Radio Souverains

Marie Trezanini

Tu quittes ta cellule
Tu traverses les couloirs
Tu salues tes amis
Tu leur dis " à plus tard "

Tu n' quittes pas Bordeaux
Du moins pas encore
Tu t’évades dans les mots
et la musique des noirs

Ta vie est un roman
Ta vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que tu te poses
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide leur cause

Marie Trezanini

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

écoutez l’émission
avec Marie Trezanini sans téléchargement

20 décembre 2012

Première partie 53mn 57'

class="image"

Deuxième partie 53mn 26'

class="image"

-------

1- Salut Marie, je m’appelle Guillaume. Toi et tes musiciens, vous êtes au Souverains anonymes pour la première fois. C’est un plaisir de vous recevoir. Il paraît que demain 21 décembre 2012, ça serait la fin du monde. Donc, au cas où nous n’existerons plus demain, profitons de la vie aujourd’hui. On ne sait jamais. Profitons au maximum de cette rencontre pour en faire un moment de bonheur et de joie. Marie Trezanini, tu es notre cadeau de Noël. Nous avons écouté ton album Essences Yéménites dans lequel tu rends hommage à la chanson juive du Yémen. Tu as fais des voyages en Israël pour explorer cette culture musicale très ancienne. Tu t’intéresses aussi à la musique orientale et maghrébine. Mais d’abord, tu as commencé ta carrière de chanteuse en chantant en français, des chansons françaises dans la tradition des chansonniers. Nous avons compris de l’écoute de ton album que ce qui t’intéresse c’est la rencontre des cultures différentes de la tienne. La rencontre des cultures est le thème de notre rencontre aujourd’hui. Avant d’entendre les témoignages des Souverains, faisons mieux connaissance. Marie Trezanini, tu es française d’origine italienne. Tu vis aujourd’hui au Québec. D’où te vient cette curiosité pour les cultures du monde et particulièrement pour la culture orientale, hébreu, arabe et maghrébine..?

2- Salut Marie, je m’appelle Michel. Je porte un nom de famille grec, mais je suis québécois né au Québec et je ne connais pas grand-chose du grec. À l’âge de deux ans, mon père le Métèque a disparu de ma vie pour réapparaître 15 ans plus tard. Le destin n’a pas voulu que je m’abreuve de la culture et de la langue de mon père. En préparant cette rencontre, j’avoue que j’ai réfléchis beaucoup à la question de la rencontre des cultures. Je me suis dis que peut-être ce que mon père n’a pas fait pour moi, je pourrais le faire pour mes enfants. Je pourrais les amener en Grèce rencontrer des gens qui portent le même nom de famille qu’eux.. On ne sait jamais, ce sont peut-être mes enfants, plus que mon père qui me donneront le goût de la culture et la langue grecque. Toi Marie, tu es française et tu portes un nom de famille italien.. Est-ce que la culture, la langue et la musique italiennes font partie des cultures que tu désires rencontrer.. ?

3- Salut Marie, je m’appelle Ben.. Je suis le résultat de plusieurs cultures. Si je me sens un citoyen du monde, c’est parce que j’ai les pieds bien ancrés d’abord dans ma culture marocaine, africaine. Depuis trente ans, je suis devenu canadien et québécois.. Mais la culture que le destin a mis sur mon chemin, c’est la culture des Souverains anonymes. Depuis 2007, j’ai fréquenté cette culture à quelques reprises et chaque fois quand je suis au Souverains anonymes, c’est pour moi un voyage extraordinaire dans toutes les cultures. Ce programme me donne l’occasion de découvrir l’autre et de faire découvrir à l’autre ma propre culture. En tant que marocain, je suis aussi porteur d’une culture judaïque très riche. Je voudrais en faire la démonstration avec une chanson très particulière qui raconte l’histoire d’un juif marocain à l’époque de la colonisation au Maroc. L’histoire d’un ouvrier qui a osé dire un jour « Bonjour Madame » à une dame française.. Cette dernière s’est sentie insulté par un ouvrier qui osait lui adresser la parole. Par fierté et orgueil, ce dernier n’a pas aimé l’attitude hautaine de la dame, alors il a fait ce qu’il devait faire dans les circonstances d’un colonisé, il s’est trouvé en prison pour une année et un jour : (Ben chante Ben Soussan).

