3 oct. 2019 | Vidéos, Rencontres, 2016 à 2020

Lynda Thalie IV

"Le Québec a besoin des femmes comme toi"

Cinquième rencontre de Lynda Thalie.

Je quitte ma cellule 
Je traverse les couloirs 
Je salue mes amis 
Je leur dis " à plus tard " 

Je n'quitte pas Bordeaux 

Ce n’est pas un drame 

je m'évade dans les mots 

et les yeux d’une femme

Ma vie est un roman

Ma vie est une chanson

Qui en est l'auteur

c'est toute la question

Des questions que je me pose

en vers et en proses

Et je te plaide notre cause

Je te salue femme brave et belle

Lynda Thalie
Bienvenue parmi les

Souverains anonymes


1- Bonjour Lynda, je m’appelle Georges, c’est la cinquième fois que tu mets les pieds chez les Souverains anonymes pour notre grand plaisir. La première fois c’était le 3 avril 2003. Cela veut dire qu’entre toi et nous il y a une affection, que dis-je ? une symbiose évidente. Je suis sûr qu’à chaque passage parmi les Souverains tu as porté chance. Ça tombe bien, je suis à mon dernier passage dans cette cage, ta visite aujourd’hui me portera sûrement chance. Comme tu sais Lynda, dans la vie, nous avons besoin de croiser des êtres humains qui nous portent chance. Avant de te parler de cette bonne chance dont nous avons besoin, parle-nous d’abord toi de ces chances qui ont changé ta vie.. ?

2- Personnellement dans ma vie, j’essaye de donner chance à la chance. C’est-à-dire que je ne me contente pas que le hasard m’apporte des opportunités, j’essaye de provoquer le destin pour le mettre de mon côté. Par exemple, mon retour en prison n’était pas prévu. J’ai une fiancée qui ne sait rien de mon passé carcéral. Mais quand je me suis trouvé en dedans pour quelques semaines, je me suis posé la question, « Est-ce que je vais cacher à la personne qui va partager ma vie, une information aussi importante et la réponse était non ». Si je veux me donner une bonne chance, je me dois d’être honnête. Je dois à ma fiancée la vérité parce que je ne veux pas que notre relation de couple soit fondée sur un mensonge. J’ai dis à ma mère de tout dire à ma fiancée. Apparemment, elle a réagi par une prière pour moi. Alors chère Lynda, je quitte Bordeaux dans trois semaines, souhaite-moi STP bonne chance.

3- Bonjour Lynda, je m’appelle Ayoub. Tu es algérienne, je suis marocain, mais au Québec, nous sommes québécois. Je tiens à préciser ça dès le départ parce que ça fait partie de ma façon de me donner une chance. Beaucoup d’enfant d’immigrant ont un problème d’identité. Je suis marocain et fier de mes racines. Je suis québécois et fier de vivre sur cette terre qui sera aussi la terre de mes enfants. Je ne veux pas être confus dans mon identité. Je sais qu’elle est riche de plusieurs cultures. C’est en assumant toutes mes appartenances que je peux avoir les pieds sur terre et regarder mon avenir en face. Ça veut dire avoir des projets. Concrètement, à ma sortie de Bordeaux dans quelques mois, je vais me lancer dans l’immobilier. J’ai pensé à tous les détails qui me permettront de réaliser ce projet. Je ne me fais pas d’illusion, je sais que ça se fera lentement, mais sûrement. D’ailleurs, sur ma carte visite, cette phrase sera ma devise « Lentement, mais sûrement ». Et toi Lynda, quelle est ta devise de vie ?

