Radio Souverains

Sara Rénélik (troisième rencontre)

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
Ce n'est pas un drame
je m’évade dans les mots
et les yeux d'une femme

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme,
Et je te plaide notre cause

Sara Rénélik

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

Sara Rénélik

écoutez l’émission
avec Sara Rénélik sans téléchargement

09 septembre 2010

Première partie 57mn 43'

class="image"

Deuxième partie 57mn 18'

class="image"

Témoignages des Souverains
au lendemain du séisme en Haïti 18mn 20'

class="image"

-------

1- Bonjour Sara, je m’appelle Georges. Moi et mes amis Souverains nous sommes très heureux et honorés de te recevoir pour la troisième fois à notre émission. Je n’étais pas là à ton deuxième passage, mais j’étais là à ton premier. Je me rappelle bien. C’était un 24 janvier 2008. Mémorable rencontre. Tu étais accompagnée de deux belles complices, Sylphir et de Marilyn. Comment vont-elles en passant..? Alors, je te dis d’entrée de jeu ma chère Sara, que si tu reviens une quatrième fois au Souverains anonymes, ne compte pas sur moi pour être encore là..!! D’ailleurs, tu es mon cadeau de départ, je prie les Dieux et les cieux pour ne plus remettre les pieds ici. D’ailleurs, je me dis que Dieu nous a envoyé une de ces filles et cela ne peux que nous porter chance. Alors, je rappelle que tu es auteure, compositeure et interprète. Tu es aussi danseuse et chorégraphe. D’après plusieurs documents consultés, tu es aussi une femme spirituelle. Une femme de rituelle, mais par-dessus tout, je ne crois pas me tromper en disant que tu es une femme de cœur. Tu le démontres en étant avec nous, mais tu l’as beaucoup démontré en allant plusieurs fois en Haïti depuis le séisme du 12 janvier 2010 dans le cadre de projets humanitaires. Je tiens à rappeler que ce séisme tu l’as vécu physiquement puisque le 12 janvier 2010, tu étais à Port-Au-Prince. Ce séisme a fait plus de 200 mille morts et 1 million et demi de sinistrés, des hommes, des femmes et des enfants qui vivent encore aujourd’hui sous les tentes. En préparant notre rencontre, nous avons abordés plusieurs thèmes associés à cette catastrophe dont celui de l’impuissance, de la difficulté de faire parvenir l’aide, de la mauvaise gouvernance, de la corruption, de la démocratie. On a parlé aussi d’histoire, de la naissance de la première république noire. On a parlé de culture, de musique et de vaudou. On a parlé des femmes haïtiennes qui portent ce petit pays sur leurs dos.. Avant d’aborder avec toi Sara tous ces thèmes, j’aimerais que tu nous racontes comment as-tu vécu ces terribles moments où la terre a tremblé sous tes pieds. Toi qui aime danser, comment tes pieds ont réagi aux tremblements de la terre en Haïti ce 12 janvier 2010..?

Sara, je sais que bientôt tu seras de retour à Port-au-prince, j’aimerais que tu apportes dans tes bagages un petit quelque chose que j’ai fais de mes mains. La semaine dernière, deux femmes du Collectif Deux ailes, Laurence et Magnolia nous ont initiés à l’origami en fabriquant des oiseaux. Voici le mien, tu le donneras STP à un enfant haïtien en lui disant que c’est de la part d’un frère du Québec.

2- Bonjour Princesse Sara, c’est un plaisir de t’accueillir parmi les Souverains anonymes. Je m’appelle Stony star, je suis un artiste, auteur compositeur de raggae. Toi et moi nous avons trois choses en commun. La première est que nous avons des dreads. La deuxième, nous faisons de la musique racine respectueuses de la culture noire et la troisième chose que nous avons en commun, c’est une émotion. Une émotion que nous avons partagée ce 12 janvier 2010. Nous avons vécu les mêmes inquiétudes. À cette date du 12 janvier 2010, ma mère a quitté Montréal en destination de Port-au-Prince. (En passant le 12 janvier c’est un jour avant son anniversaire). Elle est arrivée une heure avant la secousse sismique qui s’est produite à 16h43 minutes. Aussitôt que la nouvelle est arrivée à Montréal, l’angoisse s’est emparée de moi. Mais cette angoisse a vite laissé la place à une profonde conviction que rien de grave n’était arrivé à ma mère. On dirait que mes tripes étaient directement connectées avec ceux de ma mère. D’ailleurs, avant son départ, mon intuition me disait que quelque chose de mal allait se produire en Haïti. Finalement, après tant d’appels, c’est par Internet que ma sœur et moi, nous avons réussi à la rejoindre. Elle était saine et sauve.