4- Salut Marie, je m’appelle Ronald. Je suis totalement d’accord avec Ben. Lorsqu’on est au Souverains anonymes, nous sommes dans un bouillon de cultures. Toutes les cultures passent par ici, nous acceptons même les gens de culture québécoise.. Je plaisante, mais à propos de culture québécoise, j’ai de la misère à assumer à 100% mon appartenance au Québec. Peut-être parce qu’à l’âge de 12 ans, on m’a arraché à mon Haïti chérie alors que j’aurais aimé y rester au moins pour quelques années encore, le temps de construire mon identité sur des bases solides.. Aujourd’hui, je suis le père de 4 enfants, tous nés au Québec. C’est donc par mes enfants que je vais assumer un jour mon appartenance à la culture québécoise. Je vais le faire lorsque je serais retourné en Haïti pour me connecter avec mes racines. Comme on dit, pour savoir où on va, il faut savoir d’où l’on vient. Je n’ignore pas que je viens d’Haïti, mais c’est mon corps qui réclame un retour à la terre patrie.. Et toi Marie, aujourd’hui, tu chantes en hébreu et en arabe, quand est-ce que tu vas chanter en créole..?

5- Salut Marie, je m’appelle Mohamed. Je suis de Guinée Conakry. Depuis quelques années, je vis au Québec. Puisqu’on parle de la rencontre des cultures, j’en suis un parfait exemple. En moi, il y a au moins 7 cultures qui se croisent. Je parle 7 langues. 4 langues africaines en plus du français, de l’anglais et de l’arabe. Depuis quelques années, je parle une autre langue, le québécois. Je crois que mes ancêtres africains doivent être fiers de moi aujourd’hui. Eux qui parlaient plusieurs langues. Ils traversaient l’Afrique d’une tribu à l’autre, d’un royaume à l’autre et se laissaient baigner par des langues, des musiques et des rythmes.. Je suis aujourd’hui l’héritier de ces cultures que la religion musulmane a unifié sous une seule devise, la Paix. Si un jour, tu désires aller à la rencontre de la culture africaine, tu as déjà bien commencé Marie, puisque tu viens de me rencontrer. Je vais te citer 4 langues africaines, tu me diras dans laquelle tu aimerais que je te dise « Tu es la bienvenue chez-moi ».. ? (4 langues africaines).

6- Salut Marie, je m’appelle Antoine. Au début, je ne savais quoi penser de ton album. Je n’écoute pas à chaque jour des chansons yéménites en hébreu. Mais, je t’avoue qu’à la deuxième écoute, j’ai commencé à savourer cette musique comme on savoure une cuisine étrangère.. Aussi, j’apprécie beaucoup le symbole de ta démarche qui réuni deux langues et deux cultures qui ont toujours coexisté, l’arabe et l’hébreu. Quand on sait le conflit qui ravage le moyen Orient, ta démarche porte un message de paix. Est-ce que je me trompe.. ?

7- Salut Marie, je m’appelle Guido. Je suis mexicain devenu canadien et québécois. J’ai vécu durant des années dans l’ouest du Canada avec les Cow-boy de l’Alberta. Si je porte sur moi cette casquette avec une fleur de lys, c’est parce que je revendique mon appartenance à la culture québécoise. Je ne me suis jamais senti étranger au Québec. Mais je t’avoue que si j’ai quitté le Mexique, le Mexique ne m’a jamais quitté. Je vais sûrement y retourner un jour. Je veux aussi aller ailleurs, à la rencontre d’autres cultures très différentes de la mienne, mais en attendant, ici à Bordeaux, je rencontre des cultures venues du monde entier et pour moi c’est tout un privilège et un honneur.. Rien que pour ça, mon passage à la prison de Bordeaux ne sera pas inutile. Et toi Marie, comment tu perçois ton passage dans la culture des Souverains anonymes.. ?

