Premier amour!

Rappelle toi, c'était hier, là-bas
Le ciel était si bleu, le soleil si chaud
Ton sourire adolescent si beau
Rappelle toi, c'était l'été là-bas

Rappelle toi, c'était hier l'émoi,
Explosion de tes sens dans le fond de tes yeux
Tendresse de tes lèvres aux rires merveilleux
Rappelle toi, j'étais tout neuf ma foi.

Rappelle toi, c'était la vie déjà
Caresses inconnues, ardeurs satisfaites
Rondeurs ingénues aux candeurs parfaites
Rappelle toi c'était un feu de joie.

Rappelle toi, c'était ta route à toi
Aux poussières d'ailleurs, aux parfums lointains
De soupirs de trop peu aux brises du destin
Rappelle toi, c'était ma route à moi.

Rappelle toi, c'est aujourd'hui, hier,
Amie de mes pensées, sourire de demain
Souvenance attendrie rejaillissant soudain
Rappelle toi, c'était là, dans la pierre.

MLF
automne 1992

 


retrour à litterature des Souverains | retour à création