Maman

Je t'aime pareil maman
Même si tu m'as délaissé enfant
Je ne garde aucune rancune
Je sais que tu as spporté ton enclume

Mon père aussi m'a abandonné
Il était trop pris; alcoolisé
Je vous ai pardonné à tous les deux
Mais, s'il te plait éfface les larmes de mes yeux

Abandonné et délaissé, j'ai abouti en prison
Je sais, j'ai de nombreuses raisons
Mais avoir été aimé par TOI
J'aurais appris à m'aimer MOI

Mais, on m'a montré à haïr et à détester
Ce n'est pas un blâme et personne ne veut blâmer
J'ai souvent été sermonné
Alors, j'ai su, comment nébuliser

J'ai encore pour toi de l'admiration
En dépit de mon institutionnalisation
Mais parfois, je suis en manque de toi
Alors, je ne contrôle plus mes lamentations

J'ai conclu à la violence
C'est le summum de la démence
Montre-moi à connaître la clémence
C'est là, ma délivrance

Je t'aimais pareil maman
Même si tu m'as délaissé enfant.
Je ne garde aucune rancune
Je sais que tu as supporté ton enclume

Jean-Pierre Lizotte


 

retrour à litterature des Souverains | retour à création