LE MONDE DIPLOMATIQUE - JUIN 1997 - Page 6



Lettre d'un détenu palestinien


Dans un rapport publié en avril dernier, Amnesty International dénonce les « détentions administratives » dans les territoires occupés par Israël. Ces mesures, qui consistent à emprisonner une personne sans inculpation ni jugement pour une durée de six mois, sont en effet fréquemment renouvelées avant l'expiration de la peine. Imad F. Sabi, prisonnier palestinien détenu arbitrairement depuis décembre 1995, a écrit au Monde diplomatique de la prison de Meggido, en Israël.
Mon avocate, Me Tamar Pelleg-Sryck, m'a appris qu'elle se rendait en France pour trois semaines. Et comme à chaque fois qu'elle part à l'étranger, elle m'a dit : « Est-ce que je peux vous ramener quelque chose ? » Alors je lui ai demandé un livre en français - Ya Basta ! du sous-commandant Marcos - et des cassettes vidéo. Mais surtout, je voulais qu'elle vous remette cette lettre, et si possible qu'elle vous la remette en main propre.

C'est la seconde fois que je vous écris pour vous demander de publier un article sur les 250 détenus administratifs palestiniens - des prisonniers politiques détenus arbitrairement, sans même avoir été jugés (...). Je trouvais alors quelque réconfort dans les mots du poète W. B.Yeats, persuadé que nos tentatives d'attirer l'attention sur notre cause resteraient aussi vaines que « la lutte de la mouche dans la marmelade ». Me revenait également en mémoire une phrase : « Crie aussi fort que tu veux, personne ne t'entendra », extraite d'un article sur le Comité vérité et réconciliation en Afrique du Sud, publié par Le Monde diplomatique en juillet 1996. C'était ce que disaient à leurs victimes les tortionnaires des forces de sécurité de l'apartheid.

En avril dernier, Gideon Löwy, journaliste israélien du journal Haaretz, avec qui j'entretiens une correspondance et qui a déjà publié une de mes lettres dans Haaretz Magazine, a obtenu l'autorisation de me rendre visite. Il m'a apporté un livre - Les Mémoires d'Hadrien, de Marguerite Yourcenar - et l'édition du mois de janvier 1997 du Monde diplomatique en arabe. Un certain nombre d'articles étaient consacrés à la vie dans les territoires occupés à la suite des accords d'Oslo, parmi lesquels un long reportage de Christian de Brie sur Naplouse.

C'est justement pour avoir critiqué les accords d'Oslo que nous, détenus administratifs, sommes emprisonnés. Reprenant la loi sud-africaine des quatre-vingt-dix jours de détention d'urgence, on nous a placés en détention administrative. Mais celle-ci ressemble fort à une détention à perpétuité, notre ordre de détention - habituellement de six mois - étant régulièrement renouvelé.

Ainsi, le 19 mars dernier, tandis que l'attention était rivée sur le mont Abou-Ghneim (Har-Homa pour les Israéliens), la prison administrative de Meggido - où nous sommes enfermés - nous délivrait une nouvelle série de prolongations de peines. Nos protestations ont rapidement tourné à l'émeute, faisant 9 prisonniers et 4 soldats israéliens blessés (selon la version officielle des événements).

Aujourd'hui, 1er avril, j'ai été informé par un avocat que ma peine avait été prorogée de six mois, ce qui la portera à vingt-deux mois. D'autres ici sont détenus depuis trente, trente-trois et cinquante-deux mois - près de 30 détenus administratifs sont emprisonnés depuis plus de deux ans.

B'Tselem, l'organisation israélienne des droits de l'homme, a publié au mois d'avril dernier un rapport sur les détenus administratifs palestiniens, tout comme Amnesty International, qui nous a enfin reconnus « prisonniers d'opinion ». Ces organisations demandent « un procès équitable ou une libération immédiate », c'est aussi ce que nous demandons.

Pendant plus d'un an, tous les jours, j'ai écrit à ma fille Deena, âgée aujourd'hui de vingt-deux mois. Je vous envoie la lettre no 242, qui décrit - je pense - certains aspects de notre détention (...).

[Israël]   [Palestine]   [Conflit israélo-arabe]   [Torture]   [Droits de l'Homme]  

LE MONDE DIPLOMATIQUE - JUIN 1997 - Page 6
http://www.monde-diplomatique.fr/1997/06/A/8753.html


TOUS DROITS RÉSERVÉS © 1999 Le Monde diplomatique.


retour à écrits en prison