Jeudi 29 mars 2007

Senaya

Auteure, compositeure, intérprète



J’ouvre les yeux et te voilà devant moi,
j’en suis heureux,
et toi es-tu heureuse..?
SA


Cliquez et écoutez

extrait I - 27.24 - extrait II - 27.15 - extrait III - 27.24 - extrait IV - 27.15

Miroirs de bord - 4.37'
Poème de Nicodème Camarda.
Musique de fond: Marie Philippe


Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
ce n’est pas un drame
je m’évade dans les mots
et les yeux d’une femme

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme d’Afrique
Et je te plaide notre cause
Je te salue homme de mots

Senaya
Bienvenue parmi les
Souverains anonymes





1- Bonjour Senaya, je m’appelle Vincent. Moi et les Souverains nous sommes très heureux de te recevoir à notre émission. Je salue la présence de ton guitariste Sule. À travers la caméra que tu vois devant toi, c’est tout Bordeaux qui te regarde et te dit bienvenue au Château. Je dois te dire qu’avant d’écouter ton album ‘’Garder la tête haute’’ on ne connaissait pas ton nom. Mais nous avons écouté chaque chanson de cet album et je peux te dire déjà que tes paroles et ta voix nous vont droit au cœur. Des paroles simples qui chantent le rêve et l’espoir. Mais avant de parler de musique. Avant de chanter pour nous et nous pour toi, bavardons un peu.

Dans la langue du Togo, Senaya signifie ‘’Celle à qui Dieu donne’’. Aujourd’hui Dieu te donne l’occasion de rencontrer des Souverains. Toi-même tu viens d’un pays le Sénégal où les chefs de tribus sont des Rois. Entre les Souverains d’Afrique et les Souverains de Bordeaux, tu as parcouru plusieurs pays, plusieurs villes, tu as appris plusieurs langues. Tu es une femme du monde. Le monde de Bordeaux est heureux de t’accueillir. Mais ici ma chère Senaya, les hommes ne sont que de passage, le temps de faire le ménage. Tu es aujourd’hui notre énergie positive parce que tu es belle, parce que tu es brave et surtout parce que tu nous arrives avec la tête haute digne de tes ancêtres d’Afrique, ces guerriers anonymes qui ont combattu la soumission auprès des Mandela, des Lumumba, des Sankara. Aujourd’hui, l’Afrique est à l’honneur, vive l’Afrique, berceau de l’humanité. Vive tous ceux et celles qui gardent la tête haute. La première question est la même que les Souverains avaient posé à Michaëlle Jean. Comment vas-tu chère Senaya..?

3- Bonjour Senaya, quand j’entends ta chanson ‘’Seule j’avance encore’’, on pourrait croire que tu parles de toi, mais en réalité, tu parles de moi. Sans le savoir, tu as écris une chanson sur moi. Surtout quand tu dis ‘’Malgré l’usure, malgré les blessures’’. Oui moi aussi j’avance, tranquillement, mais sûrement. Quand je serai de l’autre côté de la porte de Bordeaux, j’aurais fais tout un chemin. Toi Senaya, ton chemin t’amène aujourd’hui à nous. Alors parle-nous de toi, dis-nous comment avances-tu dans la vie et vers quoi tu avances?

2- Bonjour Senaya, je m’appelle Louis. Dans le refrain de ta chanson Soul Créole, tu dis : Je suis moitié femme, moitié lionne, moitié folle, moitié divine, moitié soul, moitié néant.. À ce refrain je réplique par autre que voici. À Bordeaux je me sens moitié ici et moitié là bas, moitié homme, moitié cheval, moitié ombre, moitié lumière. Mais devant toi aujourd’hui Senaya, je me sens complètement libre, complètement Souverain. Complètement homme. Et toi Senaya. Aujourd’hui avec les Souverains, te sens-tu complètement femme ou complètement divine..?

4- Bonjour Senaya. Après avoir écouté ta chanson ‘’Dis-le-moi’’, je me suis rappelé ma femme. Chaque fois que je parle avec elle au téléphone, elle finit toujours par me demander ‘’Dis-moi que tu m’aimes fort’’. Elle veut que tout le monde autour de moi sache que j’ai une femme et que je l’aime fort. Au moment où on se parle, ma femme est à l’écoute de notre émission. Elle sait que je parle avec une belle femme. Comme je la connais ma femme, elle attend le moment ou je vais encore une fois lui répéter cette phrase simple est magique ‘’OUI BÉBÉ JE T’AIME FORT’’. Le plus drôle, c’est que je l’aime vraiment fort. Mais ma femme sait aussi que cela ne m’empêche pas de rêver à toutes les autres femmes. J’aime ma femme, parce qu’elle ne m’empêche pas de vivre et moi non je ne l’empêche pas de vivre non plus. Si je suis en dedans, ce n’est pas de sa faute à elle.. Comme ont dit, il faut vivre et laisser vivre. Et toi Senaya, ‘’Dis-le moi’’, qu’est-ce que tu aimes chez un homme à part qu’il s’appelle Oscar ?

