Jeudi 09 octobre 2003

Sophie Durocher

"..tu aimes les bonbons, mais les mots encore plus..! "
SA

Je quitte ma cellule
Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
du moins pas encore
je m'évade dans les mots
et la musique des noirs

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide notre cause

Sophie Durocher
Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

1- Salut Sophie, je suis Josier, je sens qu’avec toi nous allons passer un moment inoubliable. Moi et mes amis Souverains, nous avons passé deux jours à préparer cette rencontre, nous avons lu tes deux livres les Bonheurs de Sophie et Salut les amoureux. Nous avons aussi regardé ta dernière émission de télé avec ta nouvelle coupe de cheveux, mais nous allons moins parler de show-biz que de Bonheur et d’amour. Je peux te dire déjà que pour moi le bonheur c’est d’être à la bonne heure, à la bonne place et avec la bonne personne. Aujourd’hui, la bonne personne c’est toi Sophie. Une femme belle, brave, généreuse, qu’est-ce qu’on peut demander de plus. Tes deux livres donnent matière à réflexion. Dans une époque ou parfois on confond l’essentiel avec le superficiel, cette confusion est à mon avis la vraie prison de laquelle certaines personnes essaient de se délivrer comme ils peuvent. Je pense que tes deux livres, surtout celui sur le bonheur, s’inscrivent tout à fait dans cette démarche. Échapper à sa prison intérieure. Nous allons parler de ça et bien d’autres choses, mais pour commencer parle-nous Sophie de toi un peu. D’où viens-tu et comment tu es arrivées à l’écriture.. ?

2- À notre époque on confond souvent succès, popularité et argent avec bonheur. Dans ton travail d’animatrice, tu côtoies beaucoup de gens pour parler plus de leur succès que de leur bonheur. Écrire un livre sur ton bonheur personnel est-ce une façon d’échapper à la confusion entre bonheur et succès qu’on retrouve dans le milieu du show-biz.. ?

3- Salut Sophie, j’ai lu ton livre ‘’Salut les amoureux’’. Un livre qui raconte les plus belles histoires d’amour vécues au Québec. Moi aussi je vis une de ces plus belles histoires. Peut-être qu’elle aurait fait partie de ton livre si tu m’avais croiser avant. Mon histoire d’amour s’appelle ‘’Raymond et Ginette’’. Tu vas voir qu’elle est moins tragique que celle de Roméo et Juliette. Mon histoire commence le jour ou j’ai découvert ses yeux noisette. Elle avait 14 ans et moi 17. Nous nous sommes aimés jusqu’à ce que le destin, trois ans plus tard, nous sépare. Elle s’était marié et moi aussi. Elle a eu des enfants et moi aussi. 13 ans plus tard, nous nous sommes retrouvés et de nouveau nous avons repris notre amour qui dure depuis 20 ans malgré les hauts et les bas. Et malgré les barreaux notre amour est désormais plus fort que jamais. Dans quelques semaines je vais retrouver ma Ginette qui me fera danser dans son cerceau. Si jamais tu fais une deuxième partie de ton livre ‘’Salut les amoureux’’, vas-tu m’appeler pour te raconter les détails de cette belle histoire d’amour qui est la mienne, Raymond et Ginette..?

4- Salut Sophie, Moi aussi j’ai lu ton livre sur tes bonheurs et dès la première phrase j’ai été séduit. Pourquoi j’ai été séduit.. ? Parce que tu dédicaces ton livre à un certain Richard que tu décris comme l’homme de tous tes bonheurs. Pour un instant j’ai cru que c’était moi, parce que je porte le même prénom et mon nom c’est Lamour. Oui, je m’appelle Richard Lamour. J’aurais pu m’appeler Richard l’heureux. Depuis que je suis au monde je cours après le bonheur.. J’ai retrouvé l’amour avec la naissance de mes deux enfants. mais le bonheur, lui, il n’est toujours pas toujours au rendez-vous. Comment faire pour que l’amour soit au service du bonheur, Peut-on aimer sans être heureux.. ? À quoi ça sert d’aimer ou d’être aimé si ça ne rend pas heureux ? ?