Ma chère Sara, je veux savoir. Il y a un proverbe en Haïti que tu connais peut-être, il dit: ‘’La roche dans l’eau ne connaît la souffrance de la roche sous le soleil..’’. Je veux savoir. Le fait que tu te mobilises pour Haïti personnellement en allant aider les haïtiens sur place, ça vient sûrement du fait que tu as partagé la souffrance et la détresse des gens. Alors dis-moi, ton désir d’aider Haïti, est-ce que c’est ta façon de reconnaître ta gratitude envers Dieu de t’avoir sauvé la vie..??

3- Bonjour Sara, je m’appelle Jean-Lukens D’Haïti. Avec mon nom de famille, je ne peux pas tricher sur mes origines. De toute façon, je suis fier de mes origines. Fier d’être haïtien. Je n’aurais pas aimé être né ailleurs qu’en Haïti. Le sort a voulu que je devienne aussi québécois, ça me convient aussi. C’est une grande chance de vivre au Québec, mais mon cœur est avec Haïti. Surtout depuis que mon pays est frappé par cette catastrophe dont il aurait pu se passer. Si j’avais les moyens, un de mes rêves que j’aurais aimé réaliser c’est de construire des camps de vacances pour les écoliers. Mais je vois qu’avec des gens comme toi, Haïti se reconstruira. J’ai entendu parler de deux projets auxquels tu as participé : La renaissance du grand Goâve et l’école verte d’Haïti. Veux-tu stp nous en parler..??

4- Bonjour Sara, je m’appelle Martin, j’aimerais te dire à quel point j’apprécie des personnes comme toi qui font quelque chose pour ce pays frère, Haïti. Je ne suis pas haïtien, je n’ai jamais été en Haïti, mais en préparant cette rencontre, je me suis dis que j’aurais aimé payer ma dette à la société en allant donner mon temps aux haïtiens. J’ai des compétences comme travailleur de construction, je me vois beaucoup plus utile à Port-au-Prince qu’à Bordeaux. Les prisons du Québec sont pleines de gens comme moi qui sont en santé et qui ont toutes sortes d’expériences professionnelles. Je sais que tu vas bientôt retourner en Haïti, j’aurais aimé t’accompagner pour aider à construire cette école verte d’Haïti. Faute de pouvoir aller avec toi, je te donne cet oiseau de papier, j’aimerai que tu le donnes à un élève de cette école verte. C’est Victor Hugo qui disait ‘’Celui qui ouvre une porte d’école ferme une prison ». En ta présence aujourd’hui Sara, la prison de Bordeaux devient une école de vie.. Vive Haïti libre, Vive le Québec libre.. Merci!

5- Bonjour Sara, je m’appelle Zakarie, au lendemain du tremblement de terre en Haïti, les Souverains ont fait des témoignages très touchants que Mohamed a réunis dans un reportage. Voici ce que j’ai écris au lendemain du 12 janvier 2010.

Ma chère Haïti,
Depuis que je suis tout p'tit
Mes rêves tu remplies
Depuis que je suis tout p'tit
Tes plages s'étendent à l'infini
Depuis que je suis tout p'tit
Dans mes rêves, tous les gens sourient

Haïti, je te remercie
D'avoir fait vibrer mon âme
Au rythme de tes mélodies.
Haïti, je te remercie
d'exister dans mon cartier
Haïti, je te remercie
Pour tes femmes
Haïti, je te remercie
Pour tes enfants

Haïti ne désespère pas,
Tous, tes frères blancs du Québec
Sont là pour toi.

J’aimerais moi aussi que tu portes de ma part cet oiseau de papier dans lequel, j’ai écris cette petite chanson d’espoir. Je dis espoir même si je sais que la situation en Haïti est encore difficile pour le 1 million et demi de sinistrés. Je dis espoir même si j’apprends que seulement 10% de l’aide financière est parvenue aux haïtiens. Je dis espoir parce que des gens comme toi existent pour entretenir l’espoir dans des projets concrets. Mais peux-tu nous expliquer à ton avis pourquoi la reconstruction prend du temps à se faire..?