5- Bonjour Senaya, je suis Bryan le parisien. Je suis né à Paris d’une mère colombienne et d’un père guadeloupéen, j’ai grandi dans la banlieue de Paris avant de débarquer à Montréal à l’âge de 14 ans. Je ne suis jamais senti aussi français que depuis que je vis à Montréal. En France je ne me sentais pas vraiment français. Mais il y’a un sentiment qui ne m’a jamais quitté, que je sois à Paris ou à Montréal, c’est le fait d’être un noir. À première vue je parais blanc, mais au fond de moi, je me suis toujours senti un nègre.. Je suis un nègre blanc et je suis fier de l’être.. Dans mes veines, je sens couler le sang de mes ancêtres guerriers des Antilles et d’Afrique. Alors pour toi Senaya, belle négresse, j’ai écris ce poème que voici :

6- Bonjour Senaya.. J’ai écouté ton album. C’est vrai que pour quelqu’un dans ma situation, tes paroles et ta voix me vont droit au cœur. Des paroles simples qui chantent le rêve et l’espoir. Garder la tête haute c’est la chanson titre de ton album. C’est aussi une phrase que j’aime me répéter souvent, surtout ici à Bordeaux. Je me dis que la seule façon de garder la tête haute, c’est de continuer à me respecter. Mais si je veux être honnête avec moi-même, je ne peux pas oublier non plus que je ne suis pas à Bordeaux pour rien. Donc, je ne peux garder la tête haute que si j’assume les conséquences de mes choix et accepter d’en payer le prix. Mais quand je pense à certains criminels de guerre qui n’iront jamais en prison, quand je pense aux marchands d’armes et à tous ceux qui brillent dans l’art de diviser pour régner, je me sens mal. J’ai beau garder la tête haute et faire de mon mieux pour avancer, je me sens découragé devant ces grands criminels qui se regardent au miroir avec un sourire triomphant. Chère Senaya, comment garder la tête haute alors que partout sur la terre, il y’a des têtes innocentes qui tombent ? Comment garder la tête haute alors que devant la guerre et la misère, la plus part du monde s’en fout..?

7- Chère Senaya.. Avant d’écouter ta chanson Mwen té la, je sentais déjà dans ta voix quelque chose qui vient de chez-moi, Haïti chérie. Nous sommes plusieurs haïtiens à Souverains anonymes, nous n’avions pas besoin de traduction pour comprendre cette chanson d’amour qui m’a ramené un peu à mes racines. Car quand ça allait bien en Haïti, j’étais là.. Quand sortir le soir était possible sans avoir peur d’être volé ou kidnappé, j’étais là. Quand les plages étaient des petits paradis terrestres, j’étais là, quand tout le monde avait accès à l’eau potable j’étais là, quand la paix était là.. J’étais là. Aujourd’hui Haïti est toujours là mais avec moins de sécurité, moins d’eau potable, moins de paix.. Malgré tout les haïtiens n’ont jamais baissé les bras. En 1804, les haïtiens ont été les premiers à se libérer pour fonder la première république noire. Je vois que la bataille n’est pas terminée. Toi Senaya, tu n'as jamais mis les pieds dans mon pays, comment as-tu réussi à me toucher par ta voix et ton accent créole, alors que tu n'as jamais mis les pieds à Haïti ?

8- Bonjour Senaya, Je suis Wilfred. Dans ma vie, j’ai fais des erreurs, je me suis trouvé souvent en prison. Aujourd’hui, j’ai deux filles, deux petites princesses. Le fruit de mes erreurs, de mes expériences, c’est lui qui va en profiter. Ce n’est pas parce que mon père m’a battu que je vais battre mes deux filles. Je connais bien l’effet de la violence sur le comportement. Mes filles, c’est la meilleure chose qui est arrivé dans ma vie. Quand je pense à elles. Quand je parle d'elle, je me dis que c’est elles ma deuxième chance. C'est en lui donnant ce que je n’ai pas reçu que je pourrais me sentir vraiment utile à quelque chose. C’est en étant fier d'elles que je pourrais me sentir fier de moi. Ça va mal un peu partout dans le monde et tu chantes qu’un jour ça doit changer. Si chacun commençait à s’occuper de son enfant, alors oui ça peut changer. Malheureusement, il y’a encore des enfants qui font des enfants. Un enfant c’est demain et demain c’est déjà aujourd’hui. Je ne sais pas si tu as des enfants Senaya, mais comment peut-on changer le monde si on ne commence pas par changer soi-même..?