5- Moi Sophie, mon bonheur ça serait de ne plus dépendre de personne. Beaucoup de jeunes comme moi voient le crime comme une porte de sortie pour justement ne plus dépendre de personne. Ils se disent : Pourquoi travailler pour un salaire de misère et dépendre d’un patron alors que quelques coups promettent la liberté et l’indépendance.. !? Je sais aujourd’hui que le vrai bonheur pour moi c’est de ne pas dépendre de la criminalité. Je travaille depuis 5 ans. Avant d’entrer à Bordeaux j’avais deux jobs (oui deux jobs..!). si je suis en prison, c’est parce que la ligne entre une agression et une légitime défense est parfois très mince. Je suis en train d’en payer le prix. Ça peut arriver à n’importe qui. Ça ne m’arrivera pas deux fois. En attendant ma sortie pour bientôt, je fais de mon épreuve une autre leçon de vie. À propos de leçon Sophie, un jour ton prof d’histoire t’a dit que tu ne seras jamais rien dans la vie.. Aujourd’hui, il doit rougir tout en se regardant la face et surtout en te regardant à la télé. Moi, c’est mon frère qui m’a fait vivre le même genre d’humiliation.. Lui, il ne se contentait pas de parler, il frappait aussi.. Le problème c’est que tout le monde ne se relève pas d’une telle humiliation.. Comme on dit, Tomber c’est humain, se relever c’est divin. Je suis fier de dire aujourd’hui que je suis un homme debout. Apparemment, tu as su bien te relever et je te dis bravo. Dis-moi Sophie est-ce qu’on se relève de ce genre d'humiliation par revanche, par défi ou par survie.. ?

6- Sophie, tu aimes les bonbons mais les mots encore plus. Tu collectionnes les mots comme on collectionne des timbres ou des cartes postales. Moi, depuis que je suis à Bordeaux, je collectionne le silence. Parce qu’à Bordeaux ça n’arrête pas de parler et surtout de demander. À Bordeaux c’est le festival des ‘’tatus’’. T’as tu une cigarette..? t’as tu une allumette..? T’as tu une bicyclette..!? Des mots, des mots, des mots.. en veux-tu en voilà..! Alors, quand il passe 5 minutes sans que quelqu’un vienne me dire t’as tu ci, t’as tu ça, je viens d’ajouter un moment de silence à ma collection.. Tu as raison Sophie, c’est beaux les mots.. Les mots qui donnent, les mots qui sonnent, les mots qui frissonnent, les mots qui forment une belle phrase comme ‘’rentre chez-toi et fais attentionne’’. Sophie, tu aimes les mots et particulièrement les mots de grands poètes. Tu les connais par cœur. Vas-y fais-nous plaisir avec quelques mots de ton poète préféré.

7- Salut Sophie, moi c’est Christian. Le bonheur pour moi c’est d’être entouré par ceux que j’aime. Je sais que tu portes un grand amour pour ta tante Jeanne. Tu es toi-même la tante de 8 nièces et neveux à qui tu donnes pleinement pour leur bonheur. Est-ce qu’une tante reçois autant qu’elle ne donne à ces nièces et neveux..?

8- Moi c’est Kevin. Juste pour te dire que je serais heureux le jour que je vais avoir mon garage et ma famille.. Juste d’y penser ça me rend déjà joyeux. Je me dis que j’ai tout le temps devant moi pour réaliser mon rêve, mais parfois le temps passe si vite que ça me fait peur.. À Bordeaux le temps est long. Alors, je n’arrête pas de rêver pour passer le temps..

9- Sophie, tu trouves la terre plus belle vue d’en haut. Je suis d’accord avec toi, moi aussi j’aime m’envoyer en l’air, j’aime prendre l’avion pour toucher au ciel. En attendant de prendre mon prochain envol je me contente de regarder des avions passer dans le ciel de Bordeaux. Je penserai à toi Sophie chaque fois que j’en verrais un et qui sait peut-être un jour je te croiserais dans le désert et tu me demanderas de te dessiner un avion. Voici ma question : On sait que les accidents d’avions font moins de morts que les accidents de voiture. Si tu devais changer ta voiture par un avion, ça serait lequel et pour s’envoler dans quelle direction..?

10- Je sais Sophie que certaines chansons accompagnent ta vie. Moi il y’a une chanson qui accompagne la mienne. Je dirais même qu’elle est tombée à une époque ou j’avais besoin d’entendre ces paroles et cette voix. ‘’Les derniers seront les premiers’’ m’a donné un grand coup de pousse pour ne pas tomber. C’est la chanson de l’espoir par excellence. Je suis sûr que cette chanson a transformé la vie d’autres personnes.. De quelles façons des chansons mettent le bonheur dans ta vie..?

11- Salut Sophie, moi à 17 ans, j’ai appris que j’allais être papa. D’abord ça été un choc. À 17 ans on est pas pressé d’avoir des enfants. Aujourd’hui je vis le bonheur d’être un papi gâteux. Comme tu sais Sophie, le bonheur ce n’est pas seulement d’avoir des enfants. Le bonheur c’est aussi de les désirer. Le bonheur c’est de les désirer sans être dérangée par une carrière. Mais parfois un accident c’est vite arrivé.. Je ne te le souhaite pas, mais si jamais cela t’arrive de tomber enceinte, qui va passer avant l’autre, l’enfant ou la carrière..?

