2017-10-19 | Vidéos, Rencontres, 2016 à 2020

Alain Deneaul - 1

"Comment ça se fait que tu es encore vivant ?" SA

Rencontre intégrale

Work - Caspy

La révolution selon Alain Deneault

La médiocrité selon Alain Deneault

Je quitte ma cellule

Je traverse les couloirs
Je salue mes amis
Je leur dis " à plus tard "

Je n' quitte pas Bordeaux
du moins pas encore
je m'évade dans les mots
et la musique des noirs

Ma vie est un roman
Ma vie est une chanson
Qui en est l'auteur
c'est toute la question

Des questions que je me pose
en vers et en proses
Je te salue homme rebel
Et je te plaide notre cause

Alain Deneault
Bienvenue parmi les
Souverains anonymes


1- Cher Alain, je m’appelle Caspy! C’est un plaisir particulier pour nous de recevoir un homme de ta qualité. Philosophe, conférencier, écrivains, professeur et depuis quelques années, tu es devenu une vedette de la télévision. Nous avons regardé beaucoup tes passages à la télé, dans tes entrevues, tu révèles des vérités très graves. Tu dénonces des crimes et des escroqueries légalisées. Les évasions fiscales, les fraudes fiscales des multinationales. Tu donnes des chiffres et mêmes des noms. Tu as même écris un livre qui s’appelle « Totalitarisme » pour illustrer la mainmises des compagnies pétrolières sur les gouvernements des pays Souverains. Ma première question: Comment ça se fait que tu es encore vivant ?

J’ai commencé la lecture de ton dernier livre « Escroqueries légalisées ». D’ailleurs, si tu permets cher Alain, j’aimerais lire les premières lignes de ton livre « Lorsqu’on attend 40 mn un autobus ……. C’est à cause des paradis fiscaux ». Moi, il me reste quelques mois avant de quitter Bordeaux. Le jour de ma sortie, l’administration de Bordeaux va me fournir un ticket d’autobus. Je vais me présenter à la station 69 sur Bl Gouin. Je sais que je vais être très heureux de retrouver ma liberté. Je vais penser à tous les projets que je veux réaliser pour ne pas remettre les pieds ici.. Mais, surtout, je sais que je vais avoir hâte de retrouver ma mère.. Si jamais ce jour-là, le bus 69 est en retard, je ne me mettrai pas en colère. Je saurais à cause de qui le 69 est en retard.. Je vais simplement marcher au bord de la rivière des Prairies, je vais admirer l’eau, je me laverai le visage, je ferai une petite prière et je prendrai le métro avec la satisfaction du devoir accompli. Par devoir accompli, je veux dire que durant toute ma sentence, je n’ai jamais pensé m'évader.. Par contre, il existe des millionnaires qui évadent leurs argents en toute légalité. J’ai bien résumé ton livre ?

2- Bonjour Alain, je m’appelle Pascal. Tu as obtenu ton doctorat en philosophie à Paris. Moi, j’ai obtenu mon secondaire V à Bordeaux. Paris c’est une grande ville en France. Bordeaux, c’est une grande prison à Montréal. J’étais très fier de quitter Bordeaux avec mon secondaire V, j’aurais pu être accueilli par des journalistes, des photographes juste pour informer le monde qu’il existe des détenus qui niaisent pas en dedans.. Mais les journalistes, comme tu sais, ne sont pas toujours là où on aimerait qu’ils soient, par exemple, aux Bahamas, aux Bermudes, aux îles vierges.. À propos des îles vierges, dans cet archipel des Caraïbes il y a 28 mille habitants pour 430 000 entreprises enregistrées. On envoie des journalistes couvrir la guerre en Syrie, je n’ai jamais vu un journaliste nous parler en direct des Îles vierges. Question: Les journalistes devraient-ils avoir un doctorat en philosophie pour informer les gens sur les injustices qui les concernent ?

