1996-03-14 | Audios, Rencontres, 1996 à 2000

Joujou Turenne

"Il sera fois une femme à la peau de satin qui aimera des hommes au point de les enfermer dans un château et les garder pour elle toute seule.."

Joujou Turenne 1

Conteuse et amie du vent. Première rencontre Partie 1

14 Mars 1996

Joujou Turenne 2

Conteuse et amie du vent. Première rencontre Partie 2

14 Mars 1996

Extrait

La vie devat soi!
Selon Joujou Turenne.

Jeudi le 14 mars 1996

Sainte Vierge

Dis-moi que je rêve..!

C’est Shehrazede en personne..?!

Shehrazede est de retour à Bordeaux

Les hommes ne portent plus de fardeaux

La prison perd ses barreaux

bordeaux redevient un châteaux..!

Joujou Turenne

Rebienvenue parmi les

Souverains anonymes.


1- Bonjour Belle dame, moi je suis sorti du ventre de ma mère avec un crayon dans la main. La première histoire que j’ai écrite commence ainsi:

« Il sera fois une femme à la peau de satin qui aimera des hommes au point de les enfermer dans un château et les garder pour elle toute seule. Cette femme s’appelle Joujou Turenne. Ces hommes s’appellent Souverains anonymes.. Jamais des hommes n’auront connu le plaisir d’être enfermés par une femme comme les Souverains anonymes.. »

Cette histoire, je l’ai écrite à ma naissance il y a 27 ans. Avec ta présence parmi nous aujourd’hui, Joujou Turenne, le conte est devenu réalité.. Mais il y a 27 ans tu étais encore petite fille dans ton Haïti natale.. Parle-nous Joujou de ton enfance loin de la neige..?!?

2- Joujou, ton goût de raconter des histoires doit avoir ses racines dans ton enfance. Comment as-tu développé ta vocation au point d’en faire un métier..?!?

3- Joujou, tu n’es pas uniquement conteuse. Tu es aussi danseuse et chanteuse. Tu as fais des études universitaires. En quoi tes différentes études te sont utiles dans ton métier de conteuse..?!?

4- Joujou, toi et moi nous sommes québécois, mais nos origines sont haïtiennes. Comme tout haïtien immigrant qui se respecte, parlons de notre intégration.. Moi, mes parents ont rêvé de venir ici au Québec. Moi aujourd’hui, je rêve de retourner là bas en Haïti. Mais Haïti n’est plus un paradis et au Québec, je ne me sentirai jamais comme chez-moi.. Joujou, tu parais assez bien intégrée au Québec.. Quelle est cette recette magique qui fait d’un immigrant au Québec un citoyen bien intégré..?!?

5- Salut Joujou, quand j’ai quitté Haïti j’avais 19 ans. Aujourd’hui, j’ai 43. Après 24 de vie au Québec, moi aussi je n’ai qu’une envie, c’est de retourner chez-moi. Comme tu sais Joujou, tu peux sortir d’Haïti, mais tu ne peux pas sortir Haïti de toi.. J’aime bien le Québec, mais je vais me sentir plus utile en Haïti.. Est-ce que ça t’arrive Joujou de sentir le besoin d’aller revivre sur la terre natale, loin de la neige et proche du soleil, les pieds dans l’eau et les fesses sur les sables chauds..?!!?

7- Salut Joujou, Haïti c’est la mèque du vaudou. Le Québec c’est la mèque du skidou. Mais au fond de la neige il y a du feu et des marabouts. Il y a des volcans qui cachent des histoires à dormir debout. Le Bonhomme Sept heures et le Capitaine Bonhomme sont des créatures qui trouvent leurs racines au fond de la neige.. Toi Joujou, as-tu déjà essayé de mélanger dans tes contes des personnages dont les origines sont la fois du vaudou et du skidou..?!!?

