Immobile

Tu vois dehors, le vent
Je vois dedans, le temps

Tu vis dehors, le vie
Je vis dedans l'ennui.

Le vent s'en va
Le temps s'arrête
La vie continue
L'ennui reste.

Je suis immobile
Au temps qui reste
une fois mobile
Oublié ou presque.

Les murs si durs, dehors,
Sont immobiles en dedans
Si meurt le vent
je pleure l'ennui

Ce leurre du temps
Au milieu de ma vie.

Yves Montminy


 

retrour à litteratures des souverains | retour à création