3- Bonjour Alain, je m’appelle Brandon. J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt tes entrevues à la télé. Tu démontres d’une façon brillante comment certains gens du pouvoir financiers abusent de leur pouvoir. Moi je suis pas un homme de pouvoir. J’ai fais une erreur que je suis en train de corriger. J’assume les conséquences de mes gestes et je paye ma dette à la société. Quand je vais quitter cette prison, j’aurais la conscience tranquille. Je redeviendrai citoyen à part entière. Si l’évasion fiscale est un crime, beaucoup de criminels ne sont pas en prison, ils n’assument pas leurs responsabilités. Ils ne payent pas leurs dettes à la société. Avec de telles injustices, comment faire confiance à notre système de justice ? Et quels messages, on envoie aux petits criminels ? Comment construire une justice sociale ?

4- Bonjour Alain, je m’appelle Jean-Pierre. J’ai écouté beaucoup d’émissions dans lesquels tu as donné des chiffres et des noms sur les grandes sociétés et multinationales qui pratiquent en toute impunité les évasions fiscales.. Tu as même avancé le chiffe de 150 milliards de dollars que le Canada perd chaque année à cause des paradis fiscaux.. Normalement avec de telles révélations, les gens devaient se révolter, manifester leur colère, réclamer justice et des changements dans les lois. Je n’arrive pas à expliquer le silence des citoyens face à ces grands crimes. J’ai peur que dans l’opinion publique les grands criminels passent pour des héros, j’ai peur que tous tes passages à la télévision ne servent à rien. Finalement à quoi ça sert de dénoncer les grandes multinationales s’ils continuent à faire leurs crimes ?

5- Bonjour Alain, je m’appelle Hamza. Tu as écris plusieurs livres. Moi, un jour peut-être, je vais en écrire un, mais j’ai d’abord l’intention de continuer mes études à l’université en science politique. Dans ton livre La médiocratie, tu écris « Les médiocres sont au pouvoir ». C’est justement ça qui m’intéresse. Je veux comprendre le mécanisme par lequel certains politiciens réussissent à manipuler les opinions publiques pour accéder er se maintenir au pouvoir. Je veux comprendre comment la médiocrité s’est installée à tous les niveaux des pouvoirs et des administrations. Je veux savoir pourquoi on fabrique des produits sur le principe d’une obsolescence programmé. Je suis né en Algérie. J’ai grandi entre Alger et Montréal. Les régimes politiques sont différents, mais la médiocrité est la même. Comment s’en délivrer ? Je te pose la question.

6- Bonjour Alain, je m’appelle Ronald. Si la médiocratie c’est de penser mou, c’est jouer le jeu.. Je vais essayer devant toi aujourd’hui de penser dur et surtout pas jouer le jeu. Je te soumet un fait. En prison, il y a trop de jeunes issus de l’immigration. Il y a trop de noirs et surtout il y a trop de jeunes noirs d'origine haïtienne. Je suis d’origine haïtienne, ce n’est pas la première fois que je fais du temps. Je sais de quoi je parle. Ce qui m'interpelle et m’indigne c’est le fait que tout le monde semble trouver ça normal qu’il y a trop de noirs en dedans! Ce n’est pas un bon exemple de médiocratie ça?

7- Bonjour Alain, je m’appelle Julien. Moi, j’ai toujours aimé me sentir libre de tout attache, de tout système. J’ai beaucoup voyagé pour sentir cette liberté. Un jour, j’ai voulu prendre des raccourcis, résultat, je me suis trouvé en dedans au coeur même du système. Je suis à la croisée des chemins, j’ai des choix à faire et des leçons à retenir. Avec tout ce que j’ai entendu dans tes interventions sur les grands escrots, la leçon que je retiens est la suivante: Voler un oeuf ou voler un boeuf, c’est toujours voler. Je préfère plutôt voler de mes propres ailes. Et toi, de quoi tu voles ?

8- Alain Deneault, c’est encore Caspy. Tu es un homme sérieux. Tu parles de choses sérieuses. J’espère que ceux qui t’écoutent te prennent au sérieux. Je vais penser à toi le jour de ma sortie, avant de prendre le bus 69 ou le métro.. Longue vie à toi. Au nom de tous mes amis Souverains, je te déclare Souverain anonyme.

Plus de contenus