2024-01-01 | Rencontres, Vidéos, Débats de Souverains, 2020 à 2025

Adonis

Quand est-ce que commence demain? Qui s'appelle l'être humain!

Ciel! Tu es la mort!

L’humain n’est pas encore né!
Sa naissance aura lieu demain.
Un demain qui tarde à paraître.
Nous sommes toujours aujourd’hui
Et aujourd’hui, c’est la guerre
La guerre empêche demain
D’être parmi nous
D’être avec nous
D’être nous!
D’être humain!


Voilà ce que j'ai répondu spontanément quand mes amis Souverains m'ont demandé de résumer le dernier poème d'Adonis que je venais de lire, une première fois, en langue arabe classique, à leur demande!

« Ciel! Tu es la mort », Adonis l'a écrit en réaction à la barbarie qui sévit au Moyen-Orient depuis octobre dernier! 

Parmi les Souverains, Khorassani, d'origine perse, sans comprendre le sens des mots, il écoutait les yeux fermés en bougeant légèrement son corps comme s’il était dans une hadra soufi. Il suffisait de placer un micro, des caméra et suivre l’énergie de Khorassani! Depuis des mois déjà, les Souverains ne cessent d'exprimer leur désarroi devant l'état du monde! Quand la traduction du poème d'Adonis par Houria Abdelouahed est arrivée, les Souverains étaient prêts à l’entendre… Un poème est né d’un autre poème!

-----

À 94 ans, Adonis est sans conteste un des plus grands poètes vivants. Ce prix Nobel qu’on envisage pour lui depuis des années serait grandement mérité. Et l’Académie du prix Nobel se trouverait à honorer plus qu'un grand poète arabe, mais aussi un grand penseur. D'après Adonis, la poésie arabe est le lègue le plus précieux des arabes à l'humanité. Honorer Adonis par un Nobel, c'est honorer un patrimoine, devenu désormais un bien universel. Adonis y a grandement contribué!

De son nom de naissance Ali Ahmed Said, Adonis est un poète sans compromis et sans complaisance. Amoureux de la poésie arabe dès son enfance, il ne cesse de la renouveler, la moderniser, dans la forme comme dans le contenu. Jugé trop subversif, cet éternel insoumis est interdit en Arabie Saoudite, censuré dans d’autres pays musulmans, ses recueils sont traduits dans plusieurs pays, même au Japon et en Chine. 

Son discours critique sur l’islam et son instrumentalisation par les pouvoirs politiques et les idéologies extrémistes, ne lui fait pas beaucoup d’amis parmi les dirigeants arabes. Il plaide pour une séparation de la religion des pouvoirs politiques. La religion n'a pas à se mêler des affaires de la cité. Elle devrait être réservée à la sphère privée. Et si quelqu'un vous demande "Êtes-vous croyant", vous répondez "Ce n'est pas de vos affaires". 

Ce n’est pas dans l'intérêt des pouvoirs politiques arabes qu’un poète arabe qui pense, qui persiste et signe sa liberté de penser, obtienne un prix aussi prestigieux.

Pour mieux connaitre Adonis le penseur et le poète, je vous invite à lire cet article fort instructif 

Mohamed Lotfi

SA/ML 2024

Plus de contenus