.. encore et toujours à cette même jeune femme extraordinaire qui pleure en silence

Monastères

Pas un bruit, pas un son
que le temps, que le vent
Pas une âme, pas une flamme
que le vent, que le temps

Pas un bruit, pas un son
que l'espoir et l'horizon
Pas un bruit, pas un son
qu'une prière en ton nom

Pas un son, pas un bruit
qu'une lumière et la nuit
Pas un son, pas un cri
qu'un sentiment qui fuit
comme l'amour et la vie
Monastères et oublies


AIME, le Souverain
(Nicodème Camarda)

Mardi, 11 septembre 2000


retrour à litteratures des souverains | retour à création