9- Bonjour chère Senaya, tu viens de l’Afrique de l’ouest, du Sénégal, je viens de l’Afrique de l’est de Somalie.. En te regardant, j’ai pensé à Cléopâtre.. Il paraît que les égyptiens sont d’origine de l’Afrique de l’ouest.. Peu importe, nous sommes tous africains. Notre Mère à tous s’appelle Lucy. Elle est la mère de toute l’humanité. Je ne sais pas ce que Lucy dirait s’il voyait la situation triste de mon pays.. En tout cas, je crois que mon peuple se bat pour garder la tête haute, malgré la misère et la guerre.. Tu pensera aux somaliens chère Senaya et tu prieras pour eux. Toutes les prières sont bonnes pour Garder la tête haute.. Merci.

10- Bonjour Senaya, j’aimerais faire appel à ton imagination, alors imagine : Je suis seul dans ma cellule et qu’est-ce que je fais? Je danse. Je danse parce que dans ta musique je sens une transe. Les murs n’existent plus parce que je danse. Je ferme les yeux et je danse. J’existe parce que je danse. Je danse, donc j’existe. J’avance, je recule, j’avance encore.. Toi tu chantes, moi je danse. Dans mes oreilles c’est ta voix qui guide mes pas. Pas à pas. Compas, samba. Je t’imagine sur une scène, je pense à toi, tu penses à moi. J’ouvre les yeux et te voilà devant moi, j’en suis heureux, et toi es-tu heureuse..?

11- Senaya, c’est le moment tant attendu de notre rencontre pour écouter ta voix et ta musique.. Avec ton guitariste Sule, je t’invite à nous faire plaisir par une évasion musicale.. à toi de jouer et à nous de vous applaudir.

12- Senaya, celle à qui Dieu donne la beauté, le charme, l’élégance. Celle à qui Dieu donne l’intélligence, la bravoure et la tête haute. Celle à qui Dieu donne la voix des sans voix.. Senaya, reste comme tu es, en gardant la tête haute. Au nom de tous mes camarades je te déclare ainsi que ton guitariste Sule Souverains anonymes.


Miroirs de Bord

Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
Miroirs de bord du grand vaisseau
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau
qui fauchent les flots de la pensée.

Fenêtres hélées, électrifiées,
qui se demandent la liberté.
Fenêtres songeuses
où le rêve s’embue, s'englue.
Fenêtres désincarnées, mises a nue,
qui se réincarnent dans les rues.

Fenêtres d'actualités.
Fenêtres hantées, entérinées,
des territoires occupés,
des territoires enterrés
emmurés,vivants.

Fenêtres du couchant
qui rêvent d’or et d’Orient.
Fenêtres alignées, folles à lier,
qui violent la chartes de l'humanité.

Fenêtres verouillées, oxydées, occidentalisées,
qui taisent l’horreur et baisent le sentier, la destiné.
Fenêtres des charniers dans la conscience des voluptés,
la conscience des civilités, des civilisées.

Fenêtres en fleurs, fenêtres d’ailleurs,
qui volent, qui planent, qui meurent,
qui rêvent, qui crèvent, qui pleurent.

Fenêtres qui aiment, qui peinent
Fenêtres d'ébène, africaines!
Fenêtres qui prient et qui paient le prix,
le prix qui chante, qui danse, qui pleure,
qui rie, qui saute, qui meure...

Fenêtres éteintes et allumées
qui partent en poussières.
Fenêtres de la planète Terre
qui ne supporte plus ces guerres.
Fenêtres millénaires de la face cachée,
mitraillé, canonné, pilonné, lunaire!
Fenêtres du grand cimetière
qui nous fait face, qui nous efface.

Fenêtres tournés vers le ciel
qui se disent entre ailes:Éternel!
Fenêtres pétrifiées dans l’étreintes des aciers,
crucifiées dans l’empreinte des cités,
des cités à comparaître et disparaître...

Fenêtres des cécités, fenêtres aveugles,
coagulées, rouges mattes!
Fenêtres du stigma de l’échec et mat.
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde de Kyoto
du vertige planétaire, des effets de serre
des effets de zones, des effets d’ozones
où s’endort l’univers de nos chromosomes.

Fenêtres des enjeux, des envers
climatiques, nucléaires
Fenêtres médiatiques,
de la réaction en chaîne
de la masse critique.

Fenêtres du mur lamentions
et du murmure dégénération!
fenêtres d’hommes
de la bête de somme,
de la bête en l’homme
de la bêtise en somme...

Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde
qui s’impose, qui explose.

Fenêtres du matin, du mâtin magicien, du matin souverain.
Fenêtres anonymes qui s’arrangent, qui s’animent.
Fenêtres étranges qui se redessinent.
Fenêtres d'ailleurs et d’ici
qui se réinventent une poésie
ce monde meilleur où rien ne se perd
pas même une goutte de lumière et d’esprit.
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde..

.. de Bordeaux

Aime le Souverain
Nicodème Camarda



Site web de Senaya



''Toi qui es divine fatale, ange et démon à la fois..''
(chanson créole)



Toute diffusion publique des fichiers sonores doit être autorisée.


vos commentaires




retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2007