..quinzième discussion..

Ouverture d'esprit

1-

Si la réinsertion sociale des personnes incarcérées passe aussi par l'ouverture d'esprit de la communauté, quelle serait votre propre définition de cette ouverture..?

L'ouverture est pour moi le fait de ne pas juger dès le premier coup d'oeil. Je crois qu'une personne peut ne pas accepter le geste d'un autre mais elle n'est pas obligée de le juger pour autant. Une personne qui pose des actes criminels au point de faire mal à autrui par diverse façons est peut-être une personne qui souffre. Je crois que la société devrait réfléchir sur cela sans pour autant excuser le geste.

Croyez-vous à la justice réparatrice..? Celle qui tolère les sentences purgées en société..?

Je crois en la justice réparatrice pour les délinquants qui sont prêts à faire des démarches personnelles pour qu'ils se responsabilisent réellement par rapport à leurs actes. Pour moi, un bon moyen de responsabilisation est une rencontre entre victime et agresseur lorsqu'il y a une victime bien entendu. Il y a cependant plus souvent de victimes que l'on pense. Par exemple, un vol peut traumatiser une personne pour longtemps même si ce geste peut paraître sans importance pour l'agresseur. Une rencontre en ces deux parties peut rendre le délinquant réellement conscience de la souffrance de la victime alors que celle-ci peut prendre conscience que le délinquant n'est pas si terrifiant qu'elle le pensait. Après tout, nous sommes tous des humains. La communication et l'expression de nos sentiments à autrui arrangent bien des choses.

X

2-

Ouverture à la communauté passe par l'ouverture d'esprit de la communauté. Pardonner et accepter la dette envers la société, mais pas pour n'importe quel offense. Il y des gestes qui sont contre la société mais pas contre le genre humain. Ces gestes ne sont que des accidents de parcours. Les offenses contre le genre humain ou la personne sont à mon avis des gestes inpardonnables (ce qui ne justifie en rien le meurtre par l'état ou la peine capitale). La réinsertion est également un processus donnant donnant. La société pardonne, mais l'heureux élu doit également changer sa personnalité pour mieux rentrer dans le moule qui malheureusement peut être très contraignant. Ce moule c'est l'instruction, le civisme, le respect d'autrui, l'altruisme...

X






retour à livres d'or