Don de soi

La rivière suit son tracé
jusqu'à son affluent
Elle ne dort jamais
Elle traverse l'été, l'hiver
en défiant toute colère

Je vous aime toutes
saisons que vous êtes
J'admire votre blanc immaculé
Votre vert de liberté
Vos senteurs aphrodisiaques

J'étais un insoumis de la société
Maintenant, j'ai choisi le chemin de la santé
de la liberté

Dans la nature, il n'y a pas de mur
Il y a des rivières et des vents,
du froid,
du chaud
et le printemps qui me donne envie d'y croire

simplement pour y croire

Michel Casa (Mike l'indien)


 

retrour à litterature des Souverains | retour à création