9- Salut Marie, je m’appelle Amadou. On m’appelle Ti-Guidou. Je suis né au Québec, j’ai vécu en Guinée, je suis revenu au Québec. En Guinée, on me trouve trop canadien. Au Canada, on me trouve trop africain. Moi, parfois, je ne me trouve pas du tout. Je veux bien rencontrer les cultures, mais je dois d’abord commencer par me rencontrer moi-même. Si je suis à Bordeaux, c’est parce que je me cherche encore. J’ai quatre enfants et cinq métiers. J’ai tout ce qu’il faut pour me rencontrer. Alors, je lutte pour réaliser cette rencontre entre Amadou et Ti-Guidou. Merci d’être là aujourd’hui pour entendre ma plaidoirie.

8- Salut Marie, je m’appelle Paul-Émile. Moi, je ne connais qu’une culture, celle des femmes. C’est la seule culture que je veux continuer à rencontrer jusqu’à la fin de mes jours. Aujourd’hui, j’ai l’honneur de te rencontrer toi Marie en personne. Je n’ai qu’une chose à te dire : Dieu merci d’avoir créé une telle beauté, un tel charme et une telle voix. Merci Marie d’exister.

10- Salut Marie, c’est encore Guillaume. J’ai voyagé dans une vingtaine de pays dans le monde. Mais déjà, très jeune, j’ai eu la chance d’avoir comme voisin une famille haïtienne. Une famille dont j’appréciais beaucoup la langue et la cuisine. J’ai grandi dans cet esprit d’ouverture à des cultures qui font entièrement partie de ma culture québécoise. Je n’arrive pas à imaginer le Québec sans ses haïtiens, ses maghrébins, ses musulmans, ses juifs, sans Parc-extension et Mile-end, la petite Italie, le Petit Maghreb et le petit Portugal. Si certains québécois doutent encore de la contribution immense de ces cultures à notre culture, pas moi. Je crois que nous avons encore du chemin à faire pour nous rencontrer réellement et concrètement, comme on le fait aujourd’hui avec toi à Souverains anonymes, c'est-à-dire par l’art, par la musique et aussi par les yeux. Marie Trezanini, nous avons tous regardé ton vidéo-clip ou tu chantes en anglais. J’avoue que ce qui a attiré mon attention, plus que les paroles et la musique, ce sont tes yeux. Dans ce clip on te voit danser de l’oriental. Mais le bleu de tes yeux faisait danser les Dieux. Et quand les Dieux dansent, la fin du monde est retardée. Tant que le regard des femmes existent, la fin du monde n’aura pas lieu.. Demain, ça sera le début d’un autre monde, d’un autre voyage, un voyage dans un pays merveilleux..

11- Marie Trezanini, la première chanson de ton album Essences Yéménites s’appelle « Mon beau, mon trésor ». J’ai envie de t’appeler « Ma belle, notre trésor ». Il est temps de passer de la parole à l’action. Tu es accompagnée de trois musiciens, Anit Gosh au violon, Joel Keer à la basse et Kattam aux percussions. À vous de jouer et à nous de vous applaudir.

12- Marie Trezanini. Je rêve d’un monde ou le japonais chante en chinois, ou le chinois chante en arabe, ou l’arabe chante en hébreu, ou l’hébreu chante en latin, ou le latin chante en grec, où le grec chante en italien, où l’italien chante en berbère où le berbère chante en espagnole où l’espagnole chante en portugais, où le portugais chante en vietnamien, où le vietnamien chante en perce, où le perce chante en hongrois, où le hongrois chante en français, où le français chante en amérindien, où l’amérindien chante en arabe La rencontre des cultures passe aussi par la musique, par la chanson. Tu es un parfait exemple de ce mariage heureux des cultures. Continue à le faire. Le monde a besoin de toi. Nous avons besoin de toi et de ta voix. Ce sont les artistes qui font reculer la fin du monde. Je te souhaite à toi et tes musiciens le bonheur, le succès et la santé. Je les remercie tes musiciens de t’avoir si bien accompagné. Au nom de tous mes camarades, Joel Keer, Anit Gosh, Kattam et Marie Trezanini, je vous déclare Souverains anonymes.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010