1-

6- Salut Joujou, Il était une fois dans un pays chaud un homme dont le métier était de soigner des animaux. Un jour cet homme s’était rendu compte que les humains avaient plus besoin de soins que les animaux. Alors, au lieu de devenir médecin, cet homme était devenu politicien et pour se faire aimer du peuple, cet homme distribuait des pullules contre la fièvre jaune qui avait frappé le pays. Tout le monde prenait cet homme pour le docteur du peuple. Ainsi on l’avait nommé Papa-doc. La première chose que cet homme avait fait en devenant président de son pays c’était d’éliminer tous ceux qui l’ont aidé à s’accaparer du pouvoir en déclarant « La reconnaissance en politique c’est une lâcheté ». Papa-doc n’hésitait pas à collectionner les têtes de ses ennemis pour se maintenir au pouvoir.. Depuis que Papa-doc est devenu président d’Haïti, on dirait que la lâcheté des hommes a frappé ce pays:

Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’enfer

Et pourtant, c’est un des plus beaux sur cette terre.

C’est vrai que la misère nous fait la peau, que notre terre souffre trop, que l’avenir est incertain, tanné d’entendre le même refrain, le retour est pour bientôt, mais bientôt n’est pas demain, tanné de vivre sur une odeur, qui ne fait plus mon bonheur. Du café, je n’en bois guère. Trop amère, trop amère. Seul me reste des souvenirs et un peu d’espoir pour l’avenir. Peut-être les enfants de mes enfants, couriront un jour dans les champs. Au milieu des palmiers, sans avoir peur des policiers. Quand les haïtiens vivront d’amour, il n‘y aura plus de misère. Les totons macoutes seront des facteurs, mais toi et moi nous seront morts ma soeur..

Joujou Turenne, puisque les hommes n’ont pas fait grand chose pour ce pays, seules les femmes pourraient redonner à la perle des Antilles sa part de bonheur et de prospérité. Dis-moi Joujou, quand est-ce qu’en Haïti le peuple appellera une femme Mama-doc..?!!?

8- Salut Joujou, quand j’était petit, avant de dormir ma mère me contait toujours un conte d’amour qu’aujourd’hui je conte à mon tour à mon ami Pampadour. Pampadour c’est le nom de mon chien qui ne dort plus depuis que je suis à la prison de Bordeaux. Pauvre chien, il n’a personne pour lui conter le conte d’amour.. Chacun a sa raison pour ne plus retourner à Bordeaux. Joujou, tu connais maintenant la mienne.. Comme tu sais Joujou, on se sert des animaux pour fabriquer des personnages de contes. Mais je ne connais personne à part moi qui a essayé de raconter un conte à un chien, un chat ou un tigre..!

Et pourtant les animaux devraient être plus concernés par les contes. Dis-moi Joujou, as-tu déjà raconté une histoire, même en cachette, à un chien, un chat ou un tigre..?!!!!?

9- La dernière fois que tu es venue à notre émission, tu étais la seule conteuse parmi cinq conteurs. Les conteuses sont plus rares que les conteurs. De quelle façon donnes-tu de la place aux femmes dans tes contes..?

10- La dernière fois que tu es venue à notre émission c’était le mois de novembre. Sur le calendrier consacré aux personnalités noires de Montréal, on te retrouve associée au mois de novembre qui est le mois des morts. Personnellement, je t’aurais associé aux mois des vivants, avril, mai ou juin. Mais comme rien n’arrive pour rien, je me demande si les morts ne sont-ils pas des vivants qui se cachent derrière des contes et des légendes que tu racontes..?!!?

11- Salut Joujou, toi et moi, nous venons d’une culture haïtienne très riche, mais sur laquelle on ignore beaucoup de chose surtout sur la question du vaudou. Beaucoup de gens associent le vaudou à la sorcellerie alors que c’est une religion comme les autres. Pourquoi à ton avis le vaudou c’est si sorcier dans la tête de certains gens..?

12- Rebonjour Joujou, c’est encore moi Jean, je voudrais te parler de moi un peu. Je ne suis pas seulement beau à voir. J’ai des rêves. Mon plus beau rêve c’est de devenir le président de mon pays qui souffre trop de misère, de pauvreté et d’injustice. Mais comme tu vois Joujou, le destin a décidé autrement. Aujourd’hui, j’essaie d’être le président de moi-même. C’est parfois aussi difficile que d’être le président d’un pays. La liberté, la responsabilité se sont des valeurs qu’on ne finit pas d’apprendre. Et toi Joujou, qu’est-ce que le conte t’apporte pour cultiver ton sens de la liberté et la responsabilité..?!!?

