Le temps...

Le temps m'a oublié
Qui m'a mis là hier,
Objet de tant d'émois
De tant de forfaiture,
De mensonges éhonté
De la magistrature.

Le temps m'a oublié
Qui m'a enfermé là
Objet de tant d'horreurs,
De tant de pourritures
À ne pas regarder
Par la magistrature.

Le temps m'a oublié
Du temps que j'étais là
Plus d'objet, plus d'émoi
Peine, profonde usure,
L'amour de ma vie, évadé !
Vindicte magistrature…

MLF

 


retrour à litterature des Souverains | retour à création