Prison Alphabétique



 

Cette contrainte est basée sur la contrainte du prisonnier de l'Oulipo. [Un prisonnier n'a qu'un tout petit bout de papier sur lequel écrire un message. Il n'utilise donc que les lettres qui ne dépassent pas la ligne (par exemple, a c e i m ...)]. Celle-là est donc une variation sur l'originale, mais prend comme base l'idée de message contraint. Dans un prison alphabétique qui contient 26 cellules (de A à Z), chaque prisonnier est classé selon son crime dont le nom correspond à la cellule. Dans cet exercice, les prisonniers sont décrits allitérativement.

The following text is a simple alliterative exercise influenced by the legendary Oulipian prisoner constraint. [A prisoner has only a small piece of paper on which to write a message, so chooses only those letters without heads or tails (for example, a c e i m ...)]. In this alphabetical prison, prisoners are kept in cells, the names of which correspond to the crimes committed. The prisoners are here described alliteratively.

 

Cellule A
abyssinien antipapiste, atteint d'apathie, attend l'absolution d'un ancien assassinat.

Cellule B
badaud baveux au bagne, ayant bobo après une bagarre, bafouille, puis bâille.

Cellule C
cantatrice chauve caché clandestinement chuchote chants choisis chaque Carême, carrément cataclysmique.

Cellule E
embusqué éméché emberlificoté dans une émeute effrayante.
empileur éventreur empoigné en Evry d'avoir éveillé l'évêque exaspéré.

Cellule J
jumeaux jouflus jugés judiciairement juveniles jacassant à jamais.

Cellule K
kiosquier kleptomane cache un kaléidoscope klaxonnant sous un kangourou quand les keufs le confrontent.

 

Bien que cet exercice ne soit pas difficile, il peut se compliquer, soit avec l'emploi des phonèmes (au lieu de l'alphabet) ou bien avec une adhérence stricte à la contrainte (tout mot commençant par la même lettre ou le même phonème).

Despite the relative simplicity of this constraint, it can be made slightly more difficult with the use of phonemes instead of letters or with a strict use of the constraint in which every word must start with the target letter or phoneme.