..où es tu jeune femme..?

Le « Monde » a Changé ?

Zone d’ombres

Si on vous réveillait un jour et que l’on vous disait, « le monde a changé! », quelle serait votre réaction ? Probablement d’en rire, ou alors, d’en pleurer. Mais au-delà de « l’émotion » que resterait-il ; Le monde tel qu’il est me direz-vous, c’est à dire, un monde qui évolue. Sauf que depuis le 11 septembre 2001, cette déclaration prend un tournant radical ; Question « sécurité » nous dit-on... En fait, l'assertion va tellement loin – dans le sens inverse d’une quelconque amélioration ou pacification du monde – qu’elle frappe encore de plein fouet mon imagination. Et chaque fois que j’essai de comprendre en quoi ce « monde » a bien pu changer, je m’écroule comme ensevelis sous un épais nuage d’obscurités. À force de chercher la lumière, de me débattre avec des tonnes de débris, j’en ressors marqué. Une zone d’ombres envahit mon esprit : « le monde » à changé ?

Après une telle allégation, difficile de revenir à soi ! C’est comme si l’on foulait le sol d’un autre monde : un monde hostile, retrancher sur lui-même et qui n’a que faire des regards qu’on lui porte. Bien sur je parle ici des 10 pour cent du « monde » qui contrôle les 90 autres pour cent. Porte-parole d’une élite lointaine « le monde a changé! » insiste Washington. Et on y croit! Parce qu’à la Maison Blanche on ne lésine pas là-dessus : on y met le paquet.

CNN ouvre une boîte de pandore pour concurrencer Al-Jazira sur son propre terrain. On se sert du média d’information comme d’un cheval de Troie. On fait dans la logique « Swatt Team » 1-2-3 et on défonce! L’Amérique « innocente et permissive » pénètre, bouscule, saccage les lieux même de l’intimité; La voici au cœur du monde musulman prêchant du haut de ses talons aiguilles sa nudité. En directe ou en différer, en anglais ou en arabe, qu’importe!, ce sera toujours la même putain de « mauvaise nouvelle » : « “Le monde” a changé – nous avons été attaquée – quelqu’un ou que quelque chose doit payer – et pourquoi pas vous “chers auditeurs”, “cher reste du monde !”, “cher axe du mal ” » Amen ou plutôt Yémen...

Quoi de neuf Docteur !

« Le monde » a changé! Moi je veux bien ! Mais lequel ? Celui des anges et des esprits peut-être ! Pas besoin d’être « Zarathoustra » pour savoir que si le ciel nous est tombé sur la tête ce jour-là c’est que nos « anges et nos esprits » se sont surtout avisés de dominer le ciel et l’espace des autres. Le ciel, l’espace et le temps d’antenne. Trois choses que nous aimons bien nous approprier au nom de la justice et de la liberté : question de mieux « mettre en cage » « les volatiles » qui voudraient en faire autant. Aussi, quand nous affirmons sur toutes les chaînes télés de l’univers que « le monde a changé » la plus belle partie du «spectacle» nous échappe. Mais de quel « monde » parle-t-on au juste? En quoi celui-ci a-t-il changé? Et surtout, pour qui ?

D’après certains « experts » américains le « monde libre » tel que nous l’entendions n’existerait plus! Il serait chose du passé. Mais là encore je me dis, quoi de neuf docteur ! Si le « monde » tel que je l’entends n’existe plus dites-moi alors quel est celui où je me trouve? ; Aussi, j’ai beau le retourner dans tous les sens, rien n’y fait! C’est toujours le même sens et le même « monde ». À croire que le diable est né en eau bénite!

Ey! Ma gang de malade!

« Le monde» a changé, qu’est ce à dire au juste? Moins de liberté? Moins de justice? Moins de démocratie? Moins d’opportunités? Moins de tout ce qui a fait du monde libre ce qu’il est? Evidemment ça fait rire et pleurer! Rire parce que, un pas en arrière, ce n’est pas un pas en avant. Et pleurer parce qu’il y a des innocents qui meurent en ce moment à cause de cela. Car c’est bien de cela qu’il s’agit! Une façon détourné de nous dire : « parce que des innocents sont morts d’autres vont mourir ». La pilule est de taille, et, elle n’a rien d’un adjuvant. Un météore annonçant la fin du monde eut fait l’affaire. Admettons que le « sapin » sortit du chapeau de l’oncle SAM est plutôt décevant et comme dirait la chanson : « Ey! Ma gang de malade! Vous êtes don où? ». Hé Oui! Le « monde » change ! Quoi de neuf Docteur!

