..où es tu jeune femme..?

Miroire de Bord

Cliquez et écoutez 4.37'
Musique de fond: Marie Philippe

Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
Miroirs de bord du grand vaisseau
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau
qui fauchent les flots de la pensée.

Fenêtres hélées, électrifiées,
qui se demandent la liberté.
Fenêtres songeuses
où le rêve s’embue, s'englue.
Fenêtres désincarnées, mises a nue,
qui se réincarnent dans les rues.

Fenêtres d'actualités.
Fenêtres hantées, entérinées,
des territoires occupés,
des territoires enterrés
emmurés,vivants.

Fenêtres du couchant
qui rêvent d’or et d’Orient.
Fenêtres alignées, folles à lier,
qui violent la chartes de l'humanité.

Fenêtres verouillées, oxydées, occidentalisées,
qui taisent l’horreur et baisent le sentier, la destiné.
Fenêtres des charniers dans la conscience des voluptés,
la conscience des civilités, des civilisées.

Fenêtres en fleurs, fenêtres d’ailleurs,
qui volent, qui planent, qui meurent,
qui rêvent, qui crèvent, qui pleurent.

Fenêtres qui aiment, qui peinent
Fenêtres d'ébène, africaines!
Fenêtres qui prient et qui paient le prix,
le prix qui chante, qui danse, qui pleure,
qui rie, qui saute, qui meure...

Fenêtres éteintes et allumées
qui partent en poussières.
Fenêtres de la planète Terre
qui ne supporte plus ces guerres.
Fenêtres millénaires de la face cachée,
mitraillé, canonné, pilonné, lunaire!
Fenêtres du grand cimetière
qui nous fait face, qui nous efface.

Fenêtres tournés vers le ciel
qui se disent entre ailes:Éternel!
Fenêtres pétrifiées dans l’étreintes des aciers,
crucifiées dans l’empreinte des cités,
des cités à comparaître et disparaître...

Fenêtres des cécités, fenêtres aveugles,
coagulées, rouges mattes!
Fenêtres du stigma de l’échec et mat.
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde de Kyoto
du vertige planétaire, des effets de serre
des effets de zones, des effets d’ozones
où s’endort l’univers de nos chromosomes.

Fenêtres des enjeux, des envers
climatiques, nucléaires
Fenêtres médiatiques,
de la réaction en chaîne
de la masse critique.

Fenêtres du mur lamentions
et du murmure dégénération!
fenêtres d’hommes
de la bête de somme,
de la bête en l’homme
de la bêtise en somme...

Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde
qui s’impose, qui explose.

Fenêtres du matin, du mâtin magicien, du matin souverain.
Fenêtres anonymes qui s’arrangent, qui s’animent.
Fenêtres étranges qui se redessinent.
Fenêtres d'ailleurs et d’ici
qui se réinventent une poésie
ce monde meilleur où rien ne se perd
pas même une goutte de lumière et d’esprit.
Fenêtres de bord, fenêtres d’eau,
lumière du monde sur le monde..

.. de Bordeaux

Aime le Souverain
Nicodème Camarda
04 mars 2007


retrour à litteratures des souverains | retour à création