrir à moi et ma sœur un avenir meilleur. Ton père est mort, moi c’est ma mère qui est morte. Je les imagine en train de nous regarder de là haut, toi à Guantanamo, moi à Bordeaux. Regrettent-ils d’avoir décidé un jour de faire immigrer leurs familles au Canada..? J’espère que non. Parce que j’ai espoir que très bientôt tu rentreras chez-toi et tu retrouveras ta mère. Je sais qu’elle te manque beaucoup. J’ai aussi espoir que la Justice canadienne te blanchira de toutes les accusations. Peut-être même que tu seras indemnisé par quelques millions de dollars. Mais quelques soit le montant de l’indemnisation auquel tu auras droit, ça ne te redonnera pas l’enfance volée.

Mon cher Omar. C’est à partir de ma cellule de la prison de Bordeaux à Montréal que j’ai pris le temps de t’écrire ces quelques lignes pour te dire que je ne t’oublie pas. Que nous sommes des milliers de canadiens à penser à toi. Que plusieurs manifestations et pétitions ont été organisées pour exiger du Gouvernement canadien de te rapatrier chez-toi au Canada. Depuis la publication des images de l’interrogatoire que tu as subi à Guantanamo par des agents de renseignements canadiens, tout le monde a parlé de toi. Tout le monde trouve inacceptable que tu sois le seul détenu ressortissant d’un pays occidental qui n’est pas encore rapatrié chez-lui. Si le Premier Ministre canadien t’oublie, le Canada ne t’oublie pas. D’ailleurs, chacun des 30 articles de la Déclaration universelle des Droits de l’homme te protège. Un des rédacteurs de cette Déclaration est un canadien. Il s’appelle John Humphrey. 60 ans auparavant, cet homme a pensé à toi quand il a écrit le premier article de la Déclaration ‘’Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité’’. Apparemment Monsieur Stephen Harper, Premier Ministre du Canada ne comprend pas le sens du mot fraternité. Heureusement tous les canadiens ne sont pas comme lui.

Cher Omar, à ta sortie de Guantanamo, je me promets de faire un clin d’œil au ciel. À ton père et à ma mère. Quand à moi, je ne suis que de passage à Bordeaux. Ça sera mon dernier passage, j’ai une fille à nourrir et à aimer. Je ne me plains pas puisque je connais ma date de sortie. Patience mon frère. ’’Dieu est avec la patients’’. Ton ami Rollo.

12- Bonjour Pascale, je m'appelle François. Ta chanson ‘’Je m’emballe’’ m’a rappelé les meilleurs instants de bonheur que j’ai vécus en prison. J’étais au Pénitencier pour quelques années et un jour, j’ai eu droit à des visites de ma femme dans une roulotte. Nous étions complètement isolés de la prison, on avait tout ce qu’il faut pour vivre une bonne fin de semaine. C’était tellement emballant comme aventure que lorsque je suis sortie de prison, jamais je n’ai retrouvé le même plaisir, le même chalenge. Il fallait être entre les murs pour apprécier ces instants de bonheur. Devant toi Pascale, j’aimerais rendre hommage à cette femme qui m’a donné les meilleurs instants de Bonheur :

Annie, tu te rappelles
Je te trouvais très belle
Avec toi, dans cette roulotte
Je déployais mes ailes

Notre amour a duré cinq ans et demi
Je n’aurais jamais cru qu’un jour ça sera fini
Tant d’émotion avant la fin de notre relation
La réalité a frappé, je ne t’ai pas vu pendant 6 ans.

Depuis longtemps, je ne t’ai pas vu
Avec un autre tu as refais ta vie
Soit heureuse à chaque instant
Je te souhaite le meilleur et beaucoup d’enfants.