12- Sophie, toi tu fais de la télé, moi de la radio. Toi tu es connue, moi je suis inconnu, mais nous partageons le même goût de communiquer avec et pour les autres. Dans ton cas cette passion est née le jour ou ton prof de chimie t’a demandé d’expliquer devant les autres élèves une formule chimique. Moi , c’est après avoir vécu l’expérience de Souverains anonymes et après avoir participé à plusieurs émissions que j’ai ai eu la piqûre de la radio. Et pourtant, j’étais un grand timide. Il y’a 5 ans, en quittant la prison, j’ai travaillé très fort pour payer des études accélérées en communication, et maintenant je fais la radio bénévolement en attendant de le faire très bien tôt j’espère professionnellement. Ma question, comment avoir le salaire de Normand Bradwait sans trop se fatiguer.. ? Non, je plaisante..! Ma question est simple, y’a t-il un avenir en communication pour un jeune noir comme moi..? Dis-moi STP oui, c’est tout ce que j’ai besoin d’entendre pour m’encourager.. Merci.

13- Ton livre ‘’Les bonheurs de Sophie aurait pu s’appeler ‘’Un plaidoyer pour le bonheur’’. Mais un autre livre porte déjà ce titre. Il vient tout juste de paître. C’est le moine bouddhiste Mathieu Ricard qui en est l’auteur. Ton plaidoyer à toi pour le bonheur prend tout son sens dans les trois dernières pages de ton livre, lorsqu’on apprend qu’à l’âge de 14 ans tu as appris que tu risquerais d’avoir le cancer de la peau si tu ne te protèges pas du soleil.. J’imagine que depuis cette découverte le bonheur pour toi veut dire profiter pleinement de la vie. Est-ce qu’il est possible de compenser la chaleur du soleil par la chaleur humaine..?

14- Salut Sophie. Je m’appelle Angélo. Mon histoire ne ferait pas partie de tes livres. Je suis né au Portugal mais j’ai grandi au Canada. Aujourd’hui, pour la troisième fois, on va me déporter au Portugal.. Mon père est en prison, moi je suis en prison, je n’ai pas vu ma mère depuis longtemps. Mes frères et sœurs ont été placés ici et là.. Maintenant que ma famille commence à se rassembler, on me déporte pour un aller simple vers le Portugal. J’aime beaucoup mon pays d’origine, mais savoir que je ne pourrais plus retourner au Canada, ça me fait très mal. Tout ça à cause de mes parents qui ont négligé de faire mes papiers, mais aussi à cause d’un gouvernement qui ne fait pas la différence entre ceux qui ont grandi ici et ceux qui sont arrivés déjà adultes. Dans mon histoire il y’a d’autres malheurs que j’aurais pu écrire dans un livre ‘’Les malheurs d’Angelo’’, non pas pour avoir la pitié du monde mais pour dévoiler des réalités que les gens ne connaissent pas, encore moins les journalistes. Toi ton bonheur serait de courir sous le soleil sans avoir peur de la mort. Moi, mon bonheur à moi, ça serait simplement de continuer à vivre dans le pays ou j’ai grandi. Le pays ou se trouve ma famille, mes amis et l’hiver..

15- (Les Souverains chantent en rap leurs créations)

16- Sophie Durocher, si tu veux bien, nous allons se quitter sur une toute petite histoire d’amour que je vais te raconter. Un jour à la prison de Tanguay une femme a été libérée un mois avant la fin de sa sentence. En apprenant la nouvelle de sa libération, elle a pleuré de joie, de bonheur et un peu de tristesse parce que pour elle cette libération voulait dire la séparation avec sa meilleure amie, qui est devenue aussi son amante.. L’une dans les bras de l’autre, elles ont pleuré en silence, ne sachant quoi dire. Mais avant de se quitter, il fallait quand-même se dire un mot.. Mais lequel..? Le hasard voulait que celle qui restait en prison pour quelques mois encore avait un texte en main qui n’était pas d’elle mais qu’elle devait pratiquer pour le dire devant Richard Séguin, un invité spécial que les gars de Bordeaux et les filles de Tanguay devaient rencontrer ensemble dans ce même studio. Une phrase dans ce texte destinée à Richard Séguin a été le mot sur lequel ces deux femmes se sont laissées sans se quitter. Celle qui reste a dit à celle qui part ‘’ Le ciel est plus grand au fond des yeux. Dans les regards de ma blonde je vois danser les Dieux’’ En plein soleil, je t’imagine entendre à peu près les mêmes mots de l’homme de tous tes bonheurs : Le ciel est plus grand au fond de tes yeux. Dans tes regards Sophie, je vois danser les Dieux’’ Au nom de tous mes camarades ici présents, je te déclare Sophie Durocher Souveraine anonyme.


retour à émission | retour à la liste des rencontres

©M.L. 2003