Version complète du discours prononcé par Mohamed Lotfi
devant les invités du 10 ième anniversaire de Souverains anonymes: Artistes, détenus, hauts fonctionnaires des Services Correctionnels: Louise Pagé: Sous-Ministre associée à la Sécurité Publique. Roger Giroux: Directeur régional des Services Correctionnels / Montréal. Nicole Quénel: Administratrice de l'Etablissement de Détention de Montréal (Bordeaux et Tanguay). Arthur Fauteux: Président du Fonds Central au bénéfice des personnes incarcérées. Euclide Laliberté: Vice Président au Fonds local et central au bénéfice des personnes incarcérées et Serge Ménard, Ministre de la Sécurité Publique.

Vendredi 10 décembre 1999

(introduction sonore du Maître de cérémonie le Père Jean, 1 '36)

Monsieur Ménard,
Souverainiste déclaré
Bienvenue parmi
les Souverains anonymes

À votre dernière visite, au Souverains anonymes, Il y a cinq ans, pour l'inauguration de ce studio et d'une émission de télévision communautaire, je vous avais dis que dans mon pays d'origine lorsqu'on entrait en prison, ce n'était pas pour faire de la radio, et encore moins de la télé.. J'avais dis ça en souvenir de deux arrestations, dont j'avais fais l'objet, il y a de cela vingt deux ans. À une époque ou le régime monarchique avait ses méthodes pour soumettre le peuple. Tout ça est aujourd'hui révolu, heureusement. Le Roi est mort, vive le nouveau Roi qui essai tant bien que mal, de réparer les tords de son père. 46 mille détenus viennent d'être libérés par le nouveau Roi et une commission d'enquête vient d'être instaurée pour indemniser les familles des disparus et les arrestations arbitraires dont moi aussi un jour j'ai été victime.. Mais, je n'étais pas si victime que ça. Moi, je ne ferai aucune demande d'indemnisation au Souverain du Maroc pour avoir été arrêté deux fois sans aucune raison.

Et je vous explique pourquoi. Parce Il y a un rapport très amusant à connaître entre le Souverain du Maroc et les Souverains anonymes. Un rapport que j'aimerais vous raconter à l'occasion du 10 ième anniversaire de SA.

J'avais dix huit ans. j'étais étudiant au Conservatoire d'art dramatique de Rabat au Maroc. Je faisais du théâtre, de la danse et je finissais mon Bac. Un soir, j'apprends que les " Enfants terribles " de Cocteau passe au théâtre, et que Jean Marais en personne faisait partie de la distribution. Avant d'aller au théâtre, Moi et mon inséparable cousin nous sommes aller rendre visite chez Jean Marais à son hôtel. Deux heures inoubliables à parler de théâtre, de cinéma. Après avoir quitté Jean Marais, en chemin vers le théâtre, une voiture de police s'était arrêtée, deux policiers nous avaient gentiment embarqué avec la promesse de nous libérer juste à l'entrée du théâtre.

Nous nous sommes trouvés pendant 20 heures au sous sol d'un commissariat à vivre l'enfer.. Je ne vous raconte pas les détails à part que nous étions quelques deux cents hommes, des pauvres, des très pauvres que des pauvres, tous, dans un espace à peine aussi grand que cette salle. À cette époque, il suffisait d'avoir oublié de porter sa carte d'identité nationale après une certaine heure du soir pour se faire arrêter.. Donc, 20 heures plus tard, nous étions libérés à moitié vivants, à moitié morts, mais nous avons décidé quand même d'aller voir notre ami Jean Marais à son hôtel. Il était à l'entrée de l'hôtel avec ses valises.. " Alors, les enfants.. "
" Monsieur Marais, les enfants sont plus terribles que vous pensez .. ".
Nous lui avons raconté notre histoire. À notre surprise, Il a rit de nous. Notre histoire l'a amusé beaucoup. Juste avant de nous dire à Dieu, il nous avait lancé : " J'espère au moins que vous vous êtes amusé à jouer quelque chose pour vos codétenus, votre public.. "

Quelques jours plus tard, moi et mon cousin, nous nous trouvions de nouveau dans les rues du centre ville de Rabat, très tard le soir.. On cherchait désespérément cette voiture de police qu'on appelle la rafle.. Nous voulions nous faire rafler à tout prix. Jean Marais avait raison, nous avions manqué notre occasion de se faire valoir en tant que bons étudiants d'art dramatique.

Imaginez le succès que nous avions à jouer des Roméo, des Juliennes, des Macbeth, des Hamlet devant des hommes arrêtés arbitrairement " ................................................... " C'est beau Hamlet en arabe, ..!