Je ferme les yeux et je me rappelle
Dans cette roulotte, tu étais tellement belle
Comment oublier un tel amour
Annie, je t’aimerais pour toujours

Chère Pascale, j’en profite pour te lire un autre petit poème que j’ai écris en m’inspirant de ta chanson ‘’Mohamed’’. Écoute ça :

Il s’appelle Mohamed
Pour moi c’est un remède

Il a quitté le chaud pour s’installer au froid
À Bordeaux, il a planté sa croix.

Sous sa tignasse frisée,
Derrière ses yeux allumés
Et dans sa parole écoutée
Se cache un homme de volonté

Ce qu’il dit a plein de sens
Parfois, j’y trouve une délivrance
Mais ce n’est pas un homme parfait
Il côtoie des Souverains imparfaits

De ma dernière incarcération
Tu resteras le meilleur souvenir
Tu m’a fais faire de la création
Comment tu as réussis à y parvenir

Mohamed, reste comme tu es
Allumé, écouté et frisé

À cette dernière rencontre, je te dis haut et fort :
Merci pour tout, Merci pour le confort
Souverain un jour
Souverain pour toujours
Souverain jusqu’à la mort

13- Bonjour Pascale, je suis Nicodème. Je ne suis venu qu’une fois à Bordeaux. Je n’y suis plus retourné depuis 1993. J’y reviens seulement comme invité. À Bordeaux, je suis devenu un Souverain et je le suis resté pour toujours. Mohamed et les Souverains travaillent sur un projet musical qui s’appelle ‘’Rap des hommes rapaillés’’. Même si je ne suis pas rappeur, j’ai eu envie d’y participer moi aussi à ce projet pour souligner le 20 me anniversaire de cette activité radiophonique unique au monde. Voici mon texte :

J’compose un vieux refrain
Qui va et qui revient
Les rues me l’ont chantées
Mon cœur y a dansé

Du soir jusqu’au matin
Qui va et qui revient
Personne ne le sait
Une âme y est restée

Elle danse dans la boue
Elle valse dans la gadoue
Elle râpe les barrières
Elle mord la poussière
Elle tombe dans les trous
Elle frappe un peu partout
Elle rame la rivière
Émaille les lumières

Je rapaille un bout de chemin
Qui va et qui revient
Je retrouve un bon copain
Qui rap un rap ancien

Je compose un nouvel air
Qui me sort de ma misère
Mon âme sur la paille
Mon âme sur la paille

Aux Souverains, je la rapaille..

14- Bonjour Pascale, c’est encore Ronald, moi je suis assoiffé de liberté, de passion, d’amour. Je suis assoiffé d’un bain culturel. J’aime la diversité, j’aime découvrir les gens et leurs cultures. Je suis né ici avec des racines là bas. Ma soif de vivre à moi c’est de continuer à explorer les cultures et leurs richesses et j’espère à ma libération de rester dehors le plus longtemps possible pour bien apprécier toutes ces cultures, ces cuisines, ses langues et ses musiques. Et en parlant de musique, je t’invite toi et notre percussionniste Kattam de nous faire évader un peu.. Peut-être que moi aussi je chanterais avec toi.. À vous de jouer et à nous de vous applaudir..

15- Pascale Rochette, tu es auteure, compositeure, intérprète, mais tu es surtout une fille très généreuse.. Généreuse parce qu’après ton deuxième passage chez les Souverains, tu reviendras sûrement une troisième fois.. Toujours armée d’un arsenal de paix et d’amour. À toi et Kattam, je vous souhaite le succès, le bonheur et la santé. D’ailleurs, un MERCI particulier à Kattam qui est venu plusieurs fois cette année pour casser la baraque avec nous.. Au nom de tous mes camarades Pascale Rochette et Kattam, je vous déclare Souverains anonymes.






Ont participé musicalement à la réalisation de cette émission,
Les Souverains : Max, Biggy, Peguy, Nabil, Campos et Steve.
Le fond sonore: Pascale Rochette / Album : Je m'emballe.



My space, page de Pascale Rochette.




Souverains My space



Toute diffusion publique des fichiers sonores doit être autorisée.


vos commentaires




retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2009