Au Président des 10 %

Cher Prédisant de la guerre des étoiles je sais, par intuition, que vous accordez beaucoup d’importance à une certaine loi du retour. Néanmoins, j’espère que vos opposants auront l’intelligence de vous l’expliquer en détails aux prochaines élections en vous bottant le cul. Dans l’espoir que votre crucifixion vous ressuscitera au pays des bretzels. Quant au prochain président, Dieu est son âme s’il m’entend, la tâche qui lui incombera sera titanesque ! Aura-t-il assez de « sagesse » pour faire disparaître à jamais les bévues qui vous sont imputables? Aura-t-il la « grâce » nécessaire pour changer « le vin en eau», c’est à dire « tempérer » le phénomène antiaméricain ? Donnera-t-il l’exemple en abandonnant le plus « constructif » de vos projets : la militarisation de l’espace?

Les champignons

Parfois monsieur le Précédent, quand je pense à votre « monde », celui que vous êtes en train de nous cuisiner, je suis porté à croire que vous avez un faible pour les champignons ; Paraît-il que ceux qui poussent dans votre cour sont fameux ! Les Japonais de Nagasaki et D’Hiroshima n’en disent que du bien. Étrangement votre dégoût pour ceux que l’on cultive à l’étranger ne m’étonne pas ! Pourquoi n’en suis-je pas étonné ? Malheureusement pour moi et tous ceux qui ne les apprécient guère, il semblerait que depuis que vous êtes au pouvoir ceux-ci gagnent en popularité.

En parlant de champignons, je connais un peuple dont les habitants ont bâtit - tout comme vous - leurs sécurité à partir de ceux-ci : les Schtroumpfs. Curieusement votre vision du monde et les décisions de votre administration m’y font penser ; À la différence que les champignons des Schtroumpfs n’ont jamais tué ou empoisonné qui que se soit !

Toc! Toc! Toc!

Ainsi Monsieur le Prédisant, le 11 septembre 2001, l’homme « invisible » et « indicible » s’est avisé de frapper à votre porte pour vous sommer de changer. Un être que l’on peut dépeindre de deux façons : soit comme un courrier de malheur, « l’incarnation du mal », soit comme un portefaix des 90 pour cent du reste du monde, « la réincarnation du bien ». Libre à vous de choisir la description qui vous convient le mieux! Pour ma part je préfère m’en tenir aux choses terrestres.

Ainsi donc un de vos locataire s’est avisé de cogner à la porte de vos Tours de façon horrible et ignoble ; Probablement pour vous dire que quelque chose n’allait pas : la plomberie est défectueuse, les appartements du dessous sont inondés, bref, on crève en bas... Et quelle a été votre réponse? De répondre à cet étourdit au moyen du seul langage qu’il comprenait et qui vous convenait: la violence ! Sauf que la plomberie coule toujours, les étages du dessous sont dans la merde et qu’on y crève comme jamais ? Résultat ? Le locataire se terre pendant que les innocents font les frais de sa violence : la votre incluse. Et voilà ce que plusieurs millénaires d’évolution vous ont apprit : la violence qui mène à l’ignominie. Une façon assez originale de ranimer le spectre du sentiment antiaméricain à travers le monde et d’enfoncer encore plus profondément le clou de votre propre tombeau.

Et après cela vous osez nous dire - comme s’il n’y avait rien à redire - que « le monde » a changé! Mais pourquoi accepterions-nous l’abjecte de ce mensonge comme une vérité absolue ? Votre situation est-elle à ce point désespérée ? Désolé ! Descendez du haut de votre tour ! J’en connais de biens pires !

L’Hôtel Maison

Mais revenons sur Terre : moi en un monde « meilleur » et vous à vos champignons: ces soi disants défenseurs de la « liberté » qui font du porte-avions au service de votre véritable religion. Religion que l’on peut diviser en trois entités : la sécurité par les armes, la démocratie par la force, la stabilité d’un peuple par la déstabilisation des autres. Sur ce bienvenu à l’Hôtel de la Maison Blanche : Église flottante de nos plus anciennes et nouvelles ségrégations.

Autrement dit, dans le contexte actuel des choses, faut être drôlement « esclavagiste » pour croire à l’adéquation d’une telle phrase : « Le monde a changé! » allé dire ça aux enfants d’Afrique qui crèvent de faim! « Le monde a changé! » allé dire ça au nombre sans cesse croissant d’itinérants emprisonnés au cœur même de l’abondance. « Le monde a changé! » allé dire ça à tout ce qui se meurt sur cette Terre à cause de l’orgueil et des ambitions démesurés de certains hommes. « Le monde a changé! » allé dire ça aux fiévreux, aux comateux ou aux sidéens, qui pour des raisons de non rentabilité n’ont même pas reçu l’équivalent d’une aspirine avant de mourir. « Le monde a changé! » allé dire ça au trois quart de l’humanité qui souffre de notre prédominance et de notre inanité humanitaire et vous allez voir ce qu’il va vous répondre votre monde!

