La vie et la mer

J'ai vogué en travers la vie,
sans jamais me faire trop de souci
Travailleur honnête, prêt au boulot
J'ai sûrement rêvé un peu trop
Comme un petit matelot
J'ai voulu un gros bâteau

Me voyant soudain capitaine
Au commande de magnifique paquebot
Fort de ma petite expérience
J'était convaicu de ma magnifcience
Rapidement jai dû me mettre à l'évidence..!
Mais toutes ces splendeurs me rendaient en tance
Je n'avais pas le pied marin et je me demandais pourquoi..?
Les mers, les oceans, ce n'était pas pour moi

L'avidité prit le dessus
Toute ma fièrté en fut déchut
Lorsque je pris le large, personne ne le cru.

Puis un beau jour de pleine été
Sans crier gare, le vent s'est levé
Avec vigueur la mer s'est déchainé
La tempête alors fit rage
De babord, de tribord point de rivage
Tentant de me submerger le desespoir me rappelle mon âge

38 ans, c'est bien joli
Mais un peu tôt pour finir une vie
Je cherchais, grattais, forçais mes yeux avec envie
Alors, au loin, une petite lueure, je vis

Sans mot dire, les Souverains m'accueillit
Ils m'acceptait sans compromis
Une petite voix alors me dit
Ouvre ton coeur, t'as un ami

Bien étourdit dans mon tourment
Ravi d'être ébloui c'était épatant
Ont m'offrit la lecture d'un bon roman
Je m'y plongeais avec ravissement

Alors, jaillit en moi un phare géant
Le courage me gonfle maintenant
Le rivage, je retrouve avidement

Fini les regrets, les appitoiements
Je vous le dis, non.. j'en fais le serment.

Aujourd'hui! Que je me suis dis
Quelque chose de bon tu feras de ta vie
De toutes mes forces, j'enfonce mon avion malgré les avaries
Jusqu'au jour ou je pourrais dire, j'ai réussi..

Merci, Mohamed, Malika, les Souverains..

Gilbert Bohimier

 


retrour à litterature des Souverains | retour à création