6741 Prisons

Prison, à trois-Rivières   Prison, à Trois-Rivières

Construite de 1816 à 1819, cette prison a été réalisée d'après les plans de l'architecte François Baillairgé, à qui l'on doit également la prison de Québec (1808-1811). L'édifice, de style palladien, témoigne de l'influence de l'architecture classique anglaise du XVIIIe siècle. Jusqu'à sa récente désaffectation, la prison de Trois-Rivières était le plus ancien établissement carcéral utilisé à cette fin au Québec et au Canada.

Archives nationales du Québec, fonds du ministère des Communications, no 87-716 B5.



Synthèse

1. Définition

Prison : établissement clos aménagé pour recevoir les personnes condamnées à une peine privative de liberté, ou les prévenus en attente de jugement.

Les prisons communes autonomes sont de deux modèles, issus des systèmes carcéraux élaborés aux États-Unis au début du XIXe siècle :

Le système d'Auburn préconise l'isolement intermittent par l'aménagement de cellules individuelles et d'aires communes de travail. Les cellules, dites intérieures, sont disposées sur deux rangs, adossées l'une à l'autre, formant un îlot central isolé des murs extérieurs par des couloirs.

Le système de Pennsylvanie favorise l'isolement continu par l'aménagement de cellules où logent et travaillent les détenus. Les cellules, dites extérieures, sont alignées de part et d'autre de longs couloirs qui aboutissent à un dégagement central de forme circulaire.

La majorité des établissements s'inspirent du système d'Auburn. Ce sont généralement des bâtiments de deux à quatre étages comportant trois sections : un corps central, qui forme saillie en façade et où logent les bureaux de l'administration et les différents services aux détenus; et deux ailes où sont situés les cellules et les ateliers. Autrefois, ces prisons accueillaient tant les hommes que les femmes. Un haut mur ceinture l'établissement, laissant toutefois place pour une cour à l'arrière.

Les prisons communes jumelées à un palais de justice comptent généralement une douzaine de cellules de type Auburn.

Jusqu'au début du XIXe siècle, les prisons sont des bâtiments mal adaptés au régime pénitentiaire. Entre 1810 et 1820, François Baillairgé s'inspire des travaux de l'humaniste John Howard pour construire les prisons de Québec et de Trois-Rivières, comme le fera George Blaiklock à Montréal vers 1835. Deux autres prisons seront construites au XIXe siècle : celle de Sherbrooke et la nouvelle prison de Québec. La prison de Bordeaux de Montréal, construite au début du XXe siècle, adopte le plan de Pennsylvanie.

2. Nombre de structures

Le Québec comptait 28 prisons, un pénitencier, 4 écoles de réforme et 6 écoles d'industrie en 1915, et 30 prisons et pénitenciers en 1938.

Trois biens sont actuellement protégés par un statut en vertu de la Loi sur les biens culturels : deux sont des monuments historiques classés, l'autre est un site historique classé. Un bien possède un statut accordé par le gouvernement fédéral.

3. Connaissance et diffusion

Huit études ponctuelles ont été réalisées par le Ministère, dont une concerne deux régions administratives. On dénombre également deux ouvrages divers sur le sujet. Le Ministère a de plus produit une publication sur le sujet.

Trois bâtiments font présentement l'objet d'une mise en valeur.

Michel Jobin, 1991


© Gouvernement du Québec, 1999


retour à écrits sur la prison