6- Bonjour Sara, je m’appelle Louis, je suis haïtien mais né au Québec. Toute ma famille se trouve au Québec. Mais le séisme en Haïti m’a beaucoup secoué. J’ai beaucoup prié pour mes frères et mes sœurs. J’aimerais faire plus pour mon pays, mais ce qui me désole le plus c’est la situation politique.. Depuis 1990, il y a eu plusieurs élections démocratiques, mais quand on voit les ingérences extérieures dans le processus démocratique on se demande si Haïti est un pays réellement Souverain. Et pourtant Haïti est considéré comme la première République noire depuis 1804. Pourquoi tous les pays autour d’Haïti réussissent quand-même à mieux s’organiser..? Et pourtant c’est Haïti qui, il y a 200 ans, a aidé ces pays voisins à obtenir leur indépendance. Quelque chose m’échappe dans cette histoire. C’est le mystère total. Et toi Sara, comprends-tu quelque chose de la situation politique que je ne comprends pas encore..??

7- Bonjour Sara, je m’appelle Claudel. Ce qui revient souvent dans les témoignages sur Haïti c’est le fait que ce pays est essentiellement supporté par les femmes. Pendant que les hommes se disputent pour arriver au pouvoir, les femmes haïtiennes s’occupent à tenir leur foyer. Je me demande s’il n’est pas temps pour Haïti de donner plus de place aux femmes dans les sphères du pouvoir et pourquoi pas élire une femme comme Présidente d’Haïti. Aux prochaines élections, parmi une trentaine de candidats, une seule femme se présente au poste suprême de l’État. Ça sera une deuxième révolution si les haïtiens choisissent une femme pour les diriger. J’ai peur qu’on ne se retrouve avec les mêmes hommes corrompus. Alors, dis-moi Sara si tu devais voter pour une femme haïtienne pour devenir présidente d’Haïti ça serait laquelle..?

8- Bonjour Sara, c’est encore Georges, si tu permets moi j’aimerais m’arrêter sur ta voix. Nous avons écouté quelques chansons de toi comme Inchallah et le mot qui m’est venu spontanément pour décrire ta façon de chanson c’est mystique. C’est indéniable que tu es quelqu’un de profondément spirituel. Je te vois facilement donner un spectacle à la chapelle de Bordeaux en présence du père Jean. Je te parle de chapelle parce que c’est un endroit que j’ai beaucoup fréquenté et cela a sûrement contribué à mon enrichissement spirituel. D’ailleurs dans cette chapelle, il m’est arrivé de chanter souvent, notamment ce chant que j’ai eu le plaisir de chanter devant la ministre de la culture en janvier dernier sur cette même scène et c’était ma façon à moi de prier pour toutes les victimes du séisme en Haïti.. Le voici encore une fois.

Comme un souffle fragile
Ta Parole se donne
Comme un vase d'argile
Ton amour nous façonne.

Ta Parole est murmure
Comme un secret d'amour
Ta Parole est blessure
Qui nous ouvre le jour

Ta Parole est naissance
Comme on sort de prison
Ta Parole est semence
Qui promet la moisson.

Ta Parole est partage
Comme on coupe du pain
Ta Parole est passage
Qui nous dit un chemin.

9- Bonjour Sara, je m’appelle Haatym. Je suis marocain né au Québec. En préparant cette rencontre, nous avons aussi parlé d’un autre Haïti, celui de la culture, celui de l’histoire, celui de la révolution. Celui de la cuisine, celui de la musique, celui du plus beau soleil. Malheureusement on oublie trop vite ce que ce pays a apporté au monde. À l’hôpital Saint-Justine, un médecin cardiologue du nom de Jeau-Claude Fourron a été formé à l’université de médecine de Port-au-prince en 1960. Cet homme a sauvé la vie de plusieurs enfants québécois. On dirait parfois que le malheur d’Haïti a fait le bonheur du Québec. C’est René Levesque lui-même qui disait que les immigrants haïtiens ont fait la richesse du Québec. En passant, je rappelle que la Présidente de la fédération des infirmiers et infirmières du Québec est une haïtienne. Encore aujourd’hui, plusieurs haïtiens vont répéter qu’à l’époque de Duvalier, il y avait plus de sécurité et plus d’ordre. Ils oublient que c’est à cause de cette dictature que les grands cerveaux ont fui Haïti pour sauver leurs peaux. Dany Laferrière est un exemple parmi des centaines d’autres. Aujourd’hui Haïti avance lentement mais sûrement vers plus de démocratie, plus de justice. Ce séisme devrait rassembler les haïtiens au lieu de les diviser. En tout cas c’est mon espoir. Voilà pourquoi moi aussi, j’ai fais un petit oiseau de papier. Apporte-le dans tes bagages et donne-le à la première personne que tu croises dans une rue. Dis-lui que c’est de la part d’un Souverain anonyme. Dis-lui surtout de garder le sourire.. Merci!!