4- Bonjour Lynda, je m’appelle Evans. Je suis né au Texas. Après quelques allées venues entre le Québec et Haïti, je me suis installé à Montréal avec ma famille. Ce n’est pas la première fois que je viens en prison, mais je n’ai jamais perdu l’espoir qu’un jour je ne reviendrais plus. Je sens que ce jour est tout proche. Maintenant, chaque matin que je me regarde au miroir, je me dis bonne chance. Je me dis bonne chance parce que j’ai un projet. En quittant Bordeaux dans quelques mois, je vais aussi quitter la province. Je quitte tous les décors qui m’ont apporté que mauvaise chance. Je sais maintenant que la seule façon de me donner de la chance, c’est de changer de décor. Et j’ai déjà commencé à planifier mon plan de sortie. J’ai deux métiers et des années d’expérience dans le corps. Je suis mécanicien et travailleur de construction. Dans la province où je vais m’installer, je ne connais personne qui va me rappeler à mon passé. J’ai besoin de mettre le passé au passé pour mieux affronter l’avenir. Avec ma femme et mes quatre enfants, désormais la vie ne fait que commencer. Toi aussi, tu as changé de pays pour mieux vivre ton avenir. Tu as quitté une salle guerre. Comment tu as pu t’intégrer aussi facilement à ton nouveau décor ?

5- Bonjour Lynda, je m’appelle Jean-François. Je n’exagèrerais pas de dire que tu as devant toi un survivant. J’ai survécu à l’enfer de la drogue qui aurait pu me détruire totalement. J’ai survécu à toutes les familles d’accueil et foyers d’accueil qui n’ont jamais pu remplacer ma famille. J’ai survécu à l’alcoolisme de mon père, j’ai survécu aux injustices de la vie. Aujourd’hui, je vois la vie avec les yeux du cœur et les cordes de ma guitare. Oui la musique a joué un grand rôle pour me délivrer de l’enfer. Aujourd’hui, j’ai un rêve, je veux mettre mon expérience au service des jeunes marginalisés. J’ai un projet musical que je suis en train de monter pour tranquillement. Le but c’est de combattre la délinquance des jeunes par la musique. Ma délinquance à moi, je l’ai combattu par ma passion pour la musique. Alors comme tu vois Lynda, nous avons une passion commune. Je suis sûr que la musique a beaucoup contribué pour adoucir ton âme et celles des autres. Avant de me dire bonne chance à mon projet, dis-moi ce que tu en penses ?

6- Bonjour Lynda, je m’appelle Angello. Je suis un vieux Souverain. Mais ça fait des années que je n’ai pas remis les pieds ici. Mon histoire avec la chance est particulière. Comme tu sais on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas son milieu familial. Disons que j’ai été témoin de beaucoup de violence. Ça m’a amené à une certaine délinquance qui m’a amené en prison. Comme je ne suis pas canadien, même si je suis venu au Canada à l’âge de deux ans, on m’a déporté. Ça fait six fois que je retourne au Canada pour voir ma famille, ça fait six fois qu’on m’expulse. Mais avec le recul, cette expulsion n’était pas si mauvaise pour moi. J’ai beaucoup voyagé en Europe. J’ai appris à me débrouiller. Je me suis installé à Londre où j’ai beaucoup travaillé. On va me déporter de nouveau dans quelques mois. Mais c’est l’histoire de ma vie. Je n’ai pas choisi mes parents. Je n’ai pas choisi d’immigrer ici, mais j’ai choisi de vivre malgré toutes les merdes que j’ai vécues. Vivre malgré tout c’est la chance que je me suis fait moi-même. Vivre et rester et rester Souverain de ma vie. Souverain un jour, Souverain toujours… Merci de m’avoir écouté.

7- Musique

8- Mot de la fin :

Lynda Thalie. Tu n’es pas seulement une chanteuse. Tu es aussi une femme de cœur. Le Québec a besoin des femmes comme toi. Un modèle de courage et d’intégration. Tu es une source d’inspiration pour nous. De ton passage parmi nous, nous garderons l’éclat de ta voix et l’espoir dans tes mots. Je te dis, je nous dis, bonne chance. Au nom de tous mes camarades, je te déclare, Lynda Thalie pour la cinquième fois, Souveraine anonyme.

Plus de contenus