1998-12-10 | Vidéos, Audios, Rencontres, 1996 à 2000

Chorale de l'accueil Bonneau

"La chanson nous aide beaucoup a survire dans cette prison que je ne souhaite à personne".

Chorale de l'accueil Bonneau 2

Chorale de rue.

10 Décembre 1998

Quand les hommes vivront d'amour.
Extrait du spectacle.

Jeudi 10 décembre 1998

Je quitte ma cellule

Je traverse les couloirs

Je salue mes amis

Je leur dis « à plus tard »

Je n’ quitte pas Bordeaux

du moins pas encore

je m’évade dans les mots

et la musique de Bonneau

Ma vie est un roman

Ma vie est une chanson

Qui en est l’auteur ?

c’est toute la question

Des questions que je me pose

en vers et en proses

Je vous salue artistes

Et je vous plaide notre cause

Chorale de l’accueil Bonneau

Bienvenue parmi les

Souverains anonymes

1- Bonjour chers amis, et bienvenue dans cet endroit qui n’est pas tout à fait une prison. Ce n’est pas la rue non plus. Vous êtes dans un espace où chacun est souverain de sa parole. Je m’appelle Alain, on m’appelle le chansonnier, le poète, parce que j’ai pris habitude à amuser mes camarades Souverains avec des chansons que j’écris dans une cellule de prison. Je n’ai jamais autant créer que depuis je suis à Bordeaux. Et pourtant, c’est la première fois que je suis en dedans. Entre vous la Chorale de l’accueil Bonneau et nous les Souverains anonymes, nous avons en commun l’amour de la chanson, je ne suis pas le seul à Bordeaux qui écrit des chansons. On vous parlera plus tard de notre album « Libre à vous » et je vous chanterais mes derniers succès.. Mais, avant de passer à la musique et de vous entendre nous chanter vos propres succès, je voudrais moi et mes amis vous entendre parler de vous. Vous avez été itinérants avant de faire partie de la Chorale de l’accueil Bonneau, vous êtes les vedettes de l’heure, on parle de vous partout. Bientôt, on fera peut-être un film sur vous et qui sait, vous ferez probablement la publicité pour un de ces commerces qui construit des toits de maisons. Mais, blague à part, si vous permettez ne nous parlerons pas aujourd’hui de show-business. Parlons plutôt de vous. Ma question est précise. Quand est-ce que vous avez su dans votre expérience avec la chorale de l’accueil Bonneau que désormais la vie d’itinérance est derrière vous.. ?

2- En préparant cette émission, nous nous sommes posés beaucoup de questions sur l’itinérance, et nous n’avons pas toutes les réponses. Mais il y a une question en particulier à laquelle vous êtes plus en mesure, d’après vos expériences personnelles, d’y répondre. On entend souvent les gens dire: « s’ils sont dans la rue, c’est parce qu’ils le veulent, parce qu’ils aiment ça, Ils n’ont qu’à travailler.. » Est-ce que l’itinérance est un choix de vie ou la conséquence d’une vie misérable.. ?

3- On peut dire aussi que tous les gens misérables, malheureux et pauvres ne deviennent pas nécessairement itinérants et n’aboutissent pas obligatoirement en prison. Ne serait pas plus juste de dire que ce sont les plus vulnérables et les plus fragiles parmi les pauvres qui risquent plus de se trouver sans-abri et sans famille.. ?

4- Moi je m’appelle Jean-Pierre, depuis 21 ans que je fréquente la prison, j’ai connu aussi l’expérience de l’itinérance. Je suis le Roi de la récidive. Je ne compte plus mes allers retours entre la prison et la rue. Dans la rue je me drogue, et dans la prison j’écris. J’écris des poèmes, des lettres et des articles pour le journal l’Itinéraire. Je suis l’envoyé spéciale de l’Itinéraire à Bordeaux. Mon dernier article s’intitule « De la prison à l’itinérance ». Mais, j’aurais pu écrire un autre article « De l’itinérance à la prison ». Ça aussi c’est vrai. Il y a beaucoup de sans-abri qui viennent en hiver se réchauffer à Bordeaux. Je voudrais vous lire un de mes poèmes. Et je le dédie à la Chorale de l’Accueil Bonneau..