13- Joujou, quand j’étais petit enfant on ne me racontait pas d’histoire avant de dormir. On me crissait une bonne volée. Ne crois surtout pas que je faisais des cauchemars à cause de ça. Mes parents m’aimaient bien à leur façon. Si je ne me trompe pas Joujou, tu n’as pas encore fais des enfants, mais je suis sûr que tu vas en avoir. A part leur raconter des belles histoires comment imagines-tu ta vie entourée de douze enfants..?!!?

14- Moi avant de dormir, ma mère me faisait dire ma prière que je connais encore par coeur « ..(la prière).. ». Dis-moi Joujou, une prière n’est elle pas une sorte de conte..?!!?

15- La solitude est une île déserte au large des Caraïbes avec des palmiers, des cocotiers et des fleurs salées. Si tu étais dans cette île Joujou, quel voilier aimerais-tu voir arriver pour réduire le poids de ta solitude: - Le voilier de Christophe Colomb..? - Celui de Jean-Jacques Cousteau..? - Ou celui de Sinbad le marin sorti tout droit des milles et une nuits..?!!!? 2-

16- La tendresse est une caresse sur le ventre d’une antillaise enceinte. Si tu étais cette antillaise Joujou, avec quoi aimerais-tu qu’on te caresse le ventre, avec la main ou avec l’oreille..?!!?

17- La séduction est une boule de cristal d’où reflète mille et un regards et mille et une caresses. Entre les regards et les caresses lesquels des deux préfères-tu.. Des caresses qui chatouillent ou des regards qui cajolent..?!!?

18- Regarde-moi bien Joujou, regarde-moi bien dans les yeux. Avant toi, d’autres belles femmes me l’ont dit. Marina Orsini, Macha Grenon et même Guilda me l’a dit aussi. Elle m’ont toutes dit que je suis beau à voir, dis-le moi toi aussi Joujou, je serais plus comblé..?!!!?

19- Salut Bijou, je m’appelle Ti-jou.. Le silence est d’or. La parole est d’argent. Depuis que je me suis enveloppé les dents avec des couronnes d’or, je ne parle plus. Aujourd’hui, je fais exception, je brise le silence pour te dire Joujou Turenne que tu es une femme en or. N’est-ce pas les gars..? (OUI..)

Tu es intelligente, belle et comme moi tu viens d’Haïti, la perle des Antilles. Joujou, es-tu fier de ta peau de satin, de tes yeux de lune et de tes cheveux qui évoque l’odeur du café..? Dis-moi OUI Joujou, sinon, je ne saurais jamais c’est quoi la définition du bonheur..?!!?

20- Joujou, je suis un grand lecteur de la littérature fantastique, j’adore m’évader dans l’univers fantastique des contes et des légendes. J’aime aussi m’amuser à créer moi-même des histoires ou le réel et l’imaginaire se côtoient agréablement. Au nom de tous mes camarades Souverains, je t’invite à nous faire vivre quelques moments fantastiques avec quelques histoires. Et pour commencer, j’ai écris spécialement pour toi une petite histoire. Je serais heureux et honoré de l’entendre de ta vive voix..

Si tu es prête à raconter, nous sommes prêts à écouter et à applaudir..

21- Dans la vie, il y a des Jojos Savards et des Joujous Turennes. Les premières vendent des illusions. Les deuxièmes offrent des rêves. Avec toi aujourd’hui, Joujou Turenne, nous avons été gâté de rêves, de douceur et de tendresse.. De toi, nous garderons une image sur le mur et une voix dans le coeur. Au nom de tous mes camarades, je te déclare Joujou Turenne Souveraine anonyme.. (applaudissements)

Conte d'un Souverain, raconté par Joujou Turenne

Par une belle journée d’été, dans une forêt verte et accueillante, Papa, Maman et Bébé Colombe se la coulaient douce dans une petite clairière. Papa se reposait près d’un arbre, tandisque Maman et Bébé se disputaient un petit poisson que Papa venait de pêcher. Après avoir bien mangé, Bébé alla se percher sur une branche et observait sa mère. Gracieuse et d’une blancheur à faire pâlir une oie. Avec son bec, Maman Colombe se lissait ses longes plumes.

