RÉFLEXION SUR MA VIE

Toute ma vie, j'ai cherché à plaire ; de mes bouffonneries d'enfant à mes excès d'adolescents qui m'ont conduit au seuil de la mort. J'ai enfermé l'adulte dans une prison rose de rêves et d'illusions où j'ai presque perdu la raison. L'amour, que toujours j'ai donné, demeurait sans retour et me menait toujours dans le détour. Au secours ! je criais, mais soudain tout le monde était devenu sourd. Seul, je pleurais, je riais, je mordais puis je m'endormais. Car il n'y avait plus dehors que les nuages dispersés comme mes rêves et mes illusions de bouffon qui avaient pris un autre horizon. À genoux, blessé, écrasé, brisé, je devenais doux tout en restant fort, toujours je disais : « je pars, toujours s'arrêterais mon départ. »

Aujourd'hui, debout ou à genoux, je sais que je suis fort car j'ai accepté d'être faible ! Peut-être est-ce là le secret de la force et de la vigilance de l'aigle, qui lui ne rate jamais son départ. !

Jean deFonvieille
23/09/94


 

retrour à litteratures des souverains | retour à création