5- Moi, je m’appelle Réal. Avant d’arriver en prison il y a trois ans, j’ai été itinérant et c’est la rue qui m’a amené à Bordeaux. La drogue surtout. Aujourd’hui, j’ai le VIH, je suis malade, fatigué et je n’attends plus rien de la vie. C’est la mort que je me souhaite. Je demande au bon Dieu de venir me chercher le plus vite possible. J’aimerais savoir si parmi vous quelqu’un a déjà souhaité la mort, parce qu’il ne pouvait plus rien attendre de la vie.. ?

6- Salut les artistes, pendant que vous chantiez dans le métro de Paris, moi je chantais sous ma douche. J’étais jaloux de vous quand j’ai su que vous étiez devant la Tour Eiffel. Je sais qu’un voyage en France, c’est ordinaire. Mais pour un homme comme moi qui se trouve à chanter sous une douche de prison, même un petit voyage à Longueuil serait le voyage de ma vie, parce que c’est là que ma famille m’attend à ma sortie de prison.. Parlez-nous un peu de vos familles. Comment elles vous regardent depuis que vous passez à la télé dans le même programme que Céline Dion au Gala de l’ADISQUE.. ?!

7- Parmi vous il y a un homme qui a le grand mérite de ce qu’est devenue la Chorale de l’Accueil Bonneau, puisque c’est à son initiative qu’elle existe et qu’elle réussie à se maintenir. Pierre Anthian, tu diriges la Chorale depuis quelques années. Comment tu vois le récent phénomène de solidarité avec les itinérants de Montréal. Est-ce un phénomène passager..? Est-ce que l’incendie de l’Accueil Bonneau a aidé la cause des itinérants. Comment tu expliques cette solidarité soudaine face aux itinérants.. ?

8- Moi je pense que dans la solidarité avec les itinérants, il y a beaucoup de charité chrétienne. Les médias parlent aujourd’hui des itinérants comme si le problème n’existait pas depuis des années. Excepté le journal l’Itinéraire, moi je me méfie des médias et de leur sensationnalisme. Si le problème occupe vraiment les journalistes, pourquoi est-ce qu’ils ne parlent pas aussi des prisons puisque la plus parts des itinérants se trouvent un jour ou l’autre en prison. Pourquoi est-ce qu’ils ne parlent pas du taux de récidive des prisonniers qui dépassent le 60%. Est-ce que c’est notre choix de société d’avoir une prison avec autant de récidivistes..? Prisonniers ou itinérants nous sommes tous dans la même condition humaine et nous faisons de notre mieux pour améliorer notre sort.. Mais l’indifférence des médias et des citoyens fait dur en hostie..

9- Chers amis, ce qui nous réuni aujourd’hui, c’est le besoin de fêter notre espoir dans l’avenir. La chanson a amélioré vos vies. La chanson nous aide beaucoup a survire dans cette prison que je ne souhaite à personne. Je sais que vous avez produit votre propre album. Nous aussi, avec Mohamed, nous avons produit un album bénéfice. Dans votre album, vous chantez surtout les succès de grands artistes. Dans notre album, ce sont des grands artistes comme Rivard, Séguin et d’autres qui chantent nos textes. Notre album s’appelle « Libre à vous » et libre à vous de l’acheter et de l’écouter. Nous, nous avons écouté des extraits de votre album et nous avons apprécier. Avant de vous chanter mes chansons, je vous invite à nous chanter les votre et à nous de vous applaudir..

10- Chers amis de la Chorale de l’accueil Bonneau, pour vous comme pour nous le meilleur est à venir. À vous de faire d’autres albums et d’autres voyages et à nous de ne plus revenir en dedans.. Au nom de tous mes camarades, je vous déclare « Souverains anonymes »..

Je quitte Bordeaux

Je traverse les trottoirs

Je tourne mon dos

À une vie transitoire..

J’ai envie de boire..

À ma santé

À mon avenir

Au plaisir de vous revoir

DEHORS..

Plus de contenus