Fermer les yeux : Jamais !

Qui ne connaît pas un monde lumineux et beau. Un monde sans frontières, ni bannières où coule un fleuve infini. Un monde harmonieux et compréhensif. Un monde bien réel et qui se tient debout. Un monde qui est renaissance car il n’en fini plus de renaître dans l’esprit de l’humanité. Un monde libre, fraternelle et égalitaire. Ce paradis perdu en un rêve quelque part au plus profond de nous-même. Comme une promesse lointaine : l’espoir d’un monde meilleur. Celui-là même qui nous submerge chaque foi que nous fermons les yeux pour échapper aux réalités et aux cruautés de ce monde. Et Pour des raisons de « sécurité » vous voudriez monsieur le Prédicant que nous les fermions d’avantage : Jamais !

Le mensonge du siècle

« Le monde a changé! » prétexte Culte où se prosterne un mal insidieux : la mort d’un grand rêve d’équité, de liberté et de fraternité. « Le monde a changé! » excuse divinisée et pratiquée au plus haut des lieux. « Le monde a changé! » rejet vicieux et viscérale de la responsabilité humanitaire d’un soi-disant « monde libre ». « Le monde a changé! » déclaration percutante d’hypocrisie qui veut dire : notre vision du « monde » n’a pas changée, elle ne change pas, pourquoi changerait-elle ? « Le monde a changé! » précepte sombre et ténébreux qui nous ouvre toutes grandes les portes du « tout est permit » : paradis de tous les enfers... « Le monde a changé ! » discours démagogique du fanatisme à l’occidentale. « Le monde a changé ! » fer de lance d’une rhétorique toute-puissante : la domination du monde à tous les points de vues : médiatiques, politiques, économiques, stratégiques et technologiques. « Le monde a changé ! » élocution prodigieuse qui signifie : « le monde c’est nous ! le reste on s’en fout ! ». « Le monde a changé ! » Lexème démiurge, revanchard et méprisant… « Le monde a changé ! » argument de la carte blanche : l’anéantissement de tout ce qui lui est contraire. « Le monde a changé ! » Ictus omniprésent, omnipotent et omniscient dans le cœur et les têtes chercheuses de l’Hydre américaine : la guerre des étoiles.

Un monde d’Élus?

Bâtir un monde sur des cendres est-ce bien ce que nous désirons ? Et si nous étions de ces cendres « prématurés » sur lesquelles viendrait reposer un « monde d’élus »? Les 144 milles âmes dont parle la Bible je suppose... Faut être vraiment naïf et simple d’esprit pour croire uniquement aux belles phrases et aux bonnes intentions de certains de nos dirigeants. Comme il est tout aussi absurde de croire en l’immobilisme ou en l’impuissance de ceux qu’ils voudraient assujettirent encore plus à leurs complots d’asservissements et d’exploitations. Et ce monde, monsieur le tout-puissant faudrait tout de même pas l’oublier et l’anéantir plus qu’il ne l’est déjà!

Une solution ?

Autrement dit, si nous n’échangeons pas, dans l’immédiat, notre idéologie « de Colt 45 » pour une idéologie d’intervention humanitaire considérons l’avenir de notre petit univers - celui que nous disons libre - comme étant sérieusement menacé. En ce sens réinventé ou redéfinir le rôle des armées à travers le monde ne serait pas une mauvaise chose. Des armées composées uniquement de médecins et d’ouvriers équipées de tout le matériel logistique nécessaire pour guérir et reconstruire tout ce que l’imbécillité et la méchanceté ont détruites ou empoisonnées. La totalité du budget militaire américain ou son équivalent y suffirait. Pourquoi le monde libre n’investit pas dans ce genre de projet ? Il y gagnerait beaucoup plus que les invasions haineuses des attentats...

