..sixième discussion..

Prison et démocratie

Si vous voulez joindre votre opinion dans cette page vous n'avez qu'à cliquer et exprimer
anonymes@arobas.net

X X X

Les Souverains anonymes désirent connaître votre opinion sur le rapport entre prison et démocratie.
Quelle est la place de la prison dans la construction d'une démocratie..?

 

XXXXXXXXXX

1-

Bonjour
Merci de me donner l`occasion de réfléchir sur un sujet aussi important que celui-ci

«Quelle est la place de la prison dans la construction d`une démocratie?»
Votre question demande matière à réflexion. Du moins pour moi , qui ne m'étais jamais arrêtée sur ce point auparavant. Tout d'abord je me suis demandé pourquoi on octroyait pas le droit de vote aux détenus. La réponse venant quasi automatique lorsque l`on regarde la définition proprement dite du mot «prison» . Prenons pour acquis que la prison se veut un endroit de «chatiment» de «pénitence», d'où l`on retire aux résidents pénitentiaires , tous droits . Ceci , c'est la réalité présente. Maintenant voyons voir si elle a sa raison d`être. Socialement , l'on souhaite que tous individus reconnu coupable d`un crime quelconque, soit , comme le dit merveilleusement l'intro des Souverains Anonymes, à l`ombre. Là où, il/ elle sera punit. Je crois qu`à ce niveau , je ne soulève aucune polémique.

Cependant , personnellement , je crois que c`est précisement à cet endroit que se trouve le coeur du problème. On retire complètement de la société un individu , lui coupant toute liberté , personnelle et sociale ( démocratique) pour un temps déterminé selon «l'offense». Cette même personne fait «son temps» et après l'avoir traité comme un individu de sous-classe pendant x-temps, on demande à cette même personne de réintégré la société et de s'y soumettre. Voilà un drôle de discours à mon sens, qui se traduit par : punition=changement. Ce qui voudrait dire que le taux de récidive soit qua si inexistant, puisque l`on a punit .. Or, l'on sait tous très bien que ceci est loin d`être la réalité. Ne reste plus qu`a s`avouer en tant que société que notre volonté de départ est un échec. Chatiment ne sera jamais synonyme de changement.

Ce qui m`amène à dire que ce n`est pas que l'accès à la démocratie pour les résidents pénitenciaires qu'il faut revoir, mais tout le système carcérale en lui-même. Mais comment arriver à une telle chose , alors que la population , elle, s'y refuse. Et pourquoi elle s'y refuse? Par peur. Par peur d`autrui et aussi par peur de soi. Peur de s`avouer que nous sommes tous coupable à des niveaux différents , mais coupables quand même de quelque chose. Ne serait-ce que la culpabilité d'être indifférent à autrui, souffrant de nombrilisme !

Maintenant, le réel changement ne pourra se faire tant et aussi lontemps que l'opinion publique ne bougera pas. Et cela fait l'affaire de certains «bien pensant» , qui , comme vous le disiez si bien "Voyez-vous chers citoyens, vous êtes à l'écart du danger puisque les dangereux sont hors d'état de nuire". Et pour ceux qui seraient tenter par une réforme en profondeur du milieu carcérale , se traduirait par une baisse importante de popularité "politique". C`est un cercle vicieux. Les politiciens , ne veulent et ne peuvent réformer en profondeur , puisque la société elle, ne le veut pas.

La solution? Je n`en vois qu`une. Sensibilisé l`opinion publique. Abattre les foutus jugements qui font de nous des prisonniers de nous-mêmes... Que les autruches se sortent la tête du sable , ils verront mieux le monde !

Erika

XXXXXXXXXX

2- réponse:

Le droit de vote est accordé au Canada pour les détenus. Au provinciale, au fédérale mais pas au municipale. Allez savoir pourquoi. À deux reprises les Souverains ont demandé droit de vote au Maire de Montréal Jean Doré lors de renontres radiophoniques.
Ce n'est pas sur le Maire Pierre Bourque que les Souverains conteront pour leur accorder le droit de vote.

SA

XXXXXXXXXX

3-

Bonjour,
J'ai visité votre site. Il est remarquable, et si vous m'y autorisez, je le joindrais à la liste de sites que je propose à la curiosité de mes stagiaires puisque je suis formateur internet pour des médecins (et que des médecins). Mais même si mon domaine d'intervention est très limité, votre lieu d'expression mérite d'être connu de tout citoyen (et Vangelis en explique les raisons.

Pour ce qui est de "prison et démocratie", et de mon point de vue personnel:

- Peu importe le régime, démocratique ou autoritaire, la prison y a le même rôle à mes yeux.

- Ce rôle est double :
(1) retirer de la société des individus qui lui nuisent (et c'est cette notion de "nuisance" qui va varier qualitativement entre démocratie et dictature, la seconde considérant, par ex., l'opinion politique adverse comme une nuisance)
(2) servir d'exemple (repoussoir) à la majorité de la population qui nécessite d'être renforcée dans sa conviction (molle..) que suivre la rêgle du jeu sociale est la voie de moindre risque et de tranquillité. Combattre la tentation, ô combien humaine, de transgresser la rêgle collective pour un bénéfice personnel, en quelque sorte.