Soudain, sans crier gare, deux énormes loups noirs aux yeux de sang, fondirent sur Papa et Maman Colombe qui n’eurent pas le temps d’ouvrir leurs ailes. Ils étaient entre les pattes des deux énormes bêtes. Bébé Colombe, prit de panique se terra entre les branches en retenant son souffle.

« Mmm, ce n’est pas énorme comme prise » Dit le premier loup. « Je n’en ferais qu’une bouchée ». « Ne t’en fais pas » Dit le deuxième « La chasse ne fait que commencer et j’ai une faim de loup ». Les deux monstres se mirent à rire et l’écho de leurs voix fit trembler de peur Bébé Colombe.

Prenant son courage à deux mains, Bébé Colombe cria de son perchoir aux deux bourreaux « Je vous en prie Messieurs, ne mangez pas mes parents car sans eux ma vie n’aura plus de sens ». Surprit, Les deux loups relevèrent leurs têtes sans dire mot renforçant leur prise sur les deux colombes. Bébé Colombe poursuivi « Je connais un endroit dans cette forêt où il y a plus de gibiers que vous pouvez en manger. Je vous montrerais comment vous y rendre si vous me faites la promesse de libérer mes parents ». « Tu es audacieuse, pour une petite colombe » Dit le plus gros des deux loups. « Qui ne risque rien n’a rien » Dit le deuxième loup..

Ainsi, les deux loups acceptèrent de suivre la petite colombe qui ne savait pas exactement où les amener. Son idée était de prendre n’importe quel chemin dans l’espoir de croiser un tigre ou un lion qui feraient peur aux deux loups. De cette façon, les deux colombes prisonnières réussiraient à s’échapper..

Soudain, à une dizaine d’arbres, la petite colombe aperçu trois humains assis autour d’un feu de camp. Bébé Colombe cria aux deux loups « Voilà pour vous de quoi satisfaire votre faim pour des jours et des jours. Maintenant, tenez votre promesse et libérez mes parents ». Les deux loups semblèrent plus heureux que jamais devant ce cadeau inattendu. Ils s’approchèrent des trois humains pour être sûr qu’ils étaient bien vivants. « Chose promise, chose due » Chuchotèrent les deux loups avant de libérer les deux colombes..

Les trois humains étaient un homme blanc, un homme noir et une femme blonde. Les deux bêtes ignoraient totalement que ces trois personnes étaient très connues des habitants de la ville. L’homme blanc est un premier ministre. L’homme noir est un ex-président en exil et la femme blonde est une astrologue connue sous le nom de Jojo savard.. Les deux loups ignoraient également que ces trois humains avaient en commun une bonne expérience dans l’art de se servir de leurs mains pour faire régner l’injustice.. Mais pour un loup affamé, un être humain, qu’il soit blanc ou noir. Qu’il soit pauvre ou riche. Qu’il soit homme ou femme. Qu’il soit grand ou petit. Qu’il soit arabe ou juif. Qu’il soit montréalais de l’est ou de l’ouest. Qu’il soit francophone ou anglophone. Devant un loup affamé, les êtres humains sont tous égaux.. Mais les deux bêtes n’allaient pas tarder à découvrir sur ces trois êtres humains quelque chose qui alla changer complètement le sort qu’ils leur avaient reservé.

Sans le savoir, la petite colombe avait tendu un piège aux deux loups.. En fait, il se dégageait de ces trois personnes une odeur de pourriture assez forte pour faire fuir le diable lui-même.. Ces trois humains sentaient tout simplement mauvais. Et pourtant, ils étaient bien vivants. Jamais les deux loups n’avaient ressenti un malaise aussi grand devant une odeur pourtant toute humaine. Ce que les deux loups ignoraient, c’est que ces trois personnes, à cause de cette odeur de pourriture, elles ont subtilisé aux habitants de la ville leur argent, leur dignité et leur âme..

Voilà pourquoi Il ne faudrait jamais se sentir insulté lorsqu’ on vous compare à un loup..!

Plus de contenus