Entre l’arbre et l’écorce

Face à la demande des États-Unis le gouvernement canadien a un choix à faire; participera-t-il oui ou non à l’instauration d’un bouclier antimissile sur son territoire? Pour ma part, les étoiles du drapeau américain peuvent bien se disputer entres-elle. Ce n’est pas cela qui va empêcher la Chine d’aller les rejoindre; Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit : le monde libre ayant une peur bleue du phénomène chinois les États-Unis nous demandent d’appuyer leur projet d’hégémonie spatiale. Leur nouvelle bête noire étant de couleur jaune pas facile de choisir lorsqu’on a le coeur prit entre l’arbre et l’écorce. Face à un tel choix, la responsabilité de nos dirigeants est écrasante.

Autre chose

Parfois je me dis que riens n’est impossible. Un monde en paix dirigé par ceux qui ont le plus besoin de cette paix, c’est à dire, les peuples qui constituent ce même monde. Car devant les divergences d’opinions - les conflits d’intérêts, l’inefficacité de nos gouvernements, l’incompétence du monde libre à trouver des solutions pratiques et applicable sur le terrain - surviennent des phénomènes tels que la mondialisation, la convergence, la militarisation de l’espace... Ce qui à pour effet de muter les régimes démocratiques trop puissants et imposants en système de dictats malveillants. L’essence même de la démocratie se perd, s’étire, s’étiole. Conflits et guerres perdurent... Devant l’ampleur du phénomène il nous faut trouver autre chose. Un model démocratique où le peuple serait celui qui décide ne serait pas une mauvaise chose. Que ce soit pour l’obtention d’un budget - d’un projet de pacification ou d’intervention humanitaire – je me dis que - à l’heure de l’informatique et des nouvelles technologies - ceci est tout à fait réalisable. Chaque famille aurait son ordinateur relié à un site gouvernemental où l’on soumettrait à la nation les dossiers qui sont à l’ordre du jour. Les députés et les ministres en débâteraient comme ils le font régulièrement, sauf que ce serait le peuple qui déciderait par simple clique si oui ou non nous allons à Tombouctou ou au diable vert.

Un Nouveau Jour ?

Une idée qui allégerait le fardeau et la responsabilité de bien des ministres et en cas d’échec ou d’erreur nous n’aurions que nous même à blâmer. Ainsi, ce ne serait plus un simple petit groupe d’élus qui aurait à choisir ou à décider pour le peuple, mais le peuple lui-même. Reste à voir si nos dirigeants sont prêt à abandonner certains de leurs pouvoir décisionnelle pour l’amour d’une plus grande démocratie: Néanmoins, ils ont tout de même le devoir et l’obligation d’y voir ou d’y réfléchir. Pour des pays tels que le Canada ou le Québec un tel système serait tout à fait réalisable. Fini le manque de transparence. Fini les décisions prisent en vase clos. Fini les jeux de coulisses. Fini les dédales obscènes du monde politique. Un nouveau jour se lève. Un jour qui mérite d’être prit au sérieux. En d’autres termes : la démocratie à son meilleur…

En conclusion

Après les évènements du 11 septembre ce n’est pas tant le monde qui a changé mais l'Amérique des États-Unis et tout comme vous j’aurais souhaité que ce « changement » en soit un de prise de conscience vis-à-vis du reste du monde : ratifications des accords de Kyoto, participation active au sein du tribunal international de La Haye, clarification de la position américaine au sujet d’un État Palestinien, respect des conventions Onusiennes entourant le conflit Irakiens etc...

Mais les dirigeants américains - sans oublier les autres - ont préférés contourner le tout, jusqu’à l’opinion publique mondiale qui leur étaient largement défavorable. Et cette prise de position plus « arrêtée » qu’« éclairée » parle d’elle-même; C’était avouer au reste du monde: « le monde » c’est « nous » et uniquement « nous ». Pour une administration complètement « tourmenté » par la sécurité dison que c’était plutôt étroit d’esprit et risqué puisque cela n’a pas échappé à l’intelligence des pays et des régimes les plus « étourdissant » de ce monde.

Aussi, depuis cette affirmation qui dit le « monde a changé » le pouvoir de nos dirrigeants prend de plus en plus la tangante d’une certaine guerre "célestes" dont parle un certain livre Biblique; Un livre dont l’essentiel échappe encore- et de coeur et d’esprit - à une certaine administration. Celle-là même qui nous dit par esprit d’épuration et d’avilissement : le « monde » a changé!

D’un autre côté il y a certains rêves qui ne peuvent ni changer, ni mourir. Et le rêve Américain en est un. Un rêve qui fait rêver et pour lequel j’ai beaucoup d’admiration. Du moment qu’il n’empiète pas sur cette autre rêve, celui de tous, celui du plus grand nombre: un monde meilleur.

Aime le Souverain
Nicodème Camarda 25 février 2004


retrour à litteratures des souverains | retour à création