C'est comme ça que j'ai vécu ma deuxième arrestation de 36 heures qui m'a fait vivre le bonheur de choisir moi-même ma prison. 20 ans plus tard, j'ai eu le bonheur d'entendre ici même dans cette salle un Souverain anonyme, Pierre Alain, chanter " la liberté " devant André Boisclair, alors, Ministre des relations avec les citoyens. Le refrain de cette chanson " La liberté c'est de choisir soi-même sa prison ".

 

*******************************

 

J'ai entendu bien d'autres phrases lourdes de sens et de poésie de la part des Souverains depuis ce 11 décembre 1989.

En dix ans de rencontres avec des hommes incarcérés, parler de la prison c'est devenu une passion. Une passion, mais aussi une préoccupation. Je suis entré à Bordeaux en tant qu'artiste qui voulait expérimenter des choses avec les détenus à partir d'une question " Qu'est-ce qu'un détenu peut dire devant un micro de radio..?".
Je suis devenu avec le temps un citoyen. Citoyen préoccupé. Citoyen privilégié. Privilégié parce que des hommes de passage en prison me confient leurs paroles. Pour certains, c'est tout ce qui leur reste. Une parole que j'essaie de rendre la plus responsable. Surprenante, étonnante et agréable à entendre. Une parole construite.

Il y a une différence entre un Souverain qui me dit, " je suis tanné de revenir en dedans " et un autre qui passe la nuit à écrire son premier poème dans sa cellule pour dire la même chose. Il y a un des deux dont la parole est plus responsable que l'autre..

Depuis 10 ans, je me fais plaisir à participer à la construction de cette parole avant de la livrer sur les ondes d'une radio.

Après dix ans de rencontres avec quelques 7000 détenus, de leurs témoignages et aussi beaucoup de leurs analyses, de ce regard extérieur qu'ils portent sur eux-mêmes à l'intérieur des murs. De cette parole dont je suis le premier auditeur, je me suis fait quand même une petite réflexion que je vous résume en quelques phrases :

Ce n'est pas en entretenant la pitié, l'indifférence ou la fascination à l'égard d'une personne incarcérée qu'on va baisser le taux de récidive en prison. Un citoyen ne se protège pas mieux en ayant une opinion confuse sur ce que devrait être une prison

Je sais qu'on s'apprête à mettre en vigueur une réforme correctionnelle attendue depuis quelques années. Je ne suis pas spécialiste de cette réforme, je ne m'avancerais pas trop sur son contenu. Je voudrais juste souligner un de ses aspects qui me concerne moi et d'autres travailleurs communautaires en prison.
Je veux parler de l'ouverture des personnes incarcérées à la communauté. Mon dernier projet pour les détenus de Bordeaux est un site web qui, j'espère participera à donner un sens à cette ouverture.

 

*******************************

 

Le site que je propose est une bouteille.. ou des bouteilles lancées dans la société.
Des bouteilles remplies (bourrées) de messages. Des messages de tous genres .

Je vous résume ce qu'un navigateur de Montréal, de Paris ou de Tambouctou peut retrouver dans ce site :

D'abord : Vous trouverez dans la liste de rencontres 10 ans de rencontres sous forme de quelques 4000 ou 5000 questions posées par les Souverains à leurs invités..

Créations des Souverains : Leur poésie, leur littérature, leurs dessins et j'espère qu'on pourrait voir bientôt des poteries que les détenus de Bordeaux créent dans le cadre de leur atelier d'art plastique avec ma collègue Danielle Parent.

Livre d'or : Les impressions et commentaires des invités des Souverains et ceux des visiteurs du site. Vous avez le choix entre tâter la brique ou tâter le nom..

Je vous laisserais découvrir le reste du site en détail:

La galerie des Souverains, 10 ans de rencontres, Littératures des Souverains, " Libre à vous ". Paroles et chansons de l'album des Souverains.
On retrouve également dans ce site la programmation des trois premières années de Souverains d'Orsainville que j'ai eu le plaisir de réaliser au Centre de détention de Québec avec Jacques Gagnon, Radio Basse-ville et CKRL.
Dan la page extraits sonores, il y a déjà quelques 20 heures d'émission et d'extraits d'émission des SA dont bien sûr l'émission de la semaine.
Dans la page ressource, il y a toutes sortes de ressources et de liens avec organismes et institutions qui concernent la prison.
Je souligne particulièrement, les écrits sur la prison, les écrits en prison et les textes de célèbres chansons qui ont un rapport avec la prison.
Bien sûr, il y a l'horaire de diffusion de SA dans les différentes radios communautaires du Québec. (l'avantage du site, c'est d'écouter l'émission qu'on a rater à la radio).
On retrouve également dans le site un long cahier de presse,
Philippe Côté artiste archiviste, s'est amusé d'archiver des coupures de journaux sur SA dans des belles cartes.
Quelques photos de haies d'honneur. Des lettres d'écoliers aux Souverains.

Dans le site il y a trois pages spécialement interactives:
1- Paroles en recherches de musique et de voix (ça c'est une vraie bouteille lancée à la mer, elle contient des paroles que n'importe quel chanteur compositeur peut acheter et en faire des chansons, des textes écrits derrières le mur proposé à des artistes de l'autre côté du mur).
2- Et après : Que deviendront-ils..?, Que sont-ils devenus..? :
Le premier est un Plan de sortie. Une bouteille lancée à la société. Elle contient des annonces de recherches d'emploi..
Le deuxième est une boite à lettre dans laquelle des ex-détenus et des souverains en particuliers donnent de leurs nouvelles..
Nicodème Camarda a été le premier à répondre. Je l'ai invité pour nous lire sa lettre " Souverain un jour, Souverain toujours ".
3- Quiz-contact que je considère comme la plus importante parce qu'elle permet à des personnes de la communauté, en toute convivialité de répondre à des questions avec des choix de réponses. Aussi pour tester leurs connaissances de l'émission SA, et surtout connaître les idées qu'ils font de ce que doit être une prison.
La question est la suivante.
" Si la réinsertion sociale des personnes incarcérées passe aussi par l'ouverture d'esprit de la communauté quelle définition faites-vous de cette ouverture..? "

Bref, on peut retrouver dans ce site plus que n'importe quel journaliste peut dire ou écrire sur Souverains anonymes.

C'est ça la magie de L'internet. Brûler les intermédiaires entre le consommateur et l'information.. bref, je pourrais parler longtemps de cette relation problématique entre prison et médias. Mais parce que ça ne servira à rien, alors, je ne dis rien...

 

*******************************

 

Beaucoup ont collaboré à rendre possible le site des Souverains. Je tiens à les nommer en les remerciant sincèrement. Jean-Robert Bisaillon, m'a conseillé. Claude Grégoire a été mon maître pour apprendre à fabriquer une page web html en plusieurs longues séances avec beaucoup d'humour et de plaisir en prime.
Trois ex-détenus qui ne tiennent pas à être nommés m'ont donné des conseils très judicieux.
Ce site ne serait pas disponible aujourd'hui, si je n'avais pas eu le secours de mon ami Bruno-Serge, actionnaire d'une compagnie serveur web. Arobas.net c'est le nom de la compagnie qui héberge gratuitement et sans aucun échange de service le site des souverains anonymes. Un geste de générosité et de solidarité absolue. Bruno-Serge Boucher, Normand Charpentier et Richard Northrop les trois propriétaires du groupe AROBAS.NET. Je vous demande SVP de les applaudir..

Merci aux 13 radios communautaires du Québec qui diffusent SA.
Merci à CIBL et Pierre-Alain Côte-Noir pour la collaboration particulière à ce site.

Merci aux ministres et aux ministères qui ont financé les projets de Souverains anonymes.
Le Site des Souverains par exemple a été financé par Monsieur Serge Ménard, Les Services correctionnels du Québec, Merci à Arthur Fauteux le premier à dire oui au projet du site et Merci à Pierre Couture pour son ouverture d'esprit.

Merci à André Boisclair Ministre de la solidarité sociale, à Agnès Maltais Ministre de la Culture, et MERCI également au ministère Patrimoine Canada. (il faut reconnaître qu'à Patrimoine Canada, il y des personnes à qui le mot Souverain ne fait pas peur) Merci les politiciens.

Merci à un jeune homme de 16 ans qui a assumé une grande partie du travail sur le site des Souverains. Il n'a pas l'âge légal pour entrer en prison. Il sera heureux de savoir qu'il a été applaudis pour son excellent travail. Il s'appelle Kattam et c'est mon fils.

 

*******************************

 

Je ne voudrais pas terminer avant de souligner des noms de personnes qui de près ou de loin ont fait de Souverains anonymes ce qu'il est aujourd'hui.
Arthur Fauteux, Jacques Hébert, Lionel Lambert, Réjean Drainville, Nicole Bergeron, Christiane Pleau, Claude-Nil Claveau, un Merci particulier à Michel Boivert et Jean-Marie Gélinas. Merci à Jacques Fraser, ce studio mérite de porter son nom, c'est lui qui l'a construit avec mon amiMarc Provencher l'indispensable homme de son des radios communautaires.
Merci à Louise Harel qui a financé notre studio il y a 5 ans avec la collaboration et la bénédiction de Monsieur Ménard.
Euclide Laliberté, un homme extraordinaire vice-président du Fonds des détenus de Bordeaux et du Fonds Central au bénéfice des personnes incarcérées. Ne posez-vous pas la question: "porte t-il bien son nom..?" Merci à tous les membres du Conseil du Fonds des détenus de l'EDM.

Un Merci particulier pour un homme que j'admire et qui a été le fondateur de Souverains d'Orsainville au Centre de Détention de Québec. (Si je ne me trompe pas SO a cinq ans, et j'ai eu le plaisir de la réaliser pendant trois ans, aujourd'hui c'est Claude Légaré qui prend la relève pour radio CKRL). Merci à Jacques Gagnon.

Merci à mes amis de l'émission Macadam Tribus de Radio Canada. Merci particulièrement à Michel Mongeau qui, depuis 10 ans, n'a jamais hésité de donner son appui à mes différents projets. Avec "Gens de la radio", Michel a surpris la communauté radiophonique en accordant le prix de la réalisation de l'année à Souverains anonymes alors qu'elle n'avait pas encore un an.

L'album de chansons Libre à vous, est une étape importante dans la petite histoire des Souverains anonymes. Je tiens à remercier tous les artistes et les Souverains qui l'ont rendu possible. Je pense particulièrement à Claire Pelletier, Pierre Duchesne et Richard Seguin.

J'ai certainement oublié des gens à remercier mais je ne voudrais surtout pas oublier Le capteur de parole des Souverains, preneur de son de grande qualité, et j'ai nommé mon ami et celui des Souverains Stève Roy.

Je voudrais remercier aussi un souverain qui est devenu avec le temps plus qu'un participant à l'émission mais aussi notre homme à tout faire, maître de cérémonie, homme de ménage, un poète dont j'admire l'évolution mais surtout un gars qui nous fait rire, un spirituel, un vrai, et j'ai nommé Luc Markov.
Je pense à l'instant à notre ami le doyen des Souverains anonymes, (qui aimait dire qu'il n'était pas anonyme) le poète de Bordeaux, qui nous a quitté il y a quelques semaines : Jean-Pierre Lizotte.
Je pense également à Mohamed Jean Wilder, mort suite à sa déportation en Haïti. (il fait partie de ces quelques québécois d'origine haïtienne, pour qui être déporté en Haïti est une condamnation à mort. Pas de minute de silence en leurs mémoires. Il y a déjà Trop de silence sur eux).

Si vous avez aimé le site des Souverains, alors applaudissez les deux jeunes qui ont fait la conception artistique de ce site web, le quiz contact, le mur à tâter et le petit web-clip de l'introdution. Retenez leurs noms et surtout le nom de leur compagnie Alogia Communications et j'ai nommé Stéphane Funaro et Martin Paquette..

Je pense à mes collègues qui, à l'instant même animent auprès des détenus de "Bordeaux" leurs activités, socioculturelles, musicales, d'art plastique, scolaires, pastorales et professionnelles. Je pense à ma collègue Danielle Parent qui donne son atelier de poterie et d'art plastique depuis presque 15 ans. Louise Greffard, qui donne un atelier de relaxation depuis 10 ans. À "Bordeaux", il n'y a pas que Souverains anonymes comme programme communautaire. Qu'on se le rappelle.

Merci à nos artistes invités aujourd'hui, dont Marie Philippe, Lilison Dikinara et Sélim Bichara d'avoir agrémenté cette fête par leurs paroles et musiques.

Ma grande reconnaissance va pour le Père Jean, qui a accepté pour la deuxième fois d'être notre Maître de cérémonie. Le Père Jean a déjà été déclaré Pape de Bordeaux par les Souverains. Le Père Jean et sept autres prêtres, invités des Souverains ont déjà béni le studio des Souverains anonymes. Des moments mémorables. Le Père Jean, un homme dont j'admire l'humour et la force de compassion. Merci mon Père d'être ce que tu es.

Depuis 10 ans, 7000 hommes sont venus faire un tour à Souverains anonymes. J'ai pour eux une pensée et une émotion particulière.. Des Souverains. Des amis. Qui m'ont apporté plus que tout ce qu'on peut imaginer. Je les en remercie.
Je répète,
Le Site des Souverains est une grosse bouteilles jetée à la mer.. à la société.
Le hasard, la chance et certaines bonnes volontés feront la suite..

Je ne remercierai jamais assez la toute première personne de l'EDM qui, il y a dix ans, elle m'a dit au téléphone, après avoir parlé longtemps de mon projet de radio en prison, "Quand à moi Mohamed, je suis vendue à ton projet, il reste à convaincre les autres..". Elle est aujourd'hui, administratrice de l'Etablissement de Détention de Montréal. C'est avec plaisir et reconnaissance que je lui cède la parole. Madame Nicole Quénel.

 

Discours de Nicole Quénel (6 '03)
Discours du Ministre Serge Ménard présenté par le Père Jean (10 '18)

 







retour à accueil