10- Bonjour Sara, Depuis 20 ans, le sujet d’Haïti a été abordé souvent à notre émission. Je vais te lire un texte qui a été dit il y a 16 ans devant Emeline Michel par un Souverain d’origine haïtienne : ‘’Mon pays c’est un des plus beaux de la terre. Mais parfois, ses habitants se croient vivre en enfer. C'est vrai que la misère nous fait la peau, que notre terre souffre trop, que l'avenir est incertain, tanné d'entendre le même refrain, le retour est pour bientôt, mais bientôt n'est pas demain, tanné de vivre sur une odeur, qui ne fait plus mon bonheur. Du café, je n'en bois guère. Trop amère, trop amère. Seul me reste des souvenirs et un peu d'espoir pour l'avenir. Je sais que les enfants de mes enfants, couriront un jour dans les champs. Au milieu des cocotiers, sans avoir peur des policiers. Quand les haïtiens vivront d'amour, il n'y aura plus de misère. Les totons macoutesseront des facteurs, mais toi et moi serons-nous encore vivants ma sœur..??’’. Alors ma chère Sara, je te répète la question : Quand Haïti sera enfin un pays rétabli et reconstruit, comme il l’a déjà été avant, serons-nous encore vivant ma sœur..?

12- Bonjour, je m’appelle Alexe. Je ne suis pas haïtien, je suis jamaïcain. Mais au Québec lorsqu’il arrive un malheur aux haïtiens on devient tous haïtiens. Moi je vais te dire franchement ce qui me séduit chez-toi Sara, c’est ta beauté de femme. Ta beauté de cœur, de corps et d’esprit.. Chanceux l’homme qui partage ta vie. Il est chanceux parce que tu l’as rencontré avant moi. Cet oiseau, je l’offre à toi, garde-le sur toi comme un ange-gardien. Cet oiseau a le même nom que moi : Alexe. Merci d’être passé me voir.

11- Bonjour Sara, je m’appelle Ibrahim. Je suis originaire d’Afrique, de Siéra Leone. Mon pays a connu la guerre et la misère. Il commence à se relever. Il ne faut jamais perdre espoir. Je suis le survivant d’une sale guerre et je remercie Dieu chaque jour de m’avoir sauvé la vie. Haïti se relèvera aussi. Ma chère Sara, je t’ai déjà rencontré à Souverains anonymes. Tu n’étais pas seule. Vous étiez trois belles femmes. Trois déesses. Vous chantiez comme dans un temple africain. Voici de ma part, trois petits oiseaux pour trois belles voix. Je voudrais moi et mes amis Souverains entendre ta voix de nouveau. À toi de chanter et à moi de danser…!!

13- Sara Rénélik, j’ai dis au début de la rencontre que si tu reviens une quatrième fois à Souverains anonymes, ne compte pas sur moi pour être présent. En fait ce que je me souhaite, je le souhaite pour tous mes frères Souverains. Te revoir, ça sera un bonheur, mais dehors. N’est-ce pas les gars..?? Dehors où je pourrais aller voir tes spectacles, et qui sait, je vais peut-être te surprendre en montant sur scène pour chanter avec toi. Alors si jamais cela arrive tu es avertie d’avance. J’aimerais te souhaiter un bon voyage en Haïti. Tu transmettras les salutations des Souverains par ce reportage qui porte nos témoignages et par ces oiseaux de papiers faits avec amour et fraternité par nos propres mains. Sara, je te souhaite le succès, le bonheur et la santé et au nom de tous mes camarades Souverains, je te déclare Sara Rénélik, Souveraine anonyme.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée