..où es tu paix..?

Jour du souvenir (le monument)

Il n'y a rien à comprendre
Rien!
Que l'apologie de la guerre
qui s'érige au fil du temps
encore plein de l'horreur
des champs d'honneur
donneurs de vie ou de morts

Il n'y a rien à redire
Rien!
Entre parler et se taire; le monument hésite
Pierre angulaire
encore pleine du revers
de la médaille d'honneur
preneuse de coeur et d'entrailles
Pierre de taille et de liberté
que bien peu ont saisit
de leur vivant

Du reste
il n'y a rien à saisir
Rien !

Au jour du souvenir
C'est toujours la guerre
Guerre à perte de temps
d'espoir et d'enfants
Guerre à perte de vie
de mémoire et d'esprit

Et pendant que l'on se pars de bravoure
au son de la trompette et du tambour
l'œil de l'ancien monument
roule ses larmes et ses pleurs
ses âmes et ses fleurs

Salves d'honneur à réveiller les morts
les compagnons à jamais alignés
peloton de stèles et d'épitaphes

à fusiller l'amer
le ciel et la terre
et les dieux de la guerre

Aime le Souverain
Nicodème Camarda
08 janvier 2003


retrour à litteratures des souverains | retour à création