- commentaires :
* Ces deux rôles de la prison/mise à mort/exil/clinique psy (selon les lieux et les époques) sont immémoriaux et probablement nécessaires pour longtemps encore, en fait tant que vous et moi, nous tous, n'aurons pas atteint un niveau élevé ET spontané de responsabilité et de conscience sociale. Au même moment, les régimes politiques muteraient probablement vers l'anarchisme, et votre question serait résolue faute de combattants : plus de nécessité de démocratie, de dictatures, de prison..

Vous devinez que nous sommes ici en pleine utopie, au moins que notre génération a peu d'espoir de voir s'instaurer un tel état du monde.

* En attendant, la prison demeure. Et les débats autour de la réinsertion, du rôle "rééducatif" des peines, ont peu de poids (et donc peu de ressources consacrées par la collectivité) face aux deux rôles de base.

* Reste, dans tout cela, les individus. Si la culpabilité est une notion "technique" de justice et de police bien définie par des textes, la responsabilité première ne peut nous incomber, ni à vous pour la culpabilité que l'on vous a attribuée, ni à moi pour une "honnêteté" qui ne m'a peut-être pas demandé beaucoup d'effort de par mon histoire sans doute plus calme, plus chanceuse, que la(les) votre(s). Peut-être aux moments des choix, à chaque croisement de la vie, avons-nous pu exercer notre libre-arbitre, mais les options qui m'ont été proposées et celles qui vous ont été présentées étaient elles comparables ?

Bonne chance, bon courage à vous. Je suis heureux que vous m'ayez offert l'occasion de m'exprimer sur ce point devant vous, et j'espère ne vous avoir blessé en aucune façon. Si c'est le cas, ce n'est sincèrement pas mon intention.

Cordialement,
stéphane badach

XXXXXXXXXX

4-

Malheureusement, si l'on etait sûr que les detenus ne récidiveraient pas, on ne les détiendrais pas.
PS, j'en ai une autre = la prison ne fait peur qu'aux honnêtes gens ...
PPS, on enferme aussi les honnêtes gens, qui ne le restent pas longtemps quand on les emprisonnent...
PPPS; non, rien ... courage.

XXXXXXXXXX

5- réponse:

Réponse à Mang :
Allez, soyez plus généreux et expliquez-vous..
En quoi on empêche les détenus à ne pas récidiver..?
Si la prison ne fait peur qu'aux honnêtes gens, à qui elle ne fait pas peur..?
Au plaisir de lire votre réponse
MERCI.
SA

XXXXXXXXXX

5-

> En quoi on empêche les détenus à ne pas récidiver..?
J'ai lancé une boutade, relisez mieux, si on etait sur que la personne ne récidive pas, la prison serait pratiquement inutile et pourrait avantageusement etre remplacée par d'autres types de contraintes qui ne détruisent pas l'individu socialement ...

la prison endurci et se demythifie, je ne parle même pas des contacts pris sur place et puis ... il n'y a qu'a voir les stats ... un bapteme du feu en quelque sorte ...

Le systeme carceral est la pire des choses, elle ne sert réellement qu'a mettre a l'abri de la société des individus qui ne s'y integrent pas. pour le reste, elle est plus destructrice qu'autre chose : vous connaissez cette phrase : "puisqu'on me traite de fou, alors j'ai le droit d'agir comme un fou" suffit de remplacer le mot fou

> Si la prison ne fait peur qu'aux honnêtes gens, à qui elle ne fait pas peur..?
parcequ'on a peur QUE de ce que l'on peut perdre ! j'ai une famille, un boulot, une maison, j'ai plus a perdre que le sans abris qui n'a rien ! A l'inverse ... les situations precaires augmentent la delinquance, c'est tellement evident que je fais un pleonasme la et elle ne fait pas peur au gros et a l'important qui s'en sortira toujours, maintenant des politiques en tirent presque une gloire et en tout cas, leurs resultat electoraux est au plus haut, le mythe disparait, s'edulcore ...

mais j'ai bien conscience que je parle de ce que je ne connais pas

MAng

XXXXXXXXXX

6-

Moi je pense sincèrement que la prison est la preuve que ce qui dérange ou ce que l'on comprend pas on le met dans un coin pour de ne pas le voir.

Charmante société... qui aurait envie d'être citoyen..?
Je sais que l'on doit payer pour ce que l'on commet comme faute, certe mais est-ce que la société paye elle, pour ce qu'elle fabrique comme citoyen..?
Est-ce qu'elle fait un examen de conscience comme on l'exige de ces détenus..?
Est-ce qu'elle a vraiment envie que ceux qui dérangent deviennent d'honnête citoyens..? N'entend-on pas souvent que certains dirigeant maguouillent dans divers domaines..?
Est-ce que ces dirigeants sont perçu comme des vauriens..?

Moi je préfère faire du bien autour de moi plutôt que de juger. C'est vrai, c'est authentique et c'est...la vraie vie.

France
Octobre 2001

XXXXXXXXXX