Radio Souverains

Wesli

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue le musicien,
bienvenue le magicien
Bienvenue, homme de bien

Tu quittes ta cellule
Tu traverses les couloirs
Tu salues tes amis
Tu leur dis " à plus tard "

Tu n' quittes pas Bordeaux
Du moins pas encore
Tu t’évades dans les mots
et la musique des noirs

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue le musicien,
bienvenue le magicien
Bienvenue, homme de bien

Ta vie est un roman
Ta vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que tu te poses
en vers et en proses
Je te salue belle et brave femme
Et je te plaide leur cause

Wesli

Bienvenue parmi les
Souverains anonymes

Bienvenue, bienvenue
Bienvenue le musicien,
bienvenue le magicien
Bienvenue, homme de bien

écoutez l’émission
avec Wesli sans téléchargement

05 avril 2012

Première partie 54mn 31'

class="image"

Deuxième partie 53mn 59'

class="image"

-------

1- Salut Wesli, je m’appelle Obed. C’est un plaisir et un honneur de recevoir à notre émission un frère haïtien et un grand artiste. Je salue également Sanya que nous avons déjà reçu avec son groupe les Garçons. Un passage inoubliable. Tu es accompagné aussi de Kattam, le percussionniste de ton band et le directeur musical de Souverains anonymes. Wesli, tu es déjà venu deux fois à notre émission, la première fois avec Jodie Rester. La deuxième pour le vingtième anniversaire de Souverains anonymes et aujourd’hui, nous allons prendre le temps de faire ta connaissance avec ton deuxième album « Liberté dans le noir ». Avec un tel titre, nous avons un thème intéressant à explorer. On ne connait la valeur de la liberté que lorsqu’on la perd. Avant d’approfondir le sujet et avant de passer à la musique, faisons mieux connaissance. Wesli, tu as déjà un long parcours de chanteur-musicien. À l’âge de 8 ans, tu as commencé à jouer avec une guitare que tu as construite toi-même. Tu as fais partie de la chorale GOSPEL de l’église. Plus tard, tu t’es engagé dans des projets sérieux comme le quatuor d’afro-roots Jazz 4ever et SoKute. Tu as voyagé à l’étranger avec le groupe Kreyol Mizik. La musique est devenue ta passion et aussi, la seule chose qui pouvait te garantir un avenir meilleur. En 2001, tu es arrivé à Montréal et depuis, tu n’as cessé de travailler avec beaucoup d’artistes dont certains sont de réputation internationale. Tu as fais la première partie d’Alpha Blondy. Tu as partagé la scène avec Tiken Jah Fakoly dernièrement. Est-ce qu’on peut dire aujourd’hui, même si tu as encore toute la vie devant toi pour parcourir le monde, que tu as réalisé ton rêve d’enfance..?

2- Salut Wesli, je m’appelle Gabriel. Comme toi, je suis musicien et chanteur. Je me sens particulièrement concerné par le titre de ton album « Liberté dans le noir ». Ces mots raisonnent dans ma tête parce qu’ils correspondent à ma quête personnelle de liberté. Je crois que je peux dire aujourd’hui, sans complexe, que j’ai longtemps recherché la liberté dans l’obscurité. Dans les paradis artificiels.. Des circonstances familiales ont bouleversé ma vie. J’avais perdu la lucidité nécessaire pour faire la différence entre lumière et obscurité. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus serein, beaucoup plus lucide.. J’ai encore du chemin à faire, mais déjà, juste le fait de pouvoir exprimer mes sentiments et d’ouvrir mon cœur publiquement, c’est un grand pas vers la liberté dans la lumière.. MERCI Wesli d’avoir écris cette très belle chanson.

