Sortie d'enfer

Il se croyait de métal et de fer
Perdu dans un univers sidéral
Pour lui le bien le mal
Faisait partie de son univers

Pourtant à l'intérieur de cette armure
Régnait une très grande sensibilté
Toujours à la recherche d'une amitié
Sincère aux couleurs d'azur

Cherchant aveuglément dans son cur
Le secret véritable du bonheur
Il descendit si près de la misère
Soudain, ressentit une douleur amère

Alors dans la lumière du matin
Comme si c'était la première fois
Il ouvrit très grand les yeux et sa foi
Pour voir le bonheur a portée de sa main

Pour lui c'était une renaissance
Un sentiment de liberté, comme le vent
Alors il sortit de chez lui, soleil levant
Pour enfin renouer avec la vie plein d'aisance

Laissant derrière lui malheur et douleur
Pour se jeter à corps perdu
Dans l'amour à perte de vue
Pour savourer enfin la vie et ses douceurs.

Pierre Girard

Automne 92


 

retrour à litteratures des souverains | retour à création