3- Salut Wesli, je m’appelle Sofiane, nous avons écouté ton album « Liberté dans le noir » avec beaucoup d’intérêt. Il n’a qu’un seul défaut. Tu as fait appel à plusieurs artistes pour faire des duos comme Tiken Jah FFakoly, Mes Aïeux, Radi Radio, Boogat, mais tu as oublié de faire un duo avec un artiste algérien. Nous avons à Montréal une artiste qui sillonne le monde, elle arrive de la Grèce d’ailleurs, elle s’appelle Lynda Thalie. Un duo entre artiste haïtien et une artiste algérienne, ça correspond tout à fait au thème de la liberté dans le noir. Algérie, Haïti, même combat. Même colonisation. Même colonisateur. Même victoire. Même indépendance. Haïti à été l’exemple à suivre pour les algériens. L’Algérie est devenue l’exemple à suivre pour beaucoup d’autres peuples, même pour les québécois. Les jeunes du FLQ ont été marqués par la guerre d’Algérie qui a duré 8 ans et qui a fait 2 millions de morts. La guérilla des rues est un concept algérien. Les femmes ont joué un rôle capital dans ce combat, en portant sur elles les armes et les bombes pour permettre aux hommes du FLN, le Front de Libération Nationale, d’arracher l’indépendance. Je rends hommage à toutes ces femmes algériennes et en particulier à Djamila Bouhired et Djamila Boupacha qui ont subi la torture pour avoir résisté contre la colonisation.. Le 3 juillet 1962, l’indépendance de l’Algérie a été proclamée. 2012, c’est l’année du 50me anniversaire de l’indépendance de l’Algérie. En 2004, on a célébré le 200me anniversaire d’Haïti. Mais, pour être honnête, il faut reconnaître que nos deux pays ont encore du chemin à faire. Haïti doit sortir de la misère. Elle doit se développer. Son peuple mérite le respect de toutes les nations. En Algérie, nous avons tout ce qu’il faut pour être un pays riche et moderne. Nous avons le pétrole et le gaz. il manque juste un peu plus de démocratie, un peu plus de justice pour mieux distribuer les richesses de mon pays. Comme ont dit, le passé est garant de l’avenir. Je fais confiance à nos deux peuples, algérien et haïtien, pour que la liberté qu’ils ont obtenue au prix du sang, donne enfin ses fruits.. Une liberté sous le soleil. Wesley, j’espère pour toi que tu ailles jouer en Algérie. En attendant, dis-moi, est-ce que tu vas jouer avec Lynda Thalie qui organise une grande fête musicale pour souligner le 50me anniversaire de l’indépendance de l’Algérie en Juillet prochain au Parc Lafontaine..?

4- Salut Wesli, je m’appelle Maxime. Je suis très content d’être ici aujourd’hui. C’est ma première rencontre à Souverains anonymes. C’est aussi ma dernière. Je quitte Bordeaux le 21 avril, un jour avant le 22, Jour de la Terre. Ce jour-là au moins 10 000 québécois de toutes origines se donneront rendez-vous à Montréal. Nous avons des choses à dire et à dénoncer. Après le printemps arabe, ça sera le printemps érable. Je crois que le Québec a beaucoup à apprendre de la lutte des autres peuples. Il se trouve que ces peuples sont bien représentés chez-nous. Ils sont désormais chez-eux. De mes études en sciences politiques, j’ai noté quelques révolutions de l’histoire qui m’ont particulièrement marqué. Ton titre « Liberté dans le noir » fait allusion à celle des haïtiens en 1804. Une révolution dont le père spirituel est Toussaint Louverture. En tant que québécois patriote, je suis sûr que cette révolution avait inspiré les patriotes de 1837. Il a sûrement inspiré Pierre Vallières pour écrire son livre « Nègres blancs d’Amérique ». Un livre traduit dans 27 langues. Je suis sûr que si tu lis ce livre, il t’inspirera une chanson sur la lutte du peuple québécois dont tu fais aujourd’hui partie. En tout cas, je te découvre aujourd’hui et je trouve que tu as un beau message à partager. Un message dans lequel je me retrouve en tant que québécois en quête de liberté, en quête de souveraineté. Je trouve beaucoup de similitude entre le peuple québécois et le peuple haïtien. C’est peut-être pour ça que tu te sens ici comme chez-toi. Est-ce que je me trompe..? Moi je te prédis une longue carrière. Je crois que tu fais partie des quelques élus qui ont un message de liberté à partager et qui sait ? Toi avec d’autres, arabes et africains, vous allez contribuer à libérer le Québec. MERCI!

5- Salut Wesli, je m’appelle Allan, la première chanson de ton album « Liberté dans le noir » s’appelle Colonisation. Elle est co-interprétée avec le grand africain Tiken Jah Fakoly. C’est une très belle pièce. Elle démarre ton album sur une énergie de la résistance et de la mémoire. Elle rappelle l’attachement d’Haïti à l’Afrique. Elle évoque le destin à la fois douloureux et héroïque d’un pays et d’un continent. L’Afrique et Haïti sont liés par l’histoire, par le sang et par l’eau. C’est dans ce lien que les haïtiens puisent la fierté de leur appartenance. En tout cas moi qui ai quitté Haïti à l’âge de 7 ans, je garde pour mon pays un très fort sentiment d’appartenance avec la conscience que notre passé est fait de colonisation, d’esclavage, mais aussi de résistance et de libération. Haïti a été le modèle à suivre pour beaucoup de pays africains. Mais, je suis troublé de voir que le pays qui a donné l’exemple à tous les pays africains pour sortir de la colonisation, aujourd’hui ce pays qui est le mien, a de la misère à sortir de la misère. Ta chanson Colonisation commence par un cri de ralliement « Coté monio woo, moi pas coté monio woo » « Où sont les autres, je ne les vois pas ». Cette phrase illustre tout le drame haïtien. Alors voici ma question, écoute la bien : As-tu écris cette chanson pour rappeler qu’Haïti n’est toujours pas sortie de la colonisation..??

6- Salut Wesli, je m’appelle Stéphane. D’abord, je dois dire que tout haïtien qui réussit est une fierté pour tous les haïtiens. Je sais que ce n’est pas toujours facile pour les noirs de réussir devant les discriminations et le racisme qui n’est pas encore disparu de la terre. Alors, un noir réussit, il mérite un plus grand respect. Tu as fais un excellent album. Dès les premières notes de la première pièce, j’ai été touché et impressionné par la grandeur et la richesse de ta musique. Ont sent tout de suite la fibre afro-haïtienne chez-toi. En tant qu’arrière petit-fils d’un président haïtien, je te donne tout mon respect. Quand je retournerai en Haïti, parce que c’est là, je voudrais terminer mes jours. J’espère aller te voir chanter devant les grandes foules. Au grand plaisir mon frère de te croiser à Port-au-Prince.

7- Salut Wesli, je m’appelle Riad. Il y a deux chansons de ton album que j’adore. « Danse Baila danse » que tu chante en duo avec MesAïeux et « Sous le soleil » dans laquelle tu dis : « On a rien à faire que respirer l’air sous le soleil ». Je viens d’un pays l’Algérie et d’un continent l’Afrique. On manque de beaucoup de chose mais pas de soleil. J’ai immigré ici à l’âge de 14 ans. Mais j’ai apporté le soleil avec moi. Il ne me quitte jamais, même ici à Bordeaux, le soleil je le porte en moi et je le partage avec ceux qui en manquent. Qui dit soleil, dit fête, dit danse, dit joie, dit plaisir.. Toi aussi Wesli, par ta musique, tu as apporté tout un patrimoine culturel dans tes bagages. Haïti n’est pas pauvre, elle partage avec le monde entier son soleil, sa musique et sa cuisine. À propos de cuisine, quelle recette haïtienne mérite honorée dans une chanson..?

8- Salut Wesli, je m’appelle Vainqueur. Et j’ai un bon cœur. J’ai écouté avec mes frères Souverains ton album « Liberté dans le noir ». Sur les 17 chansons, au moins 16, sont des réussites totales. Seule la pièce no 3 sonnait mal à mes oreilles. Celle avec Radio Radio. La chanson « Fèy » avec Boogat est sublime. C’est une chanson troubadour traditionnelle d’Haïti. Celle avec MesAïeux, je l’écouterais toute la nuit. « Latibonit » me remplit de joie et de soleil. La chanson « Sous le soleil », c’est un bonheur, un voyage gratuit aux plages des Antilles. « Mama africa » est majestueuse.. Ton album est un hommage à tout un héritage musical que tu as su nous rendre avec justesse et art. Merci Wesli pour cet album qui va sûrement entrer dans l’histoire..

9- Salut Wesli, je m’appelle Carl. Avant de poursuivre cette rencontre je voudrais rappeler qu’entre ton Band et notre Band, nous avons un point en commun. Il s’appelle Kattam. C’est ton percussionniste et notre percussionniste. Je veux juste savoir si tu es conscient de la chance que tu as, d’avoir un musicien aussi talentueux, aussi généreux et aussi sympathique..?

10- Wesley Louissaint, Au nom de tous mes amis Souverains, je te demande de passer de la parole à l’action. Tu es accompagnée de Sanya et de Kattam aux percussions. Tu as amené ta guitare. À toi de jouer et à nous de t’applaudir.

12- Wesley Louissaint, ton album « Liberté dans le noir » a été salué par tous les critiques. Alain Brunet de la Presse se demande pourquoi tu n’es pas encore reconnu internationalement. Moi je lui réponds qu’après ton troisième passage au Souverains anonymes, cela ne saurait tarder. Ne soit pas surpris d’être invité partout dans le monde. C’est arrivé à Céline Dion après son passage ici. Alors, en attendant ton succès international, je te souhaite le bonheur, le succès et la santé. Je sais qu’avec Sanya et Kattam, tu es bien entouré. J’en profite pour remercier particulièrement Sanya et lui dire qu’elle est toujours la bienvenue au Souverain anonymes, seule ou avec ton groupe « Les Garçons ». Merci à Kattam pour sa fidélité. C’était la dernière émission de la saison. Aux noms de tous mes camarades, je vous déclare, Sanya, Kattam et Wesli, Souverains anonymes.


Pour toute diffusion publique des fichiers sonores
une autorisation doit etre accordée


retour à accueil | retour à la liste